Avec son jumeau numérique, ExactCure ouvre la voie à l’ultra-personnalisation médicamenteuse

  • Avec son jumeau numérique, ExactCure ouvre la voie à l’ultra-personnalisation médicamenteuse
    Avec son jumeau numérique, ExactCure ouvre la voie à l’ultra-personnalisation médicamenteuse
Publié le

Pépite de la health tech, la start-up niçoise souhaite devenir la référence mondiale de la simulation médicamenteuse personnalisée. Rencontre avec ExactCure qui intéresse déjà certains des plus importants acteurs industriels et hospitaliers.  

" Une étude britannique a démontré que 36 % des erreurs d’interactions médicamenteuses sont dues à un manque de personnalisation des traitements ", explique Fabien Astic, co-fondateur de la start-up ExactCure. Le surdosage en paracétamol est, par exemple, la première cause médicamenteuse de greffes du foie. C’est à ce défi majeur de santé publique que la start-up niçoise a décidé de s’attaquer. Imaginez votre double digital sur lequel votre médecin simulerait l’administration de certains médicaments pour trouver le bon dosage et observer les éventuelles interactions entre molécules. Cette technique permettrait d’éviter les accidents de " iatrogénie médicamenteuse " qui causeraient chaque année la mort de 10 à 30 000 personnes en France.

Calculer les risques d’interactions médicamenteuses néfastes

L’idée a germé dans la tête de Frédéric Dayan, actuel CEO de la société, lors d’une discussion avec Philippe Beaune. Professeur en biochimie et directeur de recherche à l’Inserm, ce dernier regrette l’absence d’outil capable de calculer les risques d’interactions médicamenteuses. Convaincu à son tour qu’une révolution de la personnalisation des traitements est possible, ce spécialiste en modélisation des médicaments s’associe alors avec Sylvain Benito et Fabien Astic.

" Nous avons commencé à travailler avec l’Inria (NDLR : Institut national de recherche en sciences et technologies du numérique) à Sophia-Antipolis au sein du département spécialisé en biomodélisation ", raconte ce dernier. Un premier prototype confirme tout le potentiel de l’idée. " A l’époque, nous étions quasiment les seuls à parler de jumeau numérique dans le domaine de la santé". En janvier 2018, la société est créée, bientôt soutenue par Bpifrance et certains réseaux régionaux. Il faudra attendre 2020 pour voir sortir une première version du dispositif d’ExactCure : une application mobile composée d'une interface client et d'une interface dédiée aux professionnels de santé gravitant autour d’un " cœur de simulation " nommé ExaTwin, là où se crée le jumeau numérique.

Une solution qui séduit en France et aux Etats-Unis

Nourrie en continu de milliers de publications médicales internationales, la solution proposée par la health tech est programmée pour en extraire les données mathématiques les plus pertinentes. Le dispositif croise ensuite ces dernières en fonction des caractéristiques du patient et de ses traitements afin de créer une simulation personnalisée. " Le fait de combiner tous ces modèles est une prouesse que nous sommes les seuls à réaliser dans le monde ", affirme Fabien Astic.

La " simulation médicamenteuse personnalisée as a service " d’ExactCure a déjà séduit de grands acteurs du secteur, tels que Vidal, UPSA ou Elsevier. La start-up est également engagée avec l’AP-HP ou l’Inria sur des projets expérimentaux autour du cancer du rein, en psychiatrie ou en cardiologie. Alors que l’entreprise compte 25 collaborateurs, elle est en pleine croissance et s'impose déjà à l’international. Aux Etats-Unis, ExactCure et Tabula Rasa HealthCare, groupe de référence en conseil médicamenteux auprès des professionnels de santé, sont notamment associés dans un partenariat de recherche " qui est déjà un succès technique total ", se réjouit Fabien Astic. Voilà un jumeau numérique en pleine santé.

BPI France
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?