Cinquante ans après, Gérard Galtier nous replonge au cœur du Larzac

  • Gérard Galtier dédicaçait son livre, samedi dernier, à l’Espace culturel.
    Gérard Galtier dédicaçait son livre, samedi dernier, à l’Espace culturel.
Publié le

Le 8 octobre 1971, Michel Debré, ministre de la Défense, annonce à la télévision régionale l’extension sur 14 000 hectares du camp militaire du Larzac. Prise sans aucune concertation, la décision marque le début d’une longue rébellion.

À l’origine du mouvement, les paysans du Larzac et, contre toute attente dans notre département plutôt traditionaliste, l’évêque de Rodez et les prêtres du sud du département, qui sont à l’origine de la première prise de position officielle sur ce qui va devenir "l’affaire du Larzac".

Gérard Galtier nous fait revivre les années 1971-72, au cours desquelles tous les éléments se mettent en place sur ce plateau rocailleux devenu l’ancêtre des "zones à défendre", mais où les activistes ne sont pas forcément ceux que l’on imagine. Dans la France de Pompidou et de l’après Mai 68, c’est en Aveyron qu’une page de la contestation s’écrit, pas forcément libertaire, mais pour la légitimité de la Terre. 50 ans plus tard, le journaliste-écrivain remet certaines pendules à l’heure, dans son livre "Il y a 50 ans, Le Larzac, le coup de goupillon de l’évêque de Rodez". Car, dans les nombreux ouvrages, souvent écrits à chaud, qui relatent cette lutte du pot de terre contre le pot de fer, ce sont les gauchistes de mai 68 et les anti-militaristes qui ont défrayé la chronique. S’il est vrai qu’ils ont participé eux aussi, aux dix années de lutte, Gérard Galtier se plaît à rappeler que c’est Jean Ménard, évêque de Rodez et de Vabre, qui a sonné la charge de la contestation, en prenant position pour les paysans, mais aussi l’appui inconditionnel du président du Conseil Général de l’époque le Docteur Bonnefous, qui a défendu à la fois l’évêque et les paysans…

CORRESPONDANT
Voir les commentaires
L'immobilier à Onet-Le-Château

175000 €

Les Souleïades - T3 en très bon état décoratif avec vue imprenable sur Rode[...]

35 €

Parking couvert n°48 R-1[...]

460 €

A louer, T2 de 43.75 m2 à Onet Le Château, secteur Balquières Entrée avec p[...]

Toutes les annonces immobilières de Onet-Le-Château
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?