France : un établissement de santé sur quatre a restreint l'accès aux urgences en juillet

  • Y a-t-il urgence aux urgences ?
    Y a-t-il urgence aux urgences ? Archives Centre Presse
Publié le , mis à jour

Une enquête du syndicat Samu Urgences de France (SudF) révèle également que les services d'urgence ont enregistré 180 000 passages de plus en juillet par rapport à juillet 2021.
 

Manque de personnels et de lits, services d'urgences débordés : le syndicat Samu Urgences de France (SudF) confirme dans les résultats d'une enquête mise en ligne le 3 août les craintes qui pesaient sur le fonctionnement des établissements de santé durant cet été 2022. 

Sur les 331 établissements de santé ayant des services d'urgences qui ont répondu à l'enquête (soit près de la moitié en France), 88 d'entre eux ont dû mettre en place des restrictions d'accès aux urgences, soit un peu plus de 25 %. 67 d'entre eux l'ont fait avec une régulation préalable orchestrée par le Samu centre-15, autorisant ou non l'accès aux urgences.

42 établissements de santé, soit un sur huit à peu près, ont eu eux recours à des fermetures totales des urgences de nuit en juillet, pour un nombre cumulé de 546 nuits, détaille La Dépêche. Et 24 établissements se sont vus contraints de fermer leurs services d'urgence de jour, pour un nombre cumulé de 208 jours.

Selon l'enquête de SudF, les services d'urgence ont accueilli en juillet 180 000 personnes de plus qu'en juillet 2021, soit une augmentation de 12 %, et 95 % de ces établissements de santé ont déclaré avoir rencontré des problèmes de lits pour accueillir les patients.  Avec une disparité notable selon les territoires : "il y a des endroits où ça s'est passé normalement", mais certains ont connu "des augmentations très importantes, de 80 voire 100 % d'activité", selon le président de SudF Marc Noizet.

De plus, 90 % de ces établissements disent manquer de médecins, et 89 % de personnels paramédicaux.

Samu, ça coince

Eux mêmes appelés pour venir en aide aux services d'urgence, les Samu de France connaissent aussi un coup de chaud. Les 97 Samu-Centres 15 ayant répondu à l'enquête (sur 102 au total) ont connu aune augmentation d'activité de 21 % en moyenne par rapport à juillet 2021. En manque de personnel également, 83 % des Samu ont relevé des difficultés de fonctionnement.

Quant aux SMUR (Service mobile d'urgence et de réanimation), 28 % d'entre eux ont dû effectuer une fermeture de ligne, dont 7 % une fermeture totale.

Le syndicat SudF s'inquiète donc pour le mois d'août, craignant "une évolution rapide vers une situation explosive" et demandant au ministère de la Santé de prendre toutes une série de mesures "pour permettre aux structures d’urgences d’assurer leurs missions". 

 

 

Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?