Mission Artémis 1 vers la Lune : décollage réussi, où et comment suivre en permanence la capsule Orion ?

  • La fusée géante de la mission Artemis a été lancée, mercredi 16 novembre, après plusieurs reports liés à des problèmes techniques et des conditions météo défavorables.
    La fusée géante de la mission Artemis a été lancée, mercredi 16 novembre, après plusieurs reports liés à des problèmes techniques et des conditions météo défavorables. Archives Centre Presse Aveyron
Publié le , mis à jour

Après plusieurs reports, la Nasa a fait décoller mercredi 16 novembre sa nouvelle fusée SLS pour le premier volet de cette mission qui doit marquer le retour de l'homme sur la Lune.

 

La fusée géante de la mission Artemis a été lancée, mercredi 16 novembre, après plusieurs reports liés à des problèmes techniques et des conditions météo défavorables.

Une fenêtre de tir de deux heures s'est ouverte à 7h04 (heure de Paris) depuis le centre spatial Kennedy en Floride (Etats-Unis). Cette première étape est cruciale car elle doit marquer la validation du lanceur et du module Orion dans lequel doivent voyager d'ici quelques années des astronautes à destination de la Lune.

La mission Artemis vise, à terme, l'installation d'une base habitée à la surface du satellite naturel de la Terre.

Environ 1h30 après le décollage, la capsule Orion sera mise sur le chemin de la Lune. Elle la rejoindra en quelques jours. Le module va ensuite faire le tour de la Lune sans y atterrir. Il doit se placer en orbite autour d'elle pendant environ une semaine.

Après ce périple, Orion doit revenir sur Terre. C'est là que son bouclier thermique va passer l'épreuve du feu. Cette première mission doit durer 25 jours et demi, avec un amerrissage dans l'océan Pacifique le 11 décembre.

Si le premier vol est inhabité, la capsule ne part pas à vide. Elle emporte un mannequin baptisé Moonikin Campos, installé dans le siège du commandant. Il enregistrera l'accélération et les vibrations subies. Deux bustes de femmes, nommés Helga et Zohar, composés de matériaux imitant les os et les organes humains seront également à bord. L'un sera vêtu d'une veste anti-radiation, l'autre non. Des capteurs permettront d'évaluer les taux de radiations reçues, plus importantes dans l'espace lointain qu'en orbite terrestre.

Il est possible aussi de suivre en permanence la capsule Orion durant les 42 jours de mission autour de la Lune, jusqu’à son retour sur Terre. Son amerrissage dans l'océan Pacifique est prévu le 11 décembre. La Nasa a mis en place un site appelé AROW (Artemis Real-time Orbit), dont le lien est à retrouver sur le compte Twitter d’Orion.

Centre Presse Aveyron
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?