Football : Laurent Peyrelade "très contrarié" après le départ d'Adilson Malanda de Rodez

Abonnés
  • Après le départ de Malanda, Laurent Peyrelade espère que son président Pierre-Olivier Murat renforce l’effectif ruthénois.
    Après le départ de Malanda, Laurent Peyrelade espère que son président Pierre-Olivier Murat renforce l’effectif ruthénois. Centre Presse - Jean-Louis Bories
  • Après le départ de Malanda, Laurent Peyrelade espère que son président Pierre-Olivier Murat renforce l’effectif ruthénois.
    Après le départ de Malanda, Laurent Peyrelade espère que son président Pierre-Olivier Murat renforce l’effectif ruthénois. Centre Presse - Jean-Louis Bories
Publié le

Avant de recevoir Bordeaux, ce soir à 19 heures, l’entraîneur de Rodez est revenu sur le départ d’Adilson Malanda et a regretté un effectif trop restreint. Son président a calmé le jeu en promettant des arrivées imminentes.

Ce n’est pas tous les jours que Rodez affronte un géant du football français. Et pourtant, il a été bien peu question de la venue de Bordeaux à Paul-Lignon, samedi 6 août à 19 heures, au cours de la conférence de presse de veille de match. Le président Pierre-Olivier Murat s’est invité pour prendre la parole après son entraîneur, Laurent Peyrelade, ce qui est toujours signe d’un sujet brûlant.

Cette fois, il a été question de recrutement et de l’état de l’effectif après le départ confirmé d’Adilson Malanda vers les Etats-Unis et de son prêt finalement annulé à Rodez. Contrairement à ce qui a été annoncé dans un premier temps par le Raf, le défenseur central ne restera pas en sang et or jusqu’à la fin de l’année civile. De quoi irriter Laurent Peyrelade, qui compte seulement trois défenseurs centraux à disposition en ce moment. "Le problème, c’est qu’on perd un joueur par semaine, a-t-il déploré. Cela commence à devenir compliqué."

Peyrelade : "On s’appauvrit sportivement"

"Plein de choses m’énervent, a poursuivi le technicien. Qu’on recrute tard, je peux le comprendre. Qu’on perde tard des joueurs, ça peut s’expliquer. Mais si on s’enrichit financièrement, on s’appauvrit sportivement." Avant Adilson Malanda, il avait déjà dû composer avec deux départs majeurs en défense, ceux de Johann Obiang (Caen) et Julien Célestine (Leon, Mexique). Et seul le premier a été remplacé, par Akim Abdallah.

"Aujourd’hui, je suis très contrarié. On a un beau match à jouer et on parle de choses chiantes, a enchaîné Peyrelade. Quand on veut être dans la performance, il faut garder ses meilleurs joueurs. Là, on est en train de les perdre. Je suis content pour eux, ils ont de très beaux challenges. Mais du point de vue du club… Il faut qu’on prie pour que nos joueurs ne se blessent pas, car on n’est pas très nombreux."

Murat : "Trois joueurs arrivent lundi ou mardi"

Il a peut-être été rassuré par la prise de parole de son président, qui a annoncé la venue imminente de renforts. "Lundi ou mardi, trois joueurs vont arriver", a-t-il assuré. Et ce ne sera peut-être pas tout. "En fin de semaine prochaine, sur un dossier un poil plus compliqué, peut-être un de plus", a complété le dirigeant.

Suffisant pour dissiper tout malentendu ? À voir. Car Laurent Peyrelade et Pierre-Olivier Murat, sans parler de désaccord profond, n’ont pas été en phase au moment d’aborder la situation de l’effectif. "Ce qui arrive, ça fait partie de la gestion d’un coach, a avancé ce dernier. Il perd deux cadres en défense, qui n’étaient pas des cadres au moment où ils sont arrivés au club." Et de poursuivre : "Le président préside, il prend les décisions ; le manager manage, il me propose des profils ; l’entraîneur doit entraîner."

Le souhait de Laurent Peyrelade est de s’occuper d’un groupe plus étoffé et qui ne connaîtra plus de départs. "On n’avait pas besoin de se rajouter des dossiers, et c’est cela qui m’énerve, a avancé ce dernier. Je comprends très bien la position du club, c’est logique. Mais parfois on n’est pas d’accord. Et aujourd’hui, on n’est pas d’accord." Et cela arrive le jour d’une affiche de prestige.

"A minuit, j’avais annulé le transfert"

Finalement, il ne reviendra pas à Rodez. Parti depuis quelques jours aux Etats-Unis pour finaliser son transfert au club de Charlotte, Adilson Malanda devait profiter du fait que la prochaine saison de Major league soccer ne reprenne qu’en février pour rester au Raf sous forme de prêt, jusqu’au 31 décembre.

"C’était un souhait de notre part et de la leur", a indiqué Pierre-Olivier Murat. Le Raf avait d’ailleurs annoncé cette opération, jeudi 4 août, au moment d’officialiser le transfert du défenseur. Seulement, selon le président du Raf, la volonté commune a achoppé sur un point de réglement de la MLS, qui a empêché le prêt du défenseur.

Un revirement qui a failli tout annuler dans la nuit de jeudi à vendredi."A minuit, j’avais annulé transfert avec Charlotte", a assuré Murat. Avant de revenir sur sa position un peu plus tard, sur insistance du joueur.

"A 4 heures du matin, Adilson m’a appelé pour me dire : "Président, je comprends votre position mais je vous en supplie, je veux rester ici", a rapporté le dirigeant. Si je l’avais fait rentrer, il aurait eu la tête complétement à l’envers toute la saison." Il a alors fallu agir en urgence pour trouver un terrain d’entente. "Le marché des transferts de la MLS fermait à 6 heures du matin heure française. On a trouvé un accord supplémentaire", a-t-il indiqué, sans en préciser les conditions.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 1€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 23h15 la veille
  • Publicités limitées
Guillaume Verdu
Voir les commentaires
L'immobilier à Rodez

34 €

PARKING 3 N-1[...]

254 €

APPARTEMENT AVEC COIN CUISINE EQUIPEE - PETIT BALCON SECTEUR HYPER CALME - [...]

377 €

T1Bis avec cave et garage; 1er Entrée avec placard, séjour avec coin cuisin[...]

Toutes les annonces immobilières de Rodez
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?