Viviez. Aveyron : les anti-Kéréa vont riposter dans le Bassin

  • Les membres de l’association Adeba vont se réunir pour convenir des actions à mener.
    Les membres de l’association Adeba vont se réunir pour convenir des actions à mener.
Publié le

Les travaux de la future usine de valorisation et de traitement des déchets ne fait pas que des heureux.
 

Pour l’Adeba (association pour la défense de l’environnement du Bassin et ses alentours), présidée par Michel Delbos et qui s’oppose au projet Kéréa (mais est favorable à la déconstruction du bâtiment de l’ex-usine de stabilisation), "les travaux ont en réalité commencé bien avant, avec plusieurs réalisations préparatoires dont des mares temporaires, une conduite, une ligne électrique…".

Jean-Louis Calmettes renchérit : "On déplore que ces travaux soient réalisés alors qu’ils ne devaient pas commencer avant la purge de tous les recours judiciaires. Le Sydom a adopté une délibération en décembre 2021 pour s’affranchir de cette promesse. Or cette délibération a fait l’objet d’un recours. On espérait que la nouvelle présidente serait plus ouverte au dialogue que ne l’était Jean-François Rousset".

Aussi, les adhérents de l’Adeba vont se réunir prochainement pour définir les actions à mener, que ce soit sur le terrain ou sur le plan judiciaire avec la possibilité d’une procédure de référé pour suspendre les travaux.

Rappelons que cinq recours judiciaires ont déjà été engagés auprès du tribunal administratif de Toulouse. Le premier déposé par un particulier contre SES / Soléna sur une question de servitude.

Le deuxième déposé par des particuliers contre Decazeville communauté sur le PLUIH.

Le troisième a été déposé par des particuliers contre l’État et Solena contre le permis de construire. Le quatrième a été déposé par des particuliers et Adéba contre l’arrêté préfectoral d’autorisation environnementale. Enfin, le dernier recours déposé par des particuliers et Adeba contre le Sydom concerne l’avenant n° 1 à la DSP.

Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?