Législatives 2022 : trois circonscriptions aux dynamiques démographiques très différentes en Aveyron

Abonnés
  • Rodez, dynamique, tire la première circonscription.
    Rodez, dynamique, tire la première circonscription. Centre Presse, DDM et Midi Libre
  • Le déclin de Decazeville plombe la deuxième circonscription.
    Le déclin de Decazeville plombe la deuxième circonscription. Centre Presse, DDM et Midi Libre
  • L’arrivée de la Légion étrangère à La Cavalerie en 2016 a permis au Sud-Aveyron de se maintenir à flot en termes de démographie.
    L’arrivée de la Légion étrangère à La Cavalerie en 2016 a permis au Sud-Aveyron de se maintenir à flot en termes de démographie. Centre Presse, DDM et Midi Libre
Publié le

L’Insee a analysé le profil des trois circonscriptions de l’Aveyron. Les données permettent de mettre en exergue une première dynamique, une deuxième au ralenti et une troisième à la croisée des chemins.

Mi-avril, à quelques semaines des élections législatives, l’Institut national de la statistique (Insee) a publié une vaste étude sur la composition de chacune des trois circonscriptions de l’Aveyron. Ce travail, qui est le condensé d’une série de publications diffusées au cours des dernières années, permet de mieux appréhender les enjeux dans ces trois territoires, qui ont en commun la ruralité, mais qui finalement vivent, démographiquement des dynamiques différentes. La première circonscription profite de la locomotive ruthénoise, la seconde souffre, notamment à cause du déclin du Bassin et la troisième, autour de Millau, reste stable.

Première circonscription : la dynamique ruthénoise

La première circonscription de l’Aveyron, contient Rodez et son agglomération, mais également tout le nord du département et donc l’Aubrac. En termes de démographie, ce territoire a bénéficié de la belle dynamique de la préfecture ruthénoise, qui ne cesse de gagner des habitants depuis plusieurs années. C’est le cas aussi d’Espalion, qui, depuis 2014, a mis en place une politique d’attractivité assez efficace lui permettant, d’ici à 2026, d’ambitionner de passer la barre des 5 000 habitants. Deux situations qui permettent de compenser le déclin démographique des zones rurales.

À noter cependant que ces données pourraient évoluer dans les années à venir. En effet, le décalage des chiffres de l’Insee (les dernières données disponibles datent du recensement de l’année 2019, dont les résultats ont été publiés début 2022), montre qu’on ne peut pas encore mesurer "l’effet Covid". Les professionnels de l’immobilier et d’autres observateurs de terrain constatent de plus en plus de retours de personnes parties vivre dans des métropoles et qui veulent retrouver de l’air, et de l’espace. Un constat qui se fait notamment à Rodez, mais également dans les "campagnes" où les élus aimeraient même, notamment sur l’Aubrac (Saint-Chély, Laguiole…), pouvoir lancer des programmes de construction de lotissements. L’âge moyen de l’habitant de la première circonscription est d’un peu moins de 45 ans.

Un chiffre pondéré grâce à l’Agglo de Rodez, qui est plus jeune. 25 % de la population a plus de 65 ans, un chiffre qui se retrouve également dans les données de l’emploi puisque 28,8 % de la population du territoire est retraitée. À noter également, encore une fois grâce à Rodez, que la circonscription est celle de l’Aveyron où il y a le plus de jeunes (enfants mineurs et étudiants). Ils pèsent 21 % de la population. Tout l’enjeu des politiques à mettre en place dans les prochaines années sera juste d’arriver à garder ces jeunes sur le territoire.

Deuxième circonscription : le déclin continue

La commune principale de la deuxième circonscription est Villefranche-de-Rouergue. Decazeville, depuis les années 1950, ne cesse de décliner. Au point qu’elle devrait, dans les années à venir, passer sous la barre des 5 000 habitants. Une dynamique de recul démographique qui s’applique à tout le Bassin et qui a des conséquences directes sur l’activité locale. Le Ségala très agricole fait également partie de cette circonscription multifaces entre Villefranche "l’urbaine", Decazeville "l’ouvrière" et le Ségala "rural". Un amalgame curieux, qui perd de la population année après année et où les élus peinent à retenir les jeunes. L’âge moyen, de 47 ans et demi, est de loin le plus élevé des trois circonscriptions de l’Aveyron. C’est également plus de 6 ans de plus que la moyenne nationale. Une donnée qui dénote un vieillissement de la population qui n’a pas réussi à être endigué par les politiques publiques et l’attractivité la plus faible de l’Aveyron.

Avec plus d’un habitant sur trois à la retraite, et seulement 37,6 % d’actifs, sans une (r) évolution forte il y aura bientôt plus de retraités que de travailleurs. Ce qui ne fera qu’accentuer un déclin démographique continu depuis maintenant de longues années.

Troisième circonscription : à la croisée des chemins

Au cours du mandat écoulé, la troisième circonscription n’a pas perdu d’habitant. Elle en a même gagné un peu (environ 800), mais à cette échelle, l’évolution est minime. Surtout, cette stabilité est surtout liée à la progression de l’aire urbaine de Millau (à La Cavalerie notamment, qui a gagné 875 habitants en 6 ans), pendant que le reste du territoire, Saint-Affrique en tête, peine à avoir une balance démographique positive. Même topo sur le Lévézou. Avec 30,5 % de retraités, la troisième circonscription est pile à la moyenne des deux autres territoires de l’Aveyron. Cependant, ce chiffre devrait augmenter dans les prochaines années puisque l’âge moyen, d’un peu plus de 46 ans, mais surtout le fait que plus de 50 % de la population a plus de 50 ans laisse augurer un vieillissement de la population sans une évolution majeure de l’attractivité du territoire. À noter cependant qu’avec 40,2 % d’actifs, mais aussi 20 % des jeunes l’équilibre entre actifs et inactifs est encore loin d’être menacé. À l’aube d’un nouveau mandat législatif, la troisième semble être, démographiquement pile entre les situations des deux autres circonscriptions. Il faudra sans doute voir dans cinq ans, de quel côté la situation a basculé.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 1€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 23h15 la veille
  • Publicités limitées
Guilhem Richaud
L'immobilier à Villefranche-De-Rouergue

85000 €

Une maison de bastide qui a gardé sa charme. Au cœur de nombreuses commodit[...]

79000 €

Maison de ville entièrement rénovée d'une surface habitable d'environ 90m2[...]

220000 €

Immeuble de rapport idéalement situé à Villefranche de Rouergue, à proximit[...]

Toutes les annonces immobilières de Villefranche-De-Rouergue