En Irak, un bateau pour ramasser les déchets sur des marais célèbres

  • Entre les fleuves Tigre et Euphrate, les marais du sud de l'Irak, un des plus grands deltas intérieurs du monde, ont été classés au patrimoine de l'humanité en 2016.
    Entre les fleuves Tigre et Euphrate, les marais du sud de l'Irak, un des plus grands deltas intérieurs du monde, ont été classés au patrimoine de l'humanité en 2016. Asaad NIAZI / AFP
Publié le

(AFP) - Une barque atypique a vogué jeudi sur les célèbres marais du sud de l'Irak. Son objectif ? Ramasser les déchets dans le cadre d'une initiative visant à protéger un écosystème menacé par l'activité humaine et le changement climatique.

Grâce aux financements de l'ambassade de France apportés à une ONG locale, une barque équipée de filets et de pinces à déchets va parcourir les marais d'Al-Chibayich. Dix personnes à bord sont chargées, deux à trois fois par mois, de collecter le plastique qui jonche le secteur.

"Il y a aujourd'hui une menace sur cet écosystème qui possédait une biodiversité importante", a déploré jeudi l'ambassadeur de France en Irak, Eric Chevallier, y voyant un "exemple emblématique des conséquences terribles du changement climatique."

Lors d'un déplacement sur le site à l'occasion du lancement du projet jeudi, il a appelé à "une mobilisation beaucoup plus grande, irakienne et internationale, pour répondre à tous les défis" climatiques.

Le projet comprend un volet sensibilisation, avec 20 pancartes trilingues qui interpellent les visiteurs: "Soyez respectueux de notre terre", "ne jetez pas de déchets, ne gâchez pas notre temps!", peut-on y lire.

Une des sources principales de pollution dans le secteur reste les visiteurs qui jettent leurs "déchets plastiques" déplore Raad al-Assadi, directeur de l'ONG exécutant le projet, l'Organisation Chibayich pour l'écotourisme.

Entre les fleuves Tigre et Euphrate, les marais du sud de l'Irak, un des plus grands deltas intérieurs du monde, ont été classés au patrimoine de l'humanité en 2016 pour leur biodiversité et leur richesse historique remontant à l'Antiquité.

Mais le niveau de l'eau est en baisse, un phénomène accentué par les sécheresses à répétition et par les barrages construits en amont des deux fleuves, chez les voisins de l'Irak, Turquie et Iran notamment.

"Imaginez, depuis 6.000 ou 7.000 ans les habitants ont préservé les marais. Mais on est arrivé à un stade où ces marais sont menacés de disparition", lance M. Assadi.

L'Irak qui a connu quatre décennies de conflit manque de structures permettant la collecte et l'élimination des déchets.

Dans les marais, plus tôt cette année, un autre projet soutenu par la France a vu le jour en partenariat notamment avec l'ONG française Agronomes et Vétérinaires Sans Frontières: une ambulance vétérinaire. Cette barque à moteur permet à un vétérinaire de voguer au secours des buffles.

Les habitants des marais vivent du tourisme, de la pêche mais aussi de l'élevage des buffles qui paissent sur le rivage.

ETX Daily Up
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?