Decazeville : le festival Mines de jazz a fait le plein

Abonnés
  • Le groupe Swunky Long Legs et sa chanteuse ont électrisé la salle Yves-Roques.
    Le groupe Swunky Long Legs et sa chanteuse ont électrisé la salle Yves-Roques. DDM
Publié le

Retour sur une manifestation réussie qui a ravi un large public bien au-delà des frontières du département.
 

Soulagés, heureux, fiers, ces sentiments pluriels traversent la pensée des organisateurs du 19e festival Mines de jazz, suite à un premier bilan à chaud.
« Ce n’était pas évident, insiste Freddy Ricci, plusieurs festivals en France, que ce soit du jazz ou autre, ne remplissent pas leurs salles depuis le Covid. Un grand merci à notre équipe qui est bien rodée et performante, notamment dans la communication. Merci aussi au public qui nous a fait confiance ».
Les trois concerts ont rempli l’espace Yves-Roques, tandis que le concert de Tourne Sol, a accueilli 500 scolaires du territoire et dépassé les 100 entrées lors d’une représentation familiale. À cela, il faut ajouter des familles ukrainiennes qui ont été invitées, ainsi que les adhérents des trois écoles de musique du Bassin avec les familles. Au total, cette édition a réuni 1 600 spectateurs. Des passionnés se sont déplacés depuis les Pays-Bas, la Savoie et Montpellier pour assister au concert d’Andréa Motis.

Programmation exigeante et ambitieuse

« Le public nous le dit, le répète au fil des ans : il se dégage à Mines de jazz une atmosphère agréable, enjouée, chaleureuse, les gens s’y sentent bien. Nous arrivons à proposer une programmation à la fois exigeante et ambitieuse, nous sommes récompensés et nous devrions couvrir nos frais », se félicite Marc Perez.
Les artistes repartent à chaque fois ravis de Decazeville, tant par l’accueil du public, des bénévoles que par les fameuses soirées à l’Association de sauvegarde du bassin industriel de Decazeville (ASPIBD), les afters. Certains musiciens « hallucinent » quand ils découvrent ce local, un musée du patrimoine minier et industriel, qui se transforme en club de jazz éphémère que l’on trouve encore à Paris, plus vrai que nature.
Les organisateurs remercient les associations partenaires : ASPIBD, Focale 12, La Strada, l’office de tourisme, les écoles de musique, les écoles du territoire. Les financeurs et soutiens ne sont pas oubliés : région, département, Decazeville communauté, commune de Decazeville, Jeunesses musicales de France (JMF), les médias.
« En 2023, nous aurons, peut-être, la 20e édition, avec plein de projets en tête. Nous devrions renouveler nos partenariats avec les collectivités, espérons qu’elles vont nous suivre », s’interrogent Freddy Ricci et Marc Perez.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 1€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 23h15 la veille
  • Publicités limitées
D. L.
Voir les commentaires
L'immobilier à Decazeville

160000 €

Immeuble de rapport avec caves et terrain clos avec puits à l'arrière compr[...]

511 €

Un hall d'entrée (avec un dégagement), une pièce principale, une cuisine (a[...]

60000 €

Immeuble bien situé proche commerces et parking avec Local commercial d'env[...]

Toutes les annonces immobilières de Decazeville
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?