Covid-19 : quelles mesures préventives pourraient être prises face à la 7e vague ?

  • À l’aube des premiers départs en vacances, le PDG de la SNCF Jean-Pierre Farandou a lui aussi embrayé, appelant les voyageurs à porter de nouveau le masque dans les gares et les trains, par « sens civique ». 
    À l’aube des premiers départs en vacances, le PDG de la SNCF Jean-Pierre Farandou a lui aussi embrayé, appelant les voyageurs à porter de nouveau le masque dans les gares et les trains, par « sens civique ».  Repro CPA
Publié le

Une nouvelle vague de Covid-19 se manifeste depuis la mi-juin dans l'Hexagone. Près de 125 000 nouveaux cas ont ainsi été comptabilisés mercredi 29 juin, 57 % de plus qu’une semaine auparavant. Face à ce fort rebond, le gouvernement dispose de nombreux outils pour endiguer l’épidémie. Lesquels ?

Limiter la circulation des personnes et/ou des véhicules ?

Avec la réouverture totale des commerces, la fin du passe sanitaire (sauf dans les lieux de santé), le retour en présentiel dans les entreprises et la levée de l’obligation de porter le masque, la vie semble par bien des aspects avoir repris son cours normal. Pourtant, la France est toujours aujourd’hui « en période transitoire de sortie d’état d’urgence », et ce jusqu’au 31 juillet, avant l’examen, d’ici quelques jours, d’un nouveau projet de loi visant à maintenir « un dispositif de veille et de sécurité sanitaire » jusqu’en mars 2023.

Ce régime actuel de sortie de crise sanitaire, mis en place par la loi du 31 mai 2021, laisse encore aujourd’hui une importante marge de manœuvre à la Première ministre qui peut instaurer et lever, par décret, des mesures ponctuelles, pendant encore un mois.

D’ici la fin du mois de juillet, comme le rappelle le site du Service public, Élisabeth Borne peut donc « limiter les déplacements » des Français, les rassemblements, les réunions et les manifestations. Elle peut aussi limiter l’utilisation des transports collectifs « en les interdisant dans les territoires où le virus circulerait activement ».

Ces décrets doivent toutefois être « pris sur le rapport du ministre chargé de la Santé, dans l’intérêt de la santé publique et aux seules fins de lutter contre la propagation de l’épidémie de Covid-19 », précise le texte.

A lire aussi : Covid-19 : la ministre de la Santé "demande aux Français de remettre le masque dans les transports"

Réimposer le masque dans les transports ?

On entend plus parler que de lui depuis plusieurs jours. Que ce soit du côté de la ministre de la Santé, Brigitte Bourguignon, de la Première ministre, Élisabeth Borne, du « monsieur Vaccin » du gouvernement, Alain Fischer, ou encore de Jean-Pierre Farandou, le PDG de la SNCF, le masque de protection est sur toutes les bouches.

Les recommandations de le remettre notamment dans les transports se multiplient, sans certitude qu’elles suffiront, avec la vaccination, à enrayer le mouvement. Mardi 28 juin, la Première ministre a ainsi demandé aux préfets et autorités sanitaires d’encourager le port du masque « dans les lieux de promiscuité » et « espaces clos », notamment « les transports en commun ». Plus tôt, Brigitte Bourguignon, encore ministre de la Santé, avait de son côté demandé aux Français de remettre le masque dans les transports « par civisme ».

À l’aube des premiers départs en vacances, le PDG de la SNCF Jean-Pierre Farandou a lui aussi embrayé, appelant les voyageurs à porter de nouveau le masque dans les gares et les trains, par « sens civique ». « Il faut protéger nos personnels, il faut protéger nos voyageurs », a-t-il lancé.

Alors le masque sera-t-il de nouveau obligatoire dans les transports bientôt ? Pour l’heure, la Haute Autorité de santé (HAS) n’a pas émis de nouvelle recommandation sur le port du masque. 

A lire aussi : Covid-19 : "les signaux épidémiques virent au rouge" en Occitanie, l'ARS préconise le retour du masque

églementer certains commerces ?

Avec le régime de sortie de crise sanitaire toujours en vigueur aujourd’hui, la Première ministre peut, « sur le rapport du ministre chargé de la Santé », limiter « l’ouverture des établissements recevant du public », note en outre le site du Service public.

Élisabeth Borne peut donc théoriquement, par décret, limiter l’accès aux commerces, cafés, restaurants, théâtres, cinémas etc., en élargissant notamment le recours au pass sanitaire ou en y imposant une jauge de personnes. Elle peut également l’élargir aux lieux ou événements accueillant du public « pour des activités culturelles, sportives ou de loisirs ».

Un pass sanitaire aux frontières ?

Selon un avant-projet de loi visant à maintenir « un dispositif de veille et de sécurité sanitaire » jusqu’en mars 2023, le gouvernement français envisagerait en outre de recourir au pass sanitaire à l’arrivée dans l’Hexagone, en Corse et dans l’Outre-mer. Ce passe aux frontières pourrait aussi s’appliquer « aux personnels intervenant dans les services de transport concernés ».

Proroger les fichiers SI-DEP ?

Le gouvernement veut aussi proroger jusqu’au 31 mars 2023 les fichiers informatiques SI-DEP (résultats des tests de dépistage) et Contact Covid (personnes infectées et cas contacts). Il souhaite par ailleurs créer un « comité de veille et d’anticipation des risques sanitaires », rattaché aux ministres de la Santé et de la Recherche.

 

Centre Presse Aveyron
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?