La Clauze joue son rôle d’établissement hospitalier de proximité malgré les difficultés

Abonnés
  • Une assemblée générale instructive
    Une assemblée générale instructive
Publié le

Pour sa traditionnelle assemblée générale, Jean-Claude Maurel, président, a accueilli les adhérents de l’Association CSSR La Clauze, venus nombreux. Il a ensuite félicité une nouvelle fois les professionnels du CSSR qui ont fait preuve d’un dévouement sans faille et de résilience depuis douze mois post-Covid et post-vaccination de la population. Avec une activité hospitalière de + 10%, pas de lits fermés pendant l’été 2021 et la reprise de l’ensemble des activités hors des murs et des soins externes, en particulier avec de nouvelles prises en charge pour les enfants en masso-kinésithérapie, orthophonie et soins de psychologie, le CSSR La Clauze poursuit son rôle d’établissement hospitalier de proximité. Les travaux d’extension ont abouti courant 2021, avec des travaux d’investissement supérieurs à un montant de 2 200 000€, offrant des chambres particulières à chaque patient demandeur, de la sécurisation des locaux, et du confort permettant des prises en charge spécialisées tant pour les personnes accueillies que pour les professionnels. Des soins de plaie cicatrisation sont nouvellement accessibles en télé-expertise disponibles pour l’ensemble de la région Occitanie, une expertise supplémentaire pour l’établissement, les médecins de ville et les malades ou EHPAD qui requièrent ce besoin.

Plus de 1500 personnes ont bénéficié des prestations du CSSR La Clauze en 2021, dont plus de 400 personnes sur des actions de prévention du vieillissement, enjeu majeur pour nos ainés. Jean-Pierre Salmon, directeur du CSSR a ensuite rappelé le contexte compliqué de ce deuxième trimestre de l’année 2022 : "Pas de budget connu à ce jour, pas de financement pérenne de nos activités, pas de financement de notre augmentation d’activité, un financement que partiel des mesures de revalorisation salariale pourtant annoncées par le gouvernement en pleine crise Covid en 2020. Dans ce contexte il n’est pas étonnant que les professionnels quittent nos métiers et que nous soyons contraints de fermer des lits, alors que les besoins de soins avant l’été sont impressionnants, et les demandes d’admission dans notre établissement SSR en augmentation constante depuis plusieurs années. C’est très compliqué de piloter des projets dans ces conditions, mais nous nous y attacherons, afin de maintenir une offre de soins en milieu rural".

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 1€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 23h15 la veille
  • Publicités limitées
CORRESPONDANT
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?