Incendie à l'hôpital de Decazeville : un personnel "exemplaire" sans qui "il y aurait peut-être eu des morts"

Abonnés
  • 100 sapeurs-pompiers ont été mobilisés au plus fort de l’évènement. Une soixantaine d’entre eux était encore sur place hier soir en surveillance.
    100 sapeurs-pompiers ont été mobilisés au plus fort de l’évènement. Une soixantaine d’entre eux était encore sur place hier soir en surveillance. Photos François Cayla et DDM -
Publié le

Ce vendredi, l’hôpital decazevillois a été la proie d’un violent incendie. Une soixantaine de patients a dû être évacuée. L’origine du sinistre reste encore à déterminer.

L’alerte a été donnée ce vendredi 20 mai, vers 12 h 30. Des odeurs de brûlé, des flammes impressionnantes et de la fumée s’échappaient du troisième étage et des combles d’un des bâtiments les plus anciens du centre hospitalier Pierre-Delpech de Decazeville. Si le troisième étage était inoccupé, juste au-dessous, deux niveaux abritaient les patients hospitalisés en service médecine.

En un temps record et avec l’aide de tous les personnels soignants disponibles de l’établissement, infirmières et aides-soignantes de médecine se sont attachées à évacuer, avec ordre et méthode, tous les malades du service. "Elles ont été exemplaires. Sans cela, à l’instant où l’on parle, il y aurait peut-être des morts", déclarait un peu plus tard un cadre de l’hôpital. Alors qu’au final, et malgré la dangerosité de l’incendie, aucun blessé n’est à déplorer.

Dans le même temps, un impressionnant dispositif de secours était déployé sur site, avec des sapeurs-pompiers venus bien sûr du CSP Bassin, mais également de Rodez, de Villefranche-de-Rouergue, de Figeac, d’Aurillac, de Maurs, de Laroquebrou, du Vallon… Une centaine d’éléments au total.

Les grandes échelles permettaient de s’attaquer à la partie la plus haute du sinistre, tandis que deux ailes de l’hôpital étaient sécurisées, entraînant l’évacuation des personnels après celle des patients. Ces derniers ont été provisoirement installés dans les vastes salles de réunion et de balnéothérapie situées dans l’aile la plus récente de l’hôpital decazevillois.

A lire aussi : VIDEOS : les images du violent incendie en cours à l'hôpital de Decazeville

Les urgences fermées jusqu’à nouvel ordre

La pharmacie et le laboratoire, au rez-de-chaussée du bâtiment touché, les urgences, tout à côté, ainsi que le bloc et le service de radiologie, à quelques dizaines de mètres, ont été rapidement fermés. Les urgences resteront d’ailleurs fermées jusqu’à nouvel ordre, seule une ligne Smur (par le 15) étant encore en service, à cette heure, pour les cas les plus graves.

Si les sapeurs-pompiers sont finalement venus à bout de l’incendie, en limitant notamment l’extension des flammes vers les bâtiments attenants, les dégâts étaient visuellement très importants. La toiture a été entièrement détruite et des pièces entières de charpente, de menuiserie et de maçonnerie menaçaient de tomber encore en fin d’après-midi. Les plafonds et les équipements du service de médecine auraient été également fortement impactés par l’incendie, mais aussi par l’eau utilisée par les pompiers. Ce qui pose évidemment quelques questions pour la suite.

A lire aussi : Incendie à l'hôpital de Decazeville : Carole Delga promet une reconstruction "la plus rapide possible"

"Ils vont en profiter pour nous achever"

" C’est pas possible, mais c’est pas possible, murmurait en pleurs une infirmière sur la terrasse de l’hôpital, juste en face du sinistre. Il ne manquait plus que ça. Et ils vont en profiter pour nous achever, ça ne va pas louper… "

Autour d’elle, des dizaines de soignants decazevillois, comme abasourdis, sonnés, regardaient les flammes, sans les voir, l’air hagard.

Pendant ce temps, c’est un ballet continu de véhicules de pompiers et d’ambulances privées qui s’attachaient à évacuer les malades vers les hôpitaux voisins, notamment Rodez. Au total, une soixantaine de personnes ont ainsi été prises en charge.

Il va de soi que si chacun peut se réjouir du fait que cet incendie spectaculaire n’a finalement occasionné aucun blessé, le retour à la normale pour le centre hospitalier de Decazeville n’est certainement pas pour demain. Au regard des dégâts, le temps des interrogations va se conjuguer au présent, mais aussi et surtout au futur.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 1€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 23h15 la veille
  • Publicités limitées
François Cayla
Voir les commentaires
L'immobilier à Decazeville

149400 €

DECAZEVILLE - Maison pleine de charme, au style atypique . Cette maison de [...]

138800 €

DECAZEVILLE - A proximité du centre ville, cette jolie maison de 103 m² env[...]

53500 €

DECAZEVILLE - Au cœur de la ville, cet immeuble de rapport dispose d'un loc[...]

Toutes les annonces immobilières de Decazeville
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?