Rodez : pourquoi les jeunes ne poussent-ils pas la porte des musées, interrogent les collégiens de Fabre

Abonnés
  • Les élèves ont écrit et déclamé des textes avec leurs professeurs sur la notion des limites qui les empêche d'aller dans les musées.
    Les élèves ont écrit et déclamé des textes avec leurs professeurs sur la notion des limites qui les empêche d'aller dans les musées. Centre Presse - José A. Torres
Publié le , mis à jour

Les collégiens ont travaillé sur le concept de "la limite", à la fois physique et intellectuelle,  qui les empêche de pousser les portes des musées. 
 

Deux classes du collège Fabre ont parcouru la ville, avec comme fil conducteur un spectacle, devant les musées ruthénois. Devant le musée Denys-Puech – mais aussi Fenaille et pour finir avec celui de Soulages - les élèves ont déclamé des textes et produit un spectacle sous la supervision du metteur en scène Filippo Dedominicis. Ce qui n'a l'air de n'être qu'un spectacle, est en réalité un travail pédagogique important pour les élèves. Les collégiens ont en effet travaillé sur la notion de "la limite". Que ce soit en français (avec Marguerite de Thoisy)  ou en art plastique (avec Julien Tenes), les élèves ont exploré cette notion qui les empêche de rentrer dans un musée. Qu'est ce qui fait que les jeunes ne poussent pas la porte pour aller à la découverte de l'art ? Avec Filippo Dedominicis ou encore Olivier Arnaudo (scénographe des musées), ils ont répondu à ces questions avec des textes très écrits, parfois en rime. De la vraie poésie pour dire "je ne comprends pas la popularité du musée Soulages", "ces tableaux semblent tristes", "un lieu qui semble désaffecté"....Le musée Fenaille trop minéralisé n'incite pas non plus à y entrer, ajoutent certains élèves. 

Les élèves ont écrit et déclamé des textes avec leurs professeurs sur la notion des limites qui les empêche d'aller dans les musées.
Les élèves ont écrit et déclamé des textes avec leurs professeurs sur la notion des limites qui les empêche d'aller dans les musées. Centre Presse - José A. Torres

"Ils ont aussi travaillé sur les limites physiques, les leurs d'abord et ceux dans l'espace", ajoute Filippo Dedominicis. Positionnement du corps, de la voix, tout a été passé au crible pour cette véritable réflexion. Les responsables des musées ont été invités à venir à la rencontre des élèves pour justement échanger sur ces arguments développés, durant ce travail. 

La restitution a été filmée par un médiateur artistique du conseil départemental  qui a financé cette action pédagogique. 

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 1€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 23h15 la veille
  • Publicités limitées
Voir les commentaires
L'immobilier à Rodez

588 €

TRES GRAND APPARTEMENT TYPE 3 AU 1ER ETAGE EN PLEIN CENTRE VILLE AVEC CHARM[...]

354 €

Entrée (placard), une kitchenette avec espace jour. En mezzanine: espace nu[...]

325 €

A louer, appartement de type T1 Bis de 37 m2 situé Rue St Cyrice, à 200 mèt[...]

Toutes les annonces immobilières de Rodez
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?