Bozouls : le patrimoine macabre et surprenant de l’église Sainte-Fauste mis en lumière

Abonnés
  • Pierre Lançon, au premier rang à droite, a passionné son auditoire à Ste-Fauste.
    Pierre Lançon, au premier rang à droite, a passionné son auditoire à Ste-Fauste.
Publié le

Sur une idée de la médiathèque et de la municipalité, Pierre Lançon, bibliothécaire, archiviste de la Société des lettres de l’Aveyron et du Centre historique, a animé un rendez-vous captivant. Pourtant, le nom de la conférence (les dalles funéraires) n’était pas très souriant.

Les dalles funéraires de l’église de Bozouls sont signalées pour la première fois dans l’ouvrage "L’homme devant la mort" du grand historien de la mort Philippe Ariès, publié en 1977. C’est l’historien américain Orest Ranum qui, résidant chaque été à Panat, les lui avait signalées.

On ensevelissait dans les églises du Rouergue tout au long des XVIe-XVIIe siècles jusqu’à ce que l’évêque de Rodez, Champion de Cicé, n’interdise cette habitude en 1774, et ce pour des raisons d’hygiène. À Bozouls, le dernier ensevelissement dans l’église fut celui du noble Marianne de Goudal, de Curlande, le 27 mars 1775.

Les registres paroissiaux de Bozouls sont conservés depuis 1642. Le dépouillement exhaustif a permis de relever, jusqu’en 1775, 130 sépultures dans l’église (mais beaucoup plus dans les différents cimetières, le principal étant dédié à saint Martin). Soit 75 hommes et 55 femmes, dont 21 enfants. Les défunts ensevelis dans l’église appartiennent à toutes les couches de la société.

Mais on trouve bien sûr les prêtres (curé, vicaires, prêtres panetiers), les sœurs de l’Union, les représentants des différentes familles nobles de la région, les notaires, mais encore un chirurgien, un hôtelier, un maçon, un maréchal-ferrant, un charpentier et ses enfants… Les emplacements des tombes correspondent généralement au rang social des défunts, de leur vivant : les ecclésiastiques devant le chœur, le notaire Cadoul à l’entrée du déambulatoire, où l’on faisait les processions… Beaucoup d’ensevelissements se font aussi dans la nef ou dans les cinq chapelles latérales.

Quelques exemples d’inscriptions portées sur les dalles funéraires : I : Besamat ; A : Cadoul notaire de Bosoul ; ME I : Carcenac curé 1748 ; G Concon Petrov 164 ; I : Dalous ; L Despeyrovs ; 1748 Amans Galvt ; I : Garrigves I : Gari… ; Genies ; I : Gyesso ; M E Ladous P ; G. Ladovs ; I. Montel ; + Moussac PRT ; P : Rames P Rames ; A Sannie 1771 ; 1719 A Solanet A Solanet ; B : Textor 1749 ; I : Viguier ; PB Tryodou ; Sœurs de Lunion ; MAA P 1664.

Une conférence captivante et pleine de surprises.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 1€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 23h15 la veille
  • Publicités limitées
Centre Presse Aveyron
Voir les commentaires
L'immobilier à Bozouls

105000 €

Presbytère à rénover sur un terrain plat d'environ 1250 m2. Une grange - a[...]

580 €

T3 état neuf avec parking extèrieur et terrasse  Cuisine équipée, 2 chambre[...]

570 €

Agréable T3 dans une petite résidence proche du centre ville de Bozouls ave[...]

Toutes les annonces immobilières de Bozouls
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?