Taxe foncière, taxe d'habitation, redevance télé... : qu'allez-vous payer en 2022 et combien ?

  • Le montant de la taxe foncière promet d'exploser dans de nombreuses collectivités locales.
    Le montant de la taxe foncière promet d'exploser dans de nombreuses collectivités locales. Repro CPA
Publié le

Alors que l'inflation pèse sur les budgets, voici ce à quoi vous devez vous attendre en 2022 concernant le règlement des impôts locaux. Entre bonnes et mauvaise nouvelles.

 

À peine la déclaration des revenus remplie et envoyée au fisc qu'il faut déjà, dès la fin du mois d'août, se pencher sur les impôts locaux. L'automne 2022 promet de réserver quelques surprises aux contribuables : des bonnes et des moins bonnes. De quoi voir son porte-monnaie faire le yo-yo.

Taxe foncière

C'est la grande mauvaise nouvelle pour des millions de Français propriétaires d'un bien immobilier et donc assujettis à la taxe foncière : son montant promet d'exploser dans de nombreuses collectivités locales. Du moins tous les voyants sont au rouge en la matière. Et l'inflation n'y est pas pour rien...

En effet, au-delà du taux d'imposition appliqué par chaque collectivité, indépendamment des autres, le montant de la taxe foncière est calculé d'après la valeur locative cadastrale du bien possédé, basée sur l'indice des prix à la consommation harmonisé (IPCH) de l'Insee, qui augmentait de 4,8 % en avril. La base de calcul de cet impôt local payé par les propriétaires immobiliers connaîtra donc une hausse notable de 3,4 % en 2022, contre 0,2 % en 2021. 

Tout cumulé, le montant de la taxe promet d'exploser par endroits. Ce sera notamment le cas à Marseille avec une hausse estimée à 14 % mais aussi à Nantes (+11,5 %), à Tours (+15,4 %) ou encore à Strasbourg (+12,6 %). De quoi gréver le budget de nombreux ménages.

Taxe d'habitation

Dès 2017 et l'accession d'Emmanuel Macron à la présidence de la République, la part des Français assujettis à la taxe d'habitation ne cesse de baisser. Depuis 2020, seuls 20 % des foyers les plus aisés continuent de la payer, mais son montant baisse d'année en année. 

En 2021, les contribuables toujours soumis à son règlement ont bénéficié d'un allègement de 30 %. Cette année, celui-ci sera de 65 % avant une suppression définitive en 2023. Suppression qui, rappelons-le, ne concerne que les résidences principales. Les propriétaires d'un logement secondaire non-loué devront toujours s'y soumettre, avec à la clé, des majorations en fonction des collectivités...

L'avis de taxe d'habitation sera envoyé en format papier dès le 30 septembre et mis en ligne dès le 1er octobre 2022.

Augmentation de la taxe d'enlèvement des ordures ménagères

Autre mauvaise nouvelle pour les propriétaires : dans le sillage de la taxe foncière, la taxe d'enlèvement des ordures ménagères (TEOM) augmentera également cet automne. Plus exactement, son montant grimpera d'au moins 5 % dans 77 % des collectivités locales, selon un sondage réalisé par l'association Amorce, spécialisée dans la gestion publique des déchets, les réseaux de chaleur et la gestion locale de l'énergie.

Là aussi l'inflation est responsable de la flambée fiscale ! L'essence pour les camions-bennes est de plus en plus chère, tout comme l'électricité pour alimenter les centres de tri. Sans compter la hausse de la taxe générale sur les activités polluantes (TGAP), payée par les collectivités locales et répercutée sur les contribuables.

Redevance télé

On termine sur une bonne note qui ravira cette fois le porte-monnaie de plus de 27 millions de Français ! Au cours de la campagne électorale, Emmanuel Macron avait promis de supprimer la contribution à l'audiovisuel public (ex-redevance télé) pour tous les Français. Adieu, les 138 € à payer chaque année lorsqu'on possède un téléviseur. 

Désormais réélu pour un nouveau quinquennat, Emmanuel Macron a décidé d'accélérer son calendrier : cette taxe disparaîtra dès cette année, pour tout le monde. Le gouvernement n'a pas encore communiqué sur les solutions de financement des entreprises publiques concernées (France Télévisions, Radio France, Arte, RFI, France 24...) mais a toutefois promis que des privatisations n'étaient pas d'actualité. 

 

Centre Presse Aveyron
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?

Les commentaires (1)
Altair12 Il y a 1 mois Le 24/05/2022 à 07:35

Il va falloir à présent assumer le quoi qu'il en coûte ! ! !