Aveyron : Capdenac se met en veille pendant 365 jours, matin et soir

Abonnés
  • Une partie de l’équipe de Derrière le Hublot aux côtés de Joannen Leighton et Benjamin Tovo.
    Une partie de l’équipe de Derrière le Hublot aux côtés de Joannen Leighton et Benjamin Tovo. Centre Presse - Joël Born
Publié le

730 volontaires vont veiller sur la cité cheminote pendant un an, au lever et au coucher du soleil. Une aventure collective impulsée par l’artiste chorégraphe Joanne Leighton et Derrière le Hublot.

Capdenac va se mettre en veille, pendant 365 jours, matin et soir, à l’heure du lever et du coucher du soleil. À partir du 15 juin et pendant l’année qui suivra, 730 volontaires vont ainsi être appelés à veiller sur la cité cheminote, l’un après l’autre, perchés dans un abri objet qui s’élèvera au-dessus des remparts de Capdenac-le-Haut. Ce projet particulièrement original, cette aventure collective à l’échelle d’un territoire, proposé par l’association capdenacoise Derrière le Hublot est l’œuvre de l’artiste chorégraphe belge, d’origine australienne, Joanne Leighton.

Un pari un peu fou

"C’est un pari un peu fou d’accueillir un tel projet à Capdenac", avoue le directeur de Derrière le Hublot, Fred Sancère, qui a découvert les Veilleurs, en 2012, à Rennes. Lancée pour la première fois, à Belfort, en 2011, la performance chorégraphique, poétique et participative de Joanne Leighton, en sera en terre capdenacoise, à sa douzième édition. Juste après une édition anglaise, à Hull. "Ce sera, à coup sûr, l’aventure artistique la plus forte, le projet le plus ambitieux de l’association, poursuit Fred Sancère. Ce sera aussi la première fois que l’on pourra jouer sur la liaison entre Capdenac-le-Haut et Capdenac-Gare, qui se sont toujours regardées…" La première fois aussi que cette expérience habituellement réservée à des milieux urbains, sera menée en territoire rural. Mais comment ne pas se dire qu’il s’agit finalement d’une suite logique aux Fenêtres sur le paysage, ouvertes ces dernières années, par l’association capdenacoise.

Au rythme des saisons

" Je cherche à créer une connexion entre les gens et un territoire, explique la chorégraphe. Pour moi, c’est une performance mais c’est aussi une sorte de rituel qui traverse les saisons. " Chacun des 730 veilleurs volontaires (il suffit d’être âgé de plus de 14 ans) est invité à choisir sa date et son moment de veille, au lever ou au coucher du soleil. Chaque veilleur aura son accompagnateur. Ce dernier réalisera un portrait photographique du veilleur, qui prendra, lui, une photo du paysage. Les participants pourront partager leurs réflexions, leurs émotions, dans le livre des Veilleurs. Tous les trois mois, une rencontre collective, agrémentée notamment de moments de danse, rythmera cette " grande aventure humaine. " Et un événement de clôture rassemblera l’ensemble des veilleurs, des accompagnateurs et des intervenants.

Un objet abri en bois

Imaginé par Benjamin Tovo, chaque fois en fonction du lieu, l’objet abri en bois, qui accueillera les Veilleurs, est actuellement fabriqué par des menuisiers de l’entreprise Capraro. Implantée au-dessus des remparts de Capdenac-le-Haut, visible de loin, cette micro-architecture, ouverte des deux côtés, sera illuminée lors de chaque veillée. L’objet abri sera installé sur les remparts de Capdenac-le-Haut du lundi 30 mai au vendredi 3 juin. Et Capdenac commencera à se mettre en veille le dimanche 5 juin, à 6 h 08. Jusqu’au dimanche 4 juin 2023. Alors, prêt à prendre votre temps de veille ?

Dimanche 5 juin, plusieurs animations sont prévues pour célébrer l’ouverture des Veilleurs de Capdenac. Le livre des Veilleurs sera édité à la fin du projet. Inscriptions sur le site www.lesveilleursdecadpenac.fr Au fil des années, Kristof Guez a collectionné d’innombrables images de la ville, de ses habitants et des propositions artistiques qui ont investi ses coins et recoins. Coédité par Échelle 1 et Derrière le Hublot, le livre Capdenac-Monde en propose une rétrospective.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 1€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 23h15 la veille
  • Publicités limitées
Joël Born
Voir les commentaires
L'immobilier à Capdenac-Gare

750000 €

VALLÉE DU LOT - PROCHE DE FIGEAC Château du XVème, sentinelle avancée et p[...]

169900 €

Située dans un secteur calme, proche du centre ville et de ses commodités, [...]

133000 €

Proche du centre-ville de Capdenac, dans un secteur calme, maison de type 3[...]

Toutes les annonces immobilières de Capdenac-Gare
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?

Les commentaires (2)
filochard Il y a 2 mois Le 23/05/2022 à 12:00

surveiller quoi?

thebigdodo Il y a 2 mois Le 24/05/2022 à 08:03

Au choix, surveillons
- les mouvements de la circulation (trains en retard, véhicules en stationnement non autorisé, motos sans pot)
- les mouvements de populations non autorisés, les voisins, les migrants, ...
- d'éventuels chars russes sur les hauteurs d'Asprières
- les nids de frelons asiatiques
- les fumées noires du crématorium (en prévision du prochain Café Mortel)
- l'érosion des pierres
- le creusement de nouveaux trous noirs cosmiques
- sa propre santé mentale
- rien
Pour l'heure on ne sait pas mais on saura dans un an. Alors surveillons, surveillons.