Aveyron : les ouvriers de l'ex-usine Sam de Viviez ont déposé leurs dossiers devant les prud'hommes

  • Les 283 dossiers ont été déposés devant les Prud'Homme, ce mardi 21 juin.
    Les 283 dossiers ont été déposés devant les Prud'Homme, ce mardi 21 juin. Centre Presse - Philippe Henry
Publié le

Ce mardi 21 juin, 283 dossiers ont été déposés devant la justice prud'homale.
 

Deux piles de six cartons volumineux sont déposées devant les grilles du palais de justice de Rodez. Ce mardi 21 juin, en début d'après-midi, plusieurs dizaines d'anciens salariés de l'usine SAM de Viviez se sont ainsi retrouvées autour de leurs représentants syndicaux, Ghislaine et David Gistau et de l'avocat des représentants du personnel, Renaud Fréchin.

" Nous déposons 283 dossiers, ceux des ex-salariés de l'usine Jingjiang Sam de Viviez qui ont fait l'objet d'un licenciement au mois de décembre dernier, explique l'avocat Renaud Fréchin. Ces dossiers sont présentés à la fois contre les mandataires liquidateurs représentants  la société Jingjiang mais aussi contre la société Renault et l'une de ses filiales. Contre la société Jingjiang pour fraude de gestion et licenciement sans cause réelle et sérieuse, la société Renault et l'une de ses filiales pour co-emploi et sur une faute civile qui a été commise. Depuis le début de cette procédure, la société Renault a agi comme si elle était l'employeur. Il faut savoir que la société Renault a versé plus de 15 millions d'euros de subvention pendant toute la période de procédure collective, elle s'est érigée en arbitre pour décider du repreneur. Sauf que le seul choisi par Renault ne voulait pas venir, ce qui a été dit devant la ministre de l'époque, Agnès Panier-Runacher."

"Nous réclamons réparation du préjudice qui est celui de ces 283 salariés, celui de perdre un emploi que beaucoup occupaient depuis 20, 30 ou 40 ans. Préjudice également issu du fait qu'ils vont comme tenu de leur âge, du manque de formation, vivant dans un bassin d'emploi sinistré, vont galérer à retrouver du travail", assène l'avocat.

"Notre requête sera probablement examinée sur plusieurs mois, voire un an. Mais nous sommes des gens tenaces et attendre un an ne leur fait pas peur", assure Renaud Fréchin. 

Pour Ghislaine Gistau, "c'est l'aboutissement d'un long combat qui n'est pas encore terminé, mais cela rend les choses officielles. Renault n'a pas voulu négocier, aujourd'hui nous décidons de saisir pour obtenir réparation".

Voir les commentaires
L'immobilier à Rodez

252 €

Proche Dans une résidence sécurisée, venez découvrir ce studio comprenant u[...]

265 €

RODEZ - STUDIO équipé et fonctionnel situé à deux pas du centre ville, à cô[...]

369 €

Entrée, séjour avec coin cuisine (plaques électriques, frigo), salle de bai[...]

Toutes les annonces immobilières de Rodez
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?

Les commentaires (1)
Rioloriolo Il y a 10 jours Le 25/06/2022 à 15:18

La CGT encore le grand perdant et les salariés qui les font confiance aveuglément, toujours dans le déni et dans la confrontation pour perdre une fois de plus,15 millions à demander à ton client, il fallait y penser, Renault vous a aidés à ne pas fermer depuis 2017, après avoir chassé bellity et refuser la seule offre crédible en disant (CIE DÉGAGE) sans demander l'avis des salariés dont la majorité était prête à travailler avec les Espagnoles. Et L'avocat qui demande au tribunal de reconnaitre RENAULT comme co-employeur et de plus contester aussi le licenciement pour une usine déjà condamnée à fermer depuis fort longtemps. La CGT dans son combat perdu d'avance fait enterrer tout le monde avec eux, sauf les salariés non soumis. Et surtout un jugement n'est jamais gagné d'avance ......
Sam=0 salarié et CIE proposait 200 salariés...