Livinhac-le-Haut : le sous-préfet visite l’œuvre d’art-refuge, au Thabor

  • Une visite commentée, argumentée et assortie d’anecdotes par le maire, Roland Joffre et le directeur de Derrière le Hublot, Fred Sancerre.
    Une visite commentée, argumentée et assortie d’anecdotes par le maire, Roland Joffre et le directeur de Derrière le Hublot, Fred Sancerre.
Publié le

Ces œuvres, actuellement au nombre de 4 sont placées sur le chemin de St-Jacques, entre Aveyron, Lozère et Gars. Un atout de plus pour le tourisme culturel.

C’est sur une thématique culturelle que le sous-préfet de Villefranche-de-Rouergue, Guillaume Raymond, a fait halte dans le village, jeudi matin, pour découvrir l’œuvre d’art refuge "Vivre seule", créée au Thabor sur le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle.

Accueilli par le maire, Roland Joffre, et Fred Sancerre, le directeur de Derrière le Hublot, association de Capdenac qui porte ce projet artistique et culturel de territoire, le sous-préfet a compris également les enjeux économiques de celui-ci avec les pèlerins, bien sûr, mais aussi les touristes.

Il a été également séduit par la vue sur la vallée du Lot que l’on découvre de la fenêtre de ce refuge dont la création par l’architecte, Elias Guenoun, n’a rien d’artificiel, mais qui est bien ancré dans l’environnement et l’histoire locale. En effet, passionné de bois et défenseur de la récupération, l’artiste a utilisé des matériaux issus de la démolition de trois maisons du village.

La pierre et le zinc ont aussi été récupérés et les arbres du secteur, des trembles, replantés à proximité. Valoriser le territoire

Enfin le charpentier et les menuisiers locaux ont été choisis pour la construction traditionnelle, sans clous ni vis mais avec tenons, mortaises et chevillages, sans fondations ni béton. De la belle ouvrage, en toute harmonie avec la nature environnante. Quant au maire, il a expliqué au représentant de l’État comment il avait vu dans cette création, l’opportunité de valoriser le territoire, au-delà de l’image des anciennes activités minières et sidérurgiques, et celle d’une ouverture sur l’extérieur pour développer un tourisme culturel. Des pèlerins et touristes qui pourraient à terme cheminer sur le circuit de ces œuvres d’art-refuge, au nombre de quatre actuellement et qui seront huit à la fin de l’année, sur le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle, entre Aveyron, Lozère et Gers, comme l’a précisé Fred Sancerre.

À suivre dans ce projet de territoire, panneaux explicatifs et large communication par tous les partenaires.

Catherine DELPORTE
Voir les commentaires
L'immobilier à Livinhac-Le-Haut

195000 €

Belle maison d'habitation située dans le joli village de Livinhac-Le-haut, [...]

230000 €

Charmante maison de 163 m² au cœur du village de Livinhac sur un terrain pl[...]

86000 €

MAISON DE VILLAGE de 100m2 avec 3 chambres cuisine salon salle d'eau 2 wc s[...]

Toutes les annonces immobilières de Livinhac-Le-Haut
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?