Sud-Aveyron : Mostuéjouls, "un poumon touristique à réanimer" après les incendies

Abonnés
  •  La nature n’est pas la seule à porter les stigmates de l’œuvre des flammes. Dans les esprits, le choc est perceptible.
    La nature n’est pas la seule à porter les stigmates de l’œuvre des flammes. Dans les esprits, le choc est perceptible. Facebook - Equipe drone du Sdis 12
Publié le
Jennifer Franco

Ce village des gorges du Tarn, qui multiplie sa population par dix en période estivale, tente désormais de se relever et de sauver le reste de la saison. Retour sur les lieux, dix jours après.

Au premier plan, l’insolente beauté de la vallée du Tarn saute aux yeux lorsqu’on longe la sinueuse RD 907 menant à Mostuéjouls. Elle ferait presque oublier le paysage de désolation sur le plateau du causse Sauveterre noirci par les flammes du violent incendie. Pourtant, sur place, le traumatisme est toujours bel et bien prégnant. La nature n’est pas la seule à porter les stigmates de l’œuvre des flammes. Dans les esprits, le choc est perceptible.

Des inquiétudes

"C’est une catastrophe à la fois environnementale et humaine car de nombreux propriétaires ont été touchés, lance Christine Bedel, la maire. Ensuite, c’est une catastrophe par rapport à la commune touristique que nous sommes. Toutes les personnes travaillant et vivant du tourisme sont impactées. Au niveau des agriculteurs, on ne sait pas encore. Concernant la chasse, c’est également une catastrophe."

Aujourd’hui, c’est tout un poumon touristique et économique qu’il va maintenant falloir réanimer. Avec 320 habitants à l’année, la commune multiplie par dix ce chiffre en période estivale, passant à 3 500. "Nous avons 50 % de résidence secondaire", reprend l’édile. L’heure est aujourd’hui à la reconstruction. Elle sera forcément longue. "Nous sommes aujourd’hui en train de passer au stade de l’après-incendie. Nous contactons toutes les personnes, nous allons voir les sinistrés et nous effectuons toutes les démarches auprès des organismes, notamment les assurances. Nous essayons de les soutenir en leur expliquant les démarches à suivre car les gens sont un peu perdus. " L’heure est également au bilan pour gérer cette crise "qui a été importante. Tous les professionnels vivant de l’activité tourisme ont subi une perte de revenus…"

Neuf campings quasi désertés

Le long du Tarn, les neuf campings ont été quasi désertés par les vacanciers. Certains ont préféré écourter leur séjour marqué par les évacuations et l’impossibilité de regagner leur hébergement en raison des axes routiers fermés à la circulation. D’autres, apeurés par les actualités et la reprise du feu le week-end du 15 août, ont décidé d’annuler leur réservation. "On a beau essayer de rassurer, cela ne suffit pas", lâche Nicolas Bouviala, qui travaille à l’auberge du Terroir. Avec ses deux frères, Ludovic et Cédric, la fratrie gère le restaurant, mais aussi le camping du même nom disposant de 50 emplacements. "On est le 18 août, il n’y a même pas dix personnes sur 120. On a des réservations qui sont annulées. L’activité sur le camping est malade. Nous sommes très inquiets. On n’ouvrira probablement pas en septembre."

Par précaution, dans la nuit du lundi 8 au mardi 9, Nicolas décide de faire partir ses clients, avant que l’évacuation ne soit rendue obligatoire.

"On a reperdu nos clients"

Le samedi 13 août, après une accalmie de 24 h, l’incendie est ravivé. "On était heureux, on a dit à nos clients, "c’est bon, vous pouvez venir". Mais nous sommes repassés en zone rouge et il a fallu rappeler tout le monde. On devait accueillir 120 nouveaux clients. On les a reperdus. On doit rembourser tout le monde. Août est le mois le plus important." Le restaurant, situé en zone rouge, lui, est resté fermé du 9 au 13 août inclus. "On a rouvert le dimanche midi. Notre activité est réduite de 40 à 50 %. Mais le plus important, c’était de sauver les vies. Les pompiers ont fait un travail exemplaire."

Chez les Bouviala, on ne veut pas baisser les bras. "Cela fait douze ans que nous avons monté notre activité. On va se battre."

Pour Mostuéjouls, le tourisme est un véritable pan de l’économie locale. La semaine et le week-end du 15 août sont habituellement les plus chargés de la saison. "Après un mois de juillet assez mitigé pour tout le monde dans la vallée, le mois d’août attaquait sur les chapeaux de roues. " Nicolas Bouviala regrette que "l’état de catastrophe naturelle ne soit pas décrété "car les incendies sont aussi la conséquence de la sécheresse !"

Même son de cloche chez un autre gérant de camping, au bord des larmes, préférant rester anonyme. "C’est catastrophique, la semaine du 15 août, c’est celle où on fait le gros de notre chiffre d’affaires !" Jeudi, la préfecture de l’Aveyron a annoncé que les entreprises impactées peuvent recourir à l’activité partielle.

En attendant la reconstruction, tout le monde s’accorde à vouloir sauver la saison qui touche déjà à sa fin…

Christine Bedel (maire de Mostuéjouls) : « Les dégâts sont conséquents »

Quel premier état des lieux dressez-vous ?

Chez les particuliers, il y a eu quelques dommages collatéraux. Au niveau communal, nous avons dressé une liste des premières constatations. Nous avons des routes et des pistes forestières endommagées. Nous avons une signalétique routière et forestière détruite, des forêts communales et sectionnales calcinées. Nous avons la moitié de la surface communale qui a brûlé. Les dégâts sont conséquents. Il y a eu beaucoup de frais engagés.

Qu’est-ce qui a été le plus éprouvant à gérer durant cette semaine de crise ?

Au départ, nous n’avions qu’une crainte, c’était que le feu saute la route et gagne le causse. Malheureusement, cette crainte s’est produite. Ce qui a été compliqué, c’est qu’il fallait être partout. Nous nous sommes attachés à communiquer sans arrêt les informations officielles pour que les gens soient informés en temps réel et puissent suivre l’évolution de la situation au fur et à mesure. Je remercie l’équipe municipale qui s’est mobilisée. Nous avons collaboré de manière très étroite avec les services de l’état et le Sdis. Nous ne sommes pas tout seuls dans un événement comme celui-ci. C’est grâce à la somme des participations que l’on a pu échapper à une catastrophe humaine et de biens immobiliers. Je tiens à saluer l’incroyable travail des pompiers.

L’élan de solidarité a été une fois encore très fort…

Chacun s’est mobilisé à sa façon. Je m’excuse par avance pour les personnes que nous avons oubliées dans nos remerciements. Les agriculteurs ont mis à disposition de l’eau, ils ont créé des coupe-feu avec leurs engins. La salle communale a été mise à disposition des pompiers. Les voisins du Rozier, d’Aguessac, Rivière, Millau, et la Légion à La Cavalerie ont ouvert des salles et accueilli les personnes évacuées. Beaucoup de gens se sont spontanément proposés pour héberger des sinistrés.

 

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
1€/mois
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?