Aveyron : le Millavois Nicolas Michaud récompensé lors de la cérémonie des Emmy Awards

Abonnés
  • "Heureux et fier",  Nicolas Michaud pose  avec la fameuse statuette  qui récompense  de longues heures de boulot. 	 "Heureux et fier",  Nicolas Michaud pose  avec la fameuse statuette  qui récompense  de longues heures de boulot.
    "Heureux et fier", Nicolas Michaud pose avec la fameuse statuette qui récompense de longues heures de boulot. Olivier Samson Arcand
Publié le

Compositeur VFX pour la société québécoise Hybride, Nicolas Michaud – installé au Québec – et son équipe ont reçu la statuette des "Meilleurs effets visuels" lors des Emmy Awards 2022.

Dans le ciel étoilé du 7e art aveyronnais, ils sont rares à avoir réalisé pareil exploit. Spécialiste des effets visuels pour la société québécoise Hybride, Nicolas Michaud vient de recevoir un Emmy Award pour son travail sur la série Star Wars, Le livre de Boba Fett, disponible en France sur Disney Plus.

Passé maître dans le compositing VFX – pour ceux qui maîtrisent l’idiome anglais – le Millavois excelle dans cette spécialité qui consiste à créer un plan en mélangeant effets spéciaux et images tournées sur fond vert ou en live action. Son objectif, réaliser LE plan qui s’intégrera parfaitement au montage final d’un film ou d’une série… Un travail d’orfèvre, chronophage à souhait qui à Montréal – la plaque tournante mondiale de l’industrie VFX – occupe Nicolas depuis cinq années. "En arrivant ici, comme tout élève qui débarque dans une école de cinéma, je rêvais de devenir réalisateur" rembobine le Millavois. Après trois années d’étude option Arts et technologies des médias (ATM) à Jonquière, petite bourgade "du bout du monde" à cinq heures de Montréal, il sortira finalement compositeur VFX. Sa consécration. "Après plusieurs piges dans des studios VFX et quelques mois chez Folks, j’ai rejoint les équipes d’Hybride, une des plus anciennes entreprises VFX au Québec, rachetée en 2008 par Ubisoft. J’avais envie de travailler sur ce catalogue, sur de gros projets comme celui-là."

Des heures de travail pour quelques secondes à l’écran, voilà pour le quotidien des petites mains de ces studios d’effets visuels, aujourd’hui indissociables de l’industrie du cinéma. Sur un film à gros budget de type superhéros, ils représentent désormais 30 à 40 % du coût total de la production qui tutoie régulièrement la centaine de millions de dollars… quand ce n’est pas plus. "Dans le générique de la plupart des films qui sortent aujourd’hui, la liste des gens qui travaillent sur le VFX est plus longue que le reste de la production", note Nicolas.

"Tous très fiers"

Pour Le livre de Boba Fett, – un spin-off de The Mandalorian – qui suit le chasseur de primes sur la planète Tatooine, le studio Hybride et les 200 collaborateurs réunis pour l’occasion, ont réalisé plus de 1 100 plans, pour un total de 67 minutes de temps d’écran. "Personnellement, j’ai surtout travaillé sur les deux premiers épisodes. J’interviens à la fin de la chaîne, je dois assembler tous les éléments d’un plan composé ici de dunes de sable, de ciel. J’ai aussi travaillé sur ce petit animal, sorte de chaînon manquant entre le chien et le crocodile. Il fallait jouer avec la granularité du sable, les ombres portées du chien. Vraiment très intéressant."

Intéressant mais sans doute aussi un peu frustrant quand on sait que six mois de travail intensif sont nécessaires au montage de quelques secondes de film. "Frustrant ? Non, pas du tout", se défend Nicolas qui savoure aujourd’hui pleinement sa récompense. "C’est vraiment très cool de faire partie de cette équipe, de savoir qu’on a travaillé sur ce projet, qu’on a réalisé de beaux plans. Avec les collègues, on est tous heureux, et très fiers." "D’autant plus, poursuit le compositeur, que tout le monde globalement connaît les Emmy."

"Ce n’est pas un Oscar – peut-être l’année prochaine – mais ce n’est pas, non plus, un obscur prix connu par trois personnes au fin fond des USA."

Outre-Atlantique, lui qui a choisi Montréal pour point d’attache a trouvé sur les rives du Saint-Laurent son véritable équilibre. "Je suis vraiment bien dans ce monde, bien au Québec, termine le lauréat qui compte tout de même faire visiter Millau à ses amis québécois. Juste pour les vacances. Ma vie, aujourd’hui, est à Montréal."

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
1€/mois
Aurélien Delbouis
Voir les commentaires
L'immobilier à Millau

118000 €

Millau. Situé en centre ville à proximité de toutes les commodités, venez d[...]

73000 €

A deux pas de la gare et du centre-ville, appartement T3 à rénover d'enviro[...]

200000 €

Dans une petite résidence sécurisée, bel appartement de 4 pièces entièremen[...]

Toutes les annonces immobilières de Millau
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?