Aveyron : plus de 10 000 chasseurs sur le terrain dès dimanche

Abonnés
  • Le représentants de l'Office de la biodiversité étaient notamment présents à la conférence de presse de rentrée, aux côtés des chasseurs aveyronnais et de leur président Jean-Pierre Authier.
    Le représentants de l'Office de la biodiversité étaient notamment présents à la conférence de presse de rentrée, aux côtés des chasseurs aveyronnais et de leur président Jean-Pierre Authier. Centre Presse - José A. Torres
Publié le

C'est la rentrée des chasseurs ce dimanche 11 septembre, sous la houlette d'une fédération départementale qui fait du développement de la biodiversité et de la sécurité ses chevaux de bataille. 

Évidemment, à quelques heures de l'ouverture générale, les chasseurs se savent dans le viseur de ceux qui n'aiment pas ou n'aiment plus la chasse. Tout en sachant qu'il est inutile de chercher à les convaincre d'aimer ou pas leur loisir. En revanche, au siège de la fédération départementale, on ne lésine pas sur la nécessité d'afficher une image irréprochable. Sur deux axes notamment : la biodiversité et la sécurité. 

Le travail de "galérien" d'alimentation des mares 

Devant une immense affiche, représentant un coquelicot et une coccinelle qui ne font qu'un, et ornée du slogan "La chasse, alliée de la biodiversité", le président des chasseurs, Jean-Pierre Authier, ouvre son propos sur la biodiversité en cette conférence de presse de rentrée. Il évoque l'éco-contribution des chasseurs, qui participe au financement de divers chantiers. "Des aménagements destinés à la faune en général, sans vocation cynégétique" fait-il remarquer. À ses côtés, le directeur de la fédération, Nicolas Cayssiols, résume : "Il nous faut des insectes pour avoir des perdreaux". Durant cet été particulièrement sec, qui n'a pas affecté le grand et le petit gibier, les chasseurs ont notamment alimenté les mares. "Un travail de galérien qui a servi à toute la faune comme en témoignent les images de nos caméras", lance encore Nicolas Cayssiols. "Mais on n'a vu personne pour venir nous aider à part des agriculteurs qui nous ont aussi remerciés pour ce que l'on faisait", glisse un administrateur du sud Aveyron. Message à peine voilé à l'adresse de ceux qui "parlent beaucoup sur la chasse". "Nous avons des actions qui s'éloignent de plus en plus de la seule activité cynégétique. D'ailleurs, le recrutement au sein de nos fédérations s'oriente de plus en plus sur des profils œuvrant autour de la biodiversité" avance Jean-Pierre Authier. 

Sécurité : "pas de cadeaux"

L'autre dossier sur lequel les chasseurs se savent épiés est celui de la sécurité. En présence de deux représentants de l'Office de la biodiversité, dont son chef de service, Stéphane Charretier, Jean-Pierre Authier prône la tolérance zéro. "On travaille en étroite collaboration avec l'OFB, on ne peut pas  accepter que quelques-uns mettent à plat ce que l'on met en œuvre". L'an passé, sur près de 800 contrôles, treize infractions ont été relevées.  La formation est un des supports sur lesquels les chasseurs s'appuient. Celle des chefs de battue, mais aussi celle appelée décennale. " L'objectif est de s'être entretenu, d'ici dix ans, avec tous les chasseurs du département sur le thème de la sécurité. On en est à 2000 aujourd'hui". Quant à l'accident de chasse, il est évidemment redouté. "Mais en vingt ans, le nombre d'accident a beaucoup baissé et les sociétés de chasse du département le savent, on ne fera pas de cadeaux pour ce qui est de la sécurité et le respect de la réglementation".

De quoi œuvrer plus sereinement  sur les nombreux chantiers qui placent au premier plan la fédération départementale de chasse. Comme l'équipement de gibier de balises GPS afin de mieux cerner leur comportement, les animations autour de la découverte de la chasse auprès du jeune public, avec un centre de la Gachoune, sur le causse comtal, qui affiche d'ores et déjà complet pour l'année scolaire,  la remise en état d'habitats divers pour la faune, la plantation de flore, etc.  Autant d'actions qui leur donnent cette sensation de viser juste...

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
1€/mois
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?