Onet-le-Château : l’association CLCV s’indigne de l’introduction d’un forfait urgence

  • MM. Lascoumes, Battas et Teulier.
    MM. Lascoumes, Battas et Teulier.
Publié le

Coup de colère de l'association sur ce forfait de 19,61 € mis en place en début d'année.
 

Jusqu’à ce début d’année, se rendre aux Urgences était un service pris en charge par notre protection sociale. Aujourd’hui ce n’est plus le cas… En effet, depuis le 1er janvier 2022, un "forfait patient urgences" (FPU) a été mis en place. Quels que soient les soins dispensés aux Urgences et si vous n’êtes pas hospitalisé, vous devez vous acquitter d’un forfait de 19,61 €.

Bien sûr pour ceux qui ont une complémentaire santé ce forfait patient urgences est ou sera pris en charge par la mutuelle mais pas par la sécurité sociale.

Alors me direz-vous où est le problème ?

La CLCV constate, une nouvelle fois, que le législateur affaiblit la sécurité sociale et installe un nouveau reste à charge pour les usagers du système de santé. C’est donc une nouvelle brèche faite au droit fondamental à la santé que nous nous finançons tous collectivement. La CLCV ne peut accepter ce nouveau recul de notre protection sociale.

Le législateur justifie l’introduction de cette nouvelle dépense pour les patients. Il incitera les patients à se rendre en première intention chez leur médecin traitant et pas aux urgences. Mais la réalité c’est que ce forfait n’y changera rien ! Car c’est précisément parce que les patients n’arrivent pas à consulter leur médecin traitant, qu’ils se rendent aux Urgences.

Nous avons tous eu, un jour, des difficultés à obtenir d’un médecin généraliste un rendez-vous en urgence. Entre le filtrage du secrétariat ou le répondeur téléphonique, c’est un vrai parcours du combattant ! Et si vous avez besoin de consulter votre médecin après 18 heures ou le week-end, alors cela devient mission impossible. C’est donc plus l’insuffisance de la permanence des soins de la médecine de ville, l’une des causes d’engorgement des Urgences et non le fait que ce service serait abusivement utilisé, car gratuit. Personne ne va aux urgences par plaisir !

Ce nouveau forfait, est bel et bien un nouveau déremboursement, une nouvelle dépense pour le citoyen ! Mais surtout un abandon de plus à notre protection sociale, telle que l’avait voulu le conseil de la résistance au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. "Les jours heureux" s’éloignent et nous regardons ailleurs…

Centre Presse Aveyron
Voir les commentaires
L'immobilier à Onet-Le-Château

179500 €

Dans le secteur prisé de Saint Firmin à deux pas du quartier de La Baleine,[...]

35 €

Parking couvert n°52 R-1[...]

159000 €

Très bel Appartement dans une résidence sécurisée proche des écoles et de t[...]

Toutes les annonces immobilières de Onet-Le-Château
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?

Les commentaires (1)
Anonyme13114 Il y a 1 mois Le 26/06/2022 à 11:04

La CCLV feint d'ignorer qu'un tiers au moins des patients qui se présentent aux urgences n'ont rien à y faire, ce forfait vise à décourager ce genre de pratique. Plutôt que de râler comme d'habitude la CCLV n'a qu'à rembourser les forfaits , mais il le faut pas y compter car ces gens là ne sont généreux qu'avec l'argent des autres.