Basket-ball : le CNOSF rejette le recours de l'Elan Aveyron

  • Une intersaison pleine d'interrogations pour Nicolas Flottes et l'EAB.
    Une intersaison pleine d'interrogations pour Nicolas Flottes et l'EAB. Archives CPA - Jean-Louis Bories
Publié le , mis à jour

La réponse du Comité national olympique et sportif, intervenue lundi 23 mai et livrée au club aveyronnais ce mardi matin, fait état d'un dossier irrecevable sur la forme, sans même d'étude sur le fond.

" Pour être honnête, on n'attendait pas grand-chose." Le coach de l'EAB Nicolas Flottes était évidemment déçu ce mardi que l'ultime recours que lui et les siennes avaient formulé après leur relégation administrative de N3F à Prénationale due au forfait général et surprise de Pau en fin de saison, ait reçu un avis défavorable du CNOSF.

" Ils ont indiqué que ce n'était pas recevable car la décision touche Pau et nous ne sommes nous que des victimes. C'est regrettable comme ils disent, mais cela ne nous permet même pas de rentrer dans une conciliation avec la fédération", détaille le technicien rouergat. Pour autant, il "veut rester optimiste"." Il nous reste la voie de repêchage classique", indique-t-il.  Et à ce niveau, l'EAB est en 4e position. En cas de défection d'équipes ou de clubs au niveau national, les Aveyronnaises sont donc dans les starting-blocks pour reprendre l'ascenseur, encore une fois sur tapis vert. La situation du club de Toulouse fait espérer à en croire Flottes. " L'équipe I monte en L1. Du coup, la II qui devait descendre en N3 est repêchée en N2. On est donc déjà passé 3e au ranking. Et je me dis que des cas comme cela vont bien se répéter au niveau national..." Sans toutefois avoir de garantie sur cette remontée très aléatoire. " Certaines années, ce sont jusqu’à 8, 9 ou 10 clubs qui sont repêchés et d'autres seulement 2 ou 3."

Quid de l'avenir d'Alizée Pelopidas

 

Pire, le timing pose un sacré problème. "Ce qui me fait peur, c'est qu'on pourrait avoir une réponse seulement début juillet", éclaire le trentenaire. Avec tout ce que cela implique en termes de construction d'effectif. "La chance que l'on a, c'est que l'on compte des joueuses du cru, attachées au maillot. Ainsi, excepté pour Alizée Pélopidas (la madame plus de l'équipe, NDLR), ce n'est pas notre futur niveau de jeu qui déterminera le fait qu'elles restent ou pas." Alors que le coach est en pleine période d'entretiens individuels, c'est aussi le chapitre des recrues qui a évidemment du mal à s'enclencher. "J'ai passé trois coups de fil. Mais c'est compliqué d'aller plus loin." D'autant que la période des mutations est censée se terminer le 30 juin, soit possiblement avant que l'EAB sache dans quelle division il évoluera. Néanmoins, et en cas de N3 seulement, l'entente départementale devrait pouvoir compter sur une recrue de poids au poste de meneuse. "C'est en bonne voie", commente seulement Nicolas Flottes.

Voir les commentaires
Sur le même sujet
L'immobilier à Rodez

271 €

Hall d'entrée, pièce principale donnant sur un balcon. Coin cuisine avec pl[...]

80000 €

Au pied de la cathédrale, venez découvrir cet appartement de type 2 en 2ème[...]

63000 €

Vous souhaitez faire un investissement?. Dans un secteur calme à proximité [...]

Toutes les annonces immobilières de Rodez
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?