Opération Manticore : l’Aveyron sous le feu des combattants pour un exercice militaire de grande ampleur

Abonnés
  • Le lieutenant-colonel Moro (à droite), de l’armée espagnole, et le lieutenant-colonel Stéphane(à gauche) du 5e régiment d’hélicoptèrede combat, planifient les opérations depuis le centre installé à deux pas de l’église d’Auriac-Lagast.
    Le lieutenant-colonel Moro (à droite), de l’armée espagnole, et le lieutenant-colonel Stéphane(à gauche) du 5e régiment d’hélicoptèrede combat, planifient les opérations depuis le centre installé à deux pas de l’église d’Auriac-Lagast. Centre Presse Aveyron - José. A. Torres
Publié le

Jusqu’au 10 octobre, dans le département et ceux limitrophes, une opération militaire de grande ampleur, baptisée Manticore, rassemble jusqu’à 3 000 hommes, 300 véhicules et une trentaine d’hélicoptères.

Dans les rues du village d’Auriac-Lagast, quelques véhicules militaires circulent et laissent difficilement entrevoir l’ampleur de l’opération militaire qui se déroule depuis le 12 septembre, et jusqu’au 10 octobre, en Aveyron et dans plusieurs départements limitrophes.

Un exercice d'ampleur

Non loin de l’église du bourg, l’un des centres opérationnels de cet exercice a été déployé depuis plusieurs jours. Baptisée Manticore, elle réunit plus de 3 000 hommes, 300 véhicules ainsi qu’une trentaine d’hélicoptères.

Derrière les barbelés et les militaires en armes qui filtrent l’entrée de la tente abritant les officiers en charge du renseignement, le lieutenant-colonel Stéphane, du 5e régiment d’hélicoptère de combat (RHC), basé à Pau, coordonne les opérations.

Un contexte international tendu

Dans un contexte international particulièrement tendu, cet exercice de grande ampleur doit permettre aux militaires de s’entraîner dans des conditions proches de la réalité des conflits actuels.

"Nous nous préparons à des combats de hautes intensités, explique le lieutenant-colonel Stéphane. L’objectif est également d’assurer une meilleure coopération interarmées, interalliée."

En effet, trois unités sont en première ligne dans cet exercice : le commandement des forces spéciales terre, qui "est chargé de conduire des opérations en zone ennemie et en toute discrétion", et notamment en centre-ville de Rodez où une opération de nuit devrait être menée, la 11e brigade de parachutiste qui se déploie sur la zone de combat grâce à ses parachutistes et, enfin, la 4e brigade d’aérocombat qui est la seule unité de l’armée de Terre qui emploie l’hélicoptère comme outil de combat.

Militaires espagnols

Sauf que face à la sécheresse, l’usage des munitions d’exercice et des feux de bivouac ont été interdits par la préfecture, jusqu’à nouvel ordre. Les militaires français fonctionnent en étroite collaboration avec leurs homologues espagnols et notamment ceux du 4e bataillon d’hélicoptères de manœuvre, basé à Séville. Dans cet exercice militaire qui se déroule sur plusieurs départements, Auriac-Lagast est devenu le point central des opérations qui sont menées 24 heures sur 24.

Par exemple, "nous préparons ce soir (hier soir, NDLR), une opération autour de la ville d’Issoire (Puy-de-Dôme). Cela peut paraître loin, mais c’est le propre des hélicoptères de combats. Nous avons la capacité de conduire des actions dans la profondeur. Ce que nous appelons sur le deuxième échelon de l’ennemi. Sur des forces qui ne sont pas encore engagées au contact mais qui pourraient nous concerner d’ici plusieurs jours, voire plusieurs semaines , détaille le lieutenant-colonel Stéphane.

"Préparer au combat de haute intensité"

L’exercice est défini à partir des renseignements obtenus sur le terrain, planifié sur les cartes d’état-major affichées sous la tente du centre opérationnel. Son objectif premier est de préparer les militaires à ce qu’ils nomment donc "le combat de haute intensité. Il s’agit d’un combat qui pourrait opposer des forces armées qui seraient équivalentes. Nous nous y préparons déjà plusieurs années. Nous suivons une feuille de route qui nous amène vers un exercice majeur (lire encadré sur la page suivante) qui aura lieu en 2023".

Plusieurs spécialités associées

Deuxième point, Manticore permet de travailler "des savoir-faire de base qui sont essentiels au combat de haute intensité, en association d’autres spécialités. Nous associons les hélicoptères de l’armée de terre avec des fantassins, des logisticiens, des artilleurs", complète le lieutenant-colonel Stéphane.

Enfin, cette coopération avec les militaires étrangers permet "de travailler avec des alliés qui sont issus, pour la plupart des pays membres, de l’Otan. Nous avons une matrice, des codes et des procédures communes. Même si dans le détail, chaque pays a sa propre façon de travailler, cet exercice a également pour but d’affiner ces petits détails pour être opérationnel le jour où nous serons engagés ensemble", conclut le lieutenant-colonel Stéphane.

Concernant les effectifs déployés sur le terrain, deux tiers sont français et le reste issu des régiments espagnols. Les militaires communiquent entre eux en anglais.

Pour les militaires engagés sur cet exercice, "il n’y a aucun intérêt à se préparer à un scénario de conflit qui serait improbable, poursuit-il. Notre objectif est de coller au plus près de la réalité".

Après Baccarat et Manticore, l’opération Orion en 2023

L’armée française se préparerait à un conflit d’envergure dans les années à venir. Pour ce, un exercice militaire d’ampleur mettant à contribution les trois branches de l’armée – l’Armée de terre, de l’air, et la Marine nationale – pour un total de 10 000 soldats est prévu en 2023. Cet exercice militaire est baptisé Orion. Il interviendra après l’opération Baccarat, qui a eu lieu l’an passé et Manticore qui se sont déroulés en Aveyron dans les départements limitrophes. Cette fois-ci, Orion se déploiera en région Champagne-Ardenne, sur trois camps de l’armée, ceux de Suippes, de Mailly et de Mourmelon. Des forces belges, britanniques et américaines pourraient également y être conviées. Cet exercice est mis en place alors que les stratégies militaires sont en train de changer. En effet, les forces françaises sont passées de missions de maintien de la paix, à la lutte antiterroriste ces dernières années, en France comme à l’étranger. Elles se préparent maintenant à un véritable conflit armé de haute intensité, État contre État.
Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 1€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 23h15 la veille
  • Publicités limitées
Philippe Henry
Voir les commentaires
Sur le même sujet
L'immobilier à Rodez

30 €

Parking extérieur appartenant à une résidence privative - SECTEUR LE HAUT D[...]

325000 €

Vous recherchez une maison de ville à RODEZ avec beaucoup de charme? Alors [...]

140000 €

En exclusivité dans votre Agence BAGES immobilier ! Venez découvrir cet app[...]

Toutes les annonces immobilières de Rodez
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?