Aveyron : plus d'un demi milliard prévu pour les routes jusqu’en 2035

Abonnés
  • La modernisation des routes, l’une des priorités de la mandature Viala.Archives JAT
    La modernisation des routes, l’une des priorités de la mandature Viala.Archives JAT
Publié le

Le conseil départemental a dévoilé son plan pluriannuel d’investissement pour le réseau routier. Il s’élève à un demi-milliard d’euros jusqu’en 2035.

De tout temps, le conseil départemental de l’Aveyron a aimé choyer son réseau routier. "Les routes", comme on dit dans le jargon de la collectivité, sont une priorité. À l’instar de ses prédécesseurs, l’actuel président Arnaud Viala en a fait l’une des siennes, avec à la manœuvre, son vice-président André At. "Notre département se distinguera par l’ampleur des moyens qu’il mettra sur ses routes et sur les mobilités en général", a souvent répété le premier. Et qu’importe si de tout temps, ce dossier a également nourri bon nombre de critiques au regard du budget qui lui est consacré. Des millions pour quelques virages coupés, aiment à répéter les opposants.

A lire aussi : Circulation : à quand le désengorgement de la rocade de Rodez ?

35,5 millions d’euros par an en moyenne jusqu’en 2035

Le 10 décembre dernier, lors du vote du programme de mandature, l’assemblée départementale avait acté la nécessité la collectivité de disposer d’une vision pluriannuelle des investissements dans le domaine routier. Avec trois mots d’ordre : désenclavement, sécurité et confort des usagers et attractivité en terme touristique notamment… Récemment, le conseil départemental a dévoilé ce plan d’investissement. Il s’élève à 577 millions d’euros jusqu’en 2035. Soit 35,5 millions d’euros en moyenne chaque année.

Et s’il paraît bien difficile d’imaginer tous les contours du réseau routier aveyronnais d’ici 2035, le Département a déjà coché ses priorités d’aménagement. Avec bien entendu la poursuite de la mise à 2x2 voies de la RN88, entre Rodez et Sévérac-le-Château. À échéance "de 15 ans", ont avancé les élus. Un délai "désespérant" pour beaucoup, malheureusement habitués aux soubresauts lorsqu’il s’agit d’évoquer cette fameuse RN88. Le Département a chiffré cette réalisation à 350 millions.

Mais, rien n’est encore acté : rappelons que la question est aujourd’hui de savoir qui assurera la maîtrise d’ouvrage de cette portion en direction de l’A75. La Région Occitanie ainsi que la collectivité aveyronnaise le souhaitent. Et l’État n’a toujours pas tranché… En attendant, Arnaud Viala et ses équipes ont prévu de s’attaquer à la modernisation du réseau structurant, avec un objectif : l’amélioration des temps de parcours. L’aménagement de la RN88 impactera les flux, notamment sur la RD911 ou RD997. Des aménagements sont prévus, tout comme sur l’axe Rodez-Réquista (RD902).

Hôpital médian, ponts vétustes et mobilités douces…

Un autre sujet fort est au cœur de ce plan pluriannuel d’investissement : celui de la desserte routière du nouvel hôpital médian du Sud-Aveyron. Plusieurs opérations sont envisagées comme l’aménagement de la RD999, en traverse de Saint-Affrique, ou la réalisation de la déviation de Saint-Georges-de-Luzençon jugée " comme indispensable " par la collectivité. Coût prévisionnel des travaux : 31 M€.

Depuis le début de l’année, Arnaud Viala et son vice-président André At se sont également lancés dans un tour des communes aveyronnaises afin d’échanger sur les besoins de celles-ci en termes de réseau secondaire. De nombreux projets ont été retenus et doivent être réalisés dans les années à venir. La vétusté de certains ponts a également été pointée du doigt. Celui de Port d’Agrès, de Brousse, de Saint-Izaire ou encore l’incontournable pont de Grand Fuel à Salmiech devraient gagner en modernité. Et en sécurité.

Après lecture de ce plan d’investissement, l’opposition s’est, elle, attardée sur une donnée : la somme allouée aux mobilités douces. Elle est fixée à 13 millions d’euros sur les 577… "Bien trop peu", ont fait remarquer plusieurs élus de gauche. La majorité départementale a, elle, rappelé qu’elle "serait amenée chaque année, au regard notamment de l’évolution du projet de mise 2x2 voies de la RN88, à faire évoluer ce plan d’investissement".

Dès 2025, à mi-mandat, une révision sera proposée pour prendre en compte les nouveaux besoins identifiés ou les évolutions du contexte. Et du budget certainement de la collectivité en ces temps de grandes incertitudes et d’inflation galopante.

Repères

5 910 en kilomètres, le réseau routier départemental. Ce qui le positionne au deuxième rang régional, derrière la Haute-Garonne. En France, la moyenne se situe à 3 970 km.

1 450 ponts sur le territoire aveyronnais.

55 hectares de murs de soutènement de hauteur supérieure à 2 mètres.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 1€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 23h15 la veille
  • Publicités limitées
Voir les commentaires
L'immobilier à Rodez

285 €

STUDIO au 3e Studio semi- meublé: Pièce principale divisée en deux par meub[...]

234 €

Pièce principale avec coin cuisine équipée de plaques chauffantes, frigo), [...]

60 €

Petit garage résidence sécurisée 'les citendines' rue aristide Briand à Rod[...]

Toutes les annonces immobilières de Rodez
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?