Fiasco lors de la finale de la Ligue des champions : face au Sénat, Darmanin présente ses excuses

  • Gérarld Darmanin a été auditionné par le Sénat ce mercredi.
    Gérarld Darmanin a été auditionné par le Sénat ce mercredi. Capture d'écran
Publié le

Le ministre de l’Intérieur, auditionné par la commission des lois du Sénat, a fait profil bas et reconnu des débordements. Mais il reste campé sur la fraude massive de billets pour les expliquer.

"Il est évident que les choses auraient pu être mieux organisées" lors de la finale de la Ligue des champions émaillée samedi de nombreux incidents au Stade de France, a reconnu mercredi le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin, auditionné par la commission des lois du Sénat.

Gérald Darmanin sur le Stade de France: "La moitié des personnes interpellées après avoir sauté les grilles étaient des citoyens britanniques" pic.twitter.com/RLWSCS5mCt

— BFMTV (@BFMTV) June 1, 2022

"Il est évident que cette fête du sport a été gâchée", a-t-il ajouté. "Et nous regrettons très sincèrement les débordements parfois inacceptables qui ont eu lieu", a encore dit le ministre, sous le feu des critiques après ses déclarations sur le nombre de faux billets.

35 00 personnes de plus que prévu

"C’est l’évènement qui a mobilisé le plus de policiers et de gendarmes depuis que je suis ministre de l’Intérieur", a encore dit M. Darmanin, rejetant toute critique sur le nombre de forces de l’ordre présentes : "Il y avait très largement assez d’effectifs de police."

 

"Entre 109.000 et 117.000 personnes" se sont rendues au Stade de France samedi, affirme Gérald Darmanin pic.twitter.com/kVkr3idaYo

— BFMTV (@BFMTV) June 1, 2022

"Plusieurs billets ont été dupliqués des centaines de fois", a-t-il aussi déclaré, évoquant le cas d’un ticket reproduit "744 fois".
Le ministre de l’Intérieur a réaffirmé que "110 000 personnes" se sont présentées "dans et autour du Stade de France", soit "35 000" de plus que la jauge prévue, correspondant selon lui à des supporters avec des billets falsifiés ou sans billet.

Gérald Darmanin et la ministre des Sports Amélie Oudéa-Castéra incriminent depuis samedi soir les supporters britanniques estimant qu’ils sont en grande partie responsables des incidents, avec une "fraude massive, industrielle et organisée de faux billets", un argumentaire très critiqué, en Angleterre comme en France.

Possibilité de porter plainte en Angleterre et en Espagne

Cette situation a, selon les autorités, entraîné près du Stade de France un engorgement massif, des débordements et une intervention des forces de l’ordre.

À cet égard, Gérald Darmanin s’est "excusé très sincèrement" auprès des supporters de Liverpool pour "les grands dégâts, notamment sur des enfants" causés par les gaz lacrymogènes, utilisés de "façon disproportionnée", assurant que des "sanctions seront prises".
Les "citoyens britanniques et espagnols pourront déposer plainte dans leur pays à partir de lundi" et ils pourront aussi saisir l’Inspection générale de la police nationale (IGPN), a indiqué M. Darmanin.

"J’ai vu personnellement deux faits, où manifestement l’ordre public et l’utilisation du gaz lacrymogène étaient contraires aux règles d’emploi", a-t-il encore dit, précisant avoir "demandé des sanctions au préfet de police pour ces deux responsables des forces de l’ordre".

Lacrymogènes : des règles différentes à l’avenir

Gérald Darmanin a annoncé aussi avoir demandé au délégué interministériel aux JO, Michel Cadot, d’envisager "des règles différentes" que celle de la dispersion avec du gaz lacrymogène en cas "d’évènements sportifs exceptionnels", estimant que ces moyens n’étaient pas "adéquats".

Gérald Darmanin: "Nous regrettons très sincèrement les débordements" au Stade de France pic.twitter.com/0OpvIX28cy

— BFMTV (@BFMTV) June 1, 2022

La police "a utilisé des moyens de dispersion, est-ce que ces moyens sont adéquats pour un évènement comme celui-ci ? Manifestement, l’expérience mérite d’être très largement revue." Même s’il a reconnu que le gaz lacrymogène "a permis de sauver un certain nombre de personnes de l’écrasement, il a aussi causé de gros dégâts, notamment sur des enfants […] Je voulais m’excuser très sincèrement de cette utilisation disproportionnée", a ajouté le ministre. Présente aussi à l’audition, la ministre des Sports et des JO, Amélie Oudéa-Castéra, a listé des pistes d’amélioration comme "optimiser la gestion de la zone de premier filtrage", avec une "juste répartition des responsabilités entre les agents de sécurité privée et les forces de sécurité publiques", des "moyens matériels bien calibrés".

Les prochains JO à Paris en 2024 demandent une mobilisation inédite des forces publiques (police, gendarmerie, police municipale) et plus de 20 000 agents de sécurité privée.

Centre Presse Aveyron
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?