Incendies en Aveyron : Arnaud Viala veut tirer les leçons

Abonnés
  • Arnaud Viala a loué l’engagement des sapeurs-pompiers lors de cet été "particulièrement éprouvant".
    Arnaud Viala a loué l’engagement des sapeurs-pompiers lors de cet été "particulièrement éprouvant". Midi Libre/Cyril Calsina
Publié le

Après une semaine passée aux côtés des sapeurs-pompiers sur le feu de Mostuéjouls, le président du Département et du Service départemental d’incendie et de secours souhaite qu’une réflexion soit rapidement menée sur le modèle de fonctionnement face aux nombreux incendies.

Plus de 1300 hectares de brûlés, 600 soldats du feu mobilisés… Quel bilan tirez-vous du large incendie de Mostuéjouls, désormais fixé ?

Le site est encore sous surveillance. Vivement que la pluie tombe durant plusieurs jours pour réduire tous les points chauds dans le département. Car plus que le feu de Mostuéjouls, l’été a été très éprouvant pour nos soldats du feu. Ils sont épuisés et toujours sous tension malgré leur mobilisation exemplaire, tout comme celle des casernes de départements voisins et des moyens aériens.

Vous évoquiez les aides extérieures. Sans celles-ci, le Sdis de l’Aveyron est-il programmé pour faire face à ce genre d’incendies ?

Non, nous ne l’étions pas. Jamais, l’Aveyron n’a été considéré comme un département méridional sujet à ce genre d’incendies. Cela est en passe de changer malheureusement. Notre modèle était fondé sur la proximité avec des casernes sur tout le territoire tenues par des volontaires (lire par ailleurs). Sur ce genre d’incendies, il faut une expertise particulière avec par exemple des personnes maîtrisant la technique des contre-incendies qui a fait ses preuves en Gironde et ailleurs.

De nouveaux moyens humains sont-ils nécessaires ?

Il faudra davantage former nos forces sur ce genre d’interventions et bien entendu renforcer notre Sdis. Des moyens matériels supplémentaires seront également à prévoir.

Lesquels ?

Le Département ne va pas acheter de Canadair, ça c’est sûr ! En revanche, il faudra certainement se doter de nouveaux véhicules terrestres par exemple. Même si cela reste limité surtout dans nos contrées particulièrement escarpées…

Lors de sa visite en Aveyron, Gérald Darmanin, ministre de l’Intérieur, a demandé aux entreprises et aux administrations de libérer les pompiers volontaires. Est-ce une première solution ?

Cette annonce va dans le bon sens. Mais c’est un combat qu’on mène déjà depuis plusieurs années sur le terrain. Dans le département, on a toujours su aller chercher un tel ou un tel volontaire dans le village. L’important, c’est d’attirer des jeunes surtout.

Le gouvernement a également annoncé qu’il associerait les départements touchés par les incendies lors d’une grande réflexion nationale sur ce sujet. L’Aveyron espère-t-il y participer ?

Oui et nous irons dans un esprit de dialogue. Je pense qu’il faut tout mettre sur la table et notamment cette question des moyens. Car les Départements ne pourront pas tout prendre à leurs charges et on se doit d’avancer main dans la main avec l’État. On se doit de réfléchir à chaud pour les moyens urgents et ensuite à froid pour la prévention. Il faudrait par exemple davantage de moyens pour entretenir nos pistes forestières, débroussailler le territoire, etc.

Les étés caniculaires sont appelés à se renouveler dans le futur. Dans quel cadre le Département peut-il agir sur le climat ?

La question environnementale est au cœur de notre politique. Outre les incendies, la question primordiale de ces prochaines années sera nos réserves en eau. Cet été, elles sont très inquiétantes déjà…

9 volontaires sur 10 pompiers en Aveyron

1 507. C’est le nombre de sapeurs-pompiers dans le département. Parmi ceux-là, seuls 137 sont professionnels dans les plus grands centres de secours, les autres étant volontaires et indemnisés lors des interventions. "Notre maillage territorial est notre force", souligne Arnaud Viala. Conscient néanmoins qu’il faudra dans l’avenir "évoluer" au niveau organisationnel. Car la présence en grand nombre des soldats du feu sur les incendies de ces dernières semaines a parfois "fait souffrir" les autres interventions davantage quotidiennes comme le secours à la personne. Alors député, Arnaud Viala s’était penché sur l’indemnisation des volontaires avec plusieurs pistes retenues, comme celle d’offrir des trimestres de retraite par exemple…
Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 1€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 23h15 la veille
  • Publicités limitées
Propos recueillis par Mathieu Roualdés
Voir les commentaires
Sur le même sujet
L'immobilier à Rodez

78000 €

Proche faubourg et secteur universitaire, dans petit immeuble, joli Type 2 [...]

271 €

Venez découvrir cet appartement T1 de 19 mètres carrés situé dans une résid[...]

235000 €

Rodez, quartier amphithéâtre, immeuble de 154 m2 composé de 3 studios, un [...]

Toutes les annonces immobilières de Rodez
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?

Les commentaires (1)
SVPCyclo Il y a 1 mois Le 18/08/2022 à 07:42

Des raisonnements comme d’habitude...Quelles mesures concrètes et efficaces à t il voté lorsqu'il était député ?