Thierry Cransac fait feu de tout bois avec ses équipements pour les pizzerias

Abonnés
  • électricien de formation, Thierry Cransac installe du matériel haut de gamme pour les pizzerias dans toute la France.	DR
    électricien de formation, Thierry Cransac installe du matériel haut de gamme pour les pizzerias dans toute la France. DR
Publié le

Originaire de La Selve, né en 1969 à côté d’Avignon, il est installé à Monteux.

"Ce n’est pas ce que j’ai fait de mieux !" Avec son accent, savant cocktail de cassoulet et de cigales, Thierry Cransac manie l’humour et la dérision. C’est ainsi qu’il parle de son parcours scolaire. Il en rajoute une petite couche : "J’étais un vrai gaucher, écrivant de droite à gauche et à l’envers. Il fallait une glace pour déchiffrer mes textes !". S’il était "fâché avec l’Éducation nationale", il avait, en revanche, "très envie de travailler". Du coup, s’inspirant peut-être de trois oncles qui étaient dans ce secteur, il est devenu apprenti électricien, tout en faisant les saisons en tant que pizzaïolo, à l’âge de 16 ans, en bord de mer (à Port-Camargue) ou dans le camion de son village.

Tant et si bien que, dès que la majorité a sonné, il s’est mis à son compte. Pour quitter le nid et voler de ses propres ailes, il a pu s’appuyer "sur les conseils avisés" du Millavois Eric Branchet à Roquemaure, dans le Gard. "Il m’a tout appris", confirme l’intéressé. Commençant ainsi par un mini-golf et un camion, il venait d’écrire les premières pages d’une longue et intense histoire, riche de plusieurs tomes.

Le choix de marques haut de gamme

Thierry Cransac est né à Montfavet dans le Vaucluse, en 1969, avec du sang aveyronnais dans les veines puisque ses grands-parents paternels sont de La Selve. Ils ont quitté le Lévézou pour monter à Paris, avant de prendre leurs quartiers en Avignon. C’est donc là qu’il a grandi, avant de créer son activité, puis de rejoindre Le Pontet, où il a donné naissance à une première pizzeria, au début des années 1990, dans une ancienne station-service de l’ex-Nationale 7, et ensuite une deuxième en 1996.

Ayant des fourmis dans les jambes, il a déménagé à Entraigues- sur-la-Sorgue en 1999, posant ses valises jusqu’en 2007. C’est là qu’il a lancé, en 2002, Côté pizza équipement, devenu, en 2014, Pizza store distribution, lors de son installation à Monteux (où il exerce toujours). Spécialisé jusque là dans les produits alimentaires, il s’est tourné vers le matériel. Mais, la réalisation des pizzas est restée dans la famille, entre les mains de son épouse Armande.

L’entreprise compte aujourd’hui cinq salariés et autant de sous-traitants. Distributeur exclusif de diverses marques ("Il y a cinq ans, on a fait le choix du haut de gamme, de matériel premium"), Thierry Cransac est (re)connu pour ses fours à bois et aussi pour ses tunnels (de 2 à 15 mètres) destinés à la petite industrie. S’il se dit "heureux" ("J’ai atteint ce que je voulais"), il avoue "malgré tout deux frustrations" : "On vend quelque chose qu’on ne fabrique pas et le fait de ne pas mettre les mains à la pâte me manque. J’aime le contact avec les clients, la notion de service, la convivialité également. Je n’exclus d’ailleurs pas de rouvrir une affaire." Peut-être à Paris où il a développé, peu à peu, un gros réseau...

Une "cousinade" tous les deux ans

Thierry Cransac aurait pu avoir un pied-à-terre en Aveyron. Plus précisément du côté de Millau, non loin d’un de ses oncles, qui était au Viala-du-Tarn. Il a finalement acheté une maison en... Bourgogne, près de Mâcon. Mais, ce n’est pas pour autant qu’il a tourné le dos au département. Il y séjourne ainsi très régulièrement, "par amour du territoire et aussi pour revoir des amis", selon ses propres termes. Fidèle, notamment, à Laguiole et à sa région, son prochain séjour est fixé le 1er juillet pour partager, avec des proches, une table d’un étoilé de l’Aubrac. Et il était là également pas plus tard que... le week-end dernier.

Pour un rassemblement "patronymique". Les Cransac se retrouvent en effet depuis deux décennies, tous les deux ans, pour une sorte de "cousinade". "Tout est parti de la capitale, grâce à une erreur de livraison d’un colis entre Jacques Cransac, qui travaillait dans l’environnement, et Daniel Cransac, colonel chez les Pompiers de Paris, à la retraite aujourd’hui à Naucelle, explique le Vauclusien. Passionnés tous les deux de généalogie, ils ont alors lancé des recherches, avec dynamisme".

Les premières retrouvailles ont été célébrées le 3 novembre 2001 à Lédergues. Ils étaient 303 à table ! Dont certains qui avaient fait le voyage de... Piguë en Argentine ! Après Naucelle, le Viaduc du Viaur ou encore... Cransac, l’édition 2022, orchestrée par Thierry Cransac, a donc été servie voilà quelques jours au Bowling du Rouergue à Onet-le-Château. Au grand dam des quelques "historiques" de cette assemblée générale, les convives étaient certes moins nombreux qu’il y a vingt ans, mais "le plaisir de se retrouver est, lui, toujours le même". Ces invités ont-ils commandé des pizzas ?

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 1€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 23h15 la veille
  • Publicités limitées
Rui DOS SANTOS
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?