Interview - Rémy Boissier revient sur la préparation du Raf avant le retour de la Ligue 2 ce samedi

Abonnés
  • Rémy Boissier  a été le joueur de champ le plus utilisé la saison passée en Ligue 2.
    Rémy Boissier a été le joueur de champ le plus utilisé la saison passée en Ligue 2. Centre Presse - Jean-Louis Bories
Publié le

Avant le premier rendez-vous de la saison, samedi 30 juillet à Quevilly, le capitaine de Rodez est revenu sur la préparation de son équipe et s’est projeté sur la saison à venir.

Dans quel état d’esprit vous situez-vous avant la reprise du championnat ?

Physiquement, on se trouve tous bien. On a bien bossé avec les deux préparateurs physiques, on a mis certaines choses en place avec le coach. On a eu une préparation longue mais qui s’est bien déroulée dans l’ensemble, il n’y a pas eu de pépin. Mentalement, on est frais. La saison dernière appartient au passé, on est prêt pour attaquer une nouvelle année.

Durant la préparation, vous avez perdu cinq de vos six matches amicaux. Est-ce un problème avant de retrouver la compétition ?

Je ne vois pas en quoi ce serait inquiétant. Ces matches ne nous font pas perdre de points pour le championnat. Je n’aime pas trop comparer, mais n’oublions pas qu’il y a un an, Ajaccio avait perdu tous ses amicaux et cela ne les avait pas empêchés de monter en Ligue 1. Il y a des moments où le staff voulait travailler sur une certaine fatigue, mettre des choses particulières en place. Les amicaux ne reflètent pas forcément la saison.

À l’issue du dernier match amical, contre Clermont (0-2), samedi, Laurent Peyrelade avait déclaré : "On n’est pas prêt". Est-ce que vous partagez le même avis que votre entraîneur ?

Le groupe travaille, à son rythme, mais travaille. On va encore progresser. Il y a un premier sprint très important jusqu’à la coupe du monde (coupure d’un mois et demi après la 15e journée, le 12 novembre, NDLR). On l’a en tête et il ne faut pas le louper. Donc il faudra être prêt dès samedi.

A lire aussi : Football : Rodez défait par Clermont pour son dernier match amical

Est-ce que l’objectif de la saison est le maintien ?

L’objectif est de gagner des points au plus vite, lors de ce premier sprint jusqu’à la coupe du monde. Après, on pourra se jauger par rapport aux autres, savoir ce qu’on pourra faire ou ne pas faire. Les quinze premiers matches vont être déterminants pour la suite.

En juillet et août, vous affrontez Quevilly et Bastia, deux de vos concurrents pour le maintien la saison dernière, ainsi que le promu Annecy. Est-ce que cette période va déjà être importante pour vous ?

Ce sont des clubs qui nous ressemblent, donc il va falloir grappiller des points contre eux. Mais on sait qu’on est capable aussi de faire des choses contre des gros clubs. La Ligue 2 est un championnat varié, il y a souvent du turn-over dans les effectifs au mercato d’hiver. Il va falloir être à la lutte à chaque match. On a appris de nos erreurs de la saison dernière, de ce qu’il ne faut pas reproduire. On en est tous conscient, même les nouveaux ont été mis au diapason. À nous d’être costaud.

Quand vous parlez d’erreurs à ne pas refaire, à quoi pensez-vous ?

Plus que des erreurs, ce sont des choses à ne pas faire, pour éviter de se mettre en difficulté tout seul. Les 18 matches sans victoires ont fait mal (de la18e à la 35e journée). Mais pour retenir le positif, malgré cette série, on a réussi à se maintenir à une journée de la fin (Rodez était 17e avec 3 points d’avance sur Quevilly et une différence de but nettement favorable). C’était long, mais on a vu la force du groupe, capable de répondre présent sur les matches cruciaux de la fin. Le club a été maintenu, c’est le plus important. On part maintenant sur une autre saison, d’autres joueurs et même d’autres infrastructures avec l’arrivée du stade.

La nouvelle tribune qui doit arriver au retour de la coupe du monde, ça peut changer des choses ?

C’est important. Jouer devant une tribune d’un côté et une bâche grise de l’autre, ce n’est pas top. Mais c’est normal, il faut que les choses se mettent en place, on est obligé d’en passer par là. On a fait de bonnes choses avec un stade en transition, je suis certain qu’on en fera de belles quand le stade sera terminé.

A lire aussi : Football - Laurent Peyrelade (Rodez) : "Refaire comme l'an dernier, c'était niet"

Durant certaines rencontres amicales, vous avez travaillé le système en 3-4-3. Qu’est-ce qu’il apporte de plus que le 3-5-2 habituellement aligné par Laurent Peyrelade ?

Ce dispositif a été mis en place en fin de saison dernière et s’est avéré payant. C’est une autre corde à notre arc. On peut alterner entre plusieurs systèmes. Comment on va jouer au long de la saison ? Je n’en ai aucune idée. On va travailler plusieurs choses, il y a des joueurs polyvalents et je pense que c’était le choix du staff pour tourner dans les systèmes.

Afin d’être moins prévisible ?

Oui. Le club est monté en 3-5-2. C’était un système difficile à mettre en place mais il a payé et on ne peut pas l’enlever comme ça. Après quatre ans en Ligue 2, face à des clubs professionnels, on est peut-être un peu plus prévisible. À nous de changer. Le club est en perpétuelle évolution, ça passe aussi par là.

Il y aura quatre descentes en National à l’issue de la saison. Est-ce une préoccupation qui va vous habiter, vous et de nombreux de vos concurrents du championnat ?

A mon avis, jusqu’à la coupe du monde, toutes les équipes essaieront de jouer comme elles le veulent. Et puis, il y aura un point de fait durant la trêve et un autre championnat va commencer, avec les priorités de chaque club. C’est difficile de prévoir ce qu’il va se passer, en raison de la coupure, du fait que l’on joue pour la première à la période de Noël, d’avoir certains mois plus chargés que d’autres... On part sur un championnat vraiment différent. Je ne sais pas si ce sera plus dur, mais cela ne ressemblera pas à ce qu’on a connu.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
1€/mois
Guillaume Verdu
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?