Aveyron : à quand une ouverture pérenne pour le Palais épiscopal de Rodez ?

Abonnés
  • Le public entre avec plaisir au sein de la cour d'honneur, alors que le palais reste fermé au public.
    Le public entre avec plaisir au sein de la cour d'honneur, alors que le palais reste fermé au public. - Ouirni Salima
Publié le

La porte monumentale est régulièrement ouverte cette semaine. Badauds et touristes profitent de cette opportunité pour visiter la cour d'honneur. Cela relance la question d'une ouverture pérenne, réclamée par l'opposition au Conseil départemental. 
 

Depuis quelques jours, les touristes entrent tout  naturellement dans l'ancien palais épiscopal, rue Frayssinous, à Rodez, pourtant fermé depuis 2017. Les badauds posent volontiers devant le monumental double escalier, pour une série de photos immortalisant leur passage sur le piton. 

On pourrait donc croire que le palais rouvre à nouveau au public, friand du patrimoine. Pas du tout, nous assure Christine Presne, vice-présidente, en charge de la culture au Conseil départemental. "Les agents sont actuellement en train de désencombrer les lieux. Ils procèdent à un nettoyage avant l'ouverture au public pour les journées du patrimoine", annonce annonce-t-elle. 

Ce n'est donc pas une ouverture pérenne qui se prépare. Le palais a déjà ouvert ses portes dans ce cadre-là. Mais il faut croire que l'idée d'ouvrir ce site au grand public n'est pas abandonnée. En octobre 2020, les conseillers départementaux, Sarah Vidal et Arnaud Combet, dénonçaient le "gâchis"  pour les Ruthénois et réclamaient vigoureusement l'accès à ce patrimoine exceptionnel. Il semblerait que l'histoire leur donne enfin raison. "La volonté de notre président, Arnaud Viala, est de permettre aux Aveyronnais l'appropriation de ce beau palais", souligne prudemment l'élue, sans pouvoir donner, ni l'échéance, ni une date. 

Si l'on s'en tient à cette promesse, ce serait d'abord les jardins (derrière le palais) qui seraient accessibles, dans un premier temps. Viendraient ensuite les salons qui restent dans un état relativement corrects pour l'accueil du public, même si là aussi, il faudra prévoir des travaux et un budget conséquent. Quant au reste du bâtiment, cela fait tellement d'années qu'il est fermé  (pour des raisons de sécurité), qu'il faudra faire preuve de patience avant de pouvoir en admirer la beauté, et notamment les splendides plafonds peints. 

Un rêve de palace rattrapé par la justice

Pour rappel, une fois l'évêque Mgr Fonlupt parti, le palais avait été convoité par l'homme d'affaires Mathias Echène. En 2017, il promettait d'en faire un palace 5 étoiles, avec chambres de luxe, restaurant étoilé, spa, piscine etc. Rattrapé par ses démêlés judiciaires, l'homme d'affaires a fini par abandonner son projet. Jean-François Galliard, le président du Conseil du départemental, de  l'époque, avait réussi à récupérer les clefs du palais, après maintes procédures judiciaires. 

Après 5 ans de fermeture au public et faute d'avoir trouvé une destination aux lieux, le palais pourrait renouer avec une fréquentation publique et ce dès cet autonme, les 17 et 18 septembre. Pour le reste, il faudra attendre les décisions de la collectivité départementale. 

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
1€/mois
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?