Carburants : les salariés de TotalEnergies en grève, l'approvisionnement des stations-service menacé

  • Un mouvement de grève débute dans les stations TotalEnergies.
    Un mouvement de grève débute dans les stations TotalEnergies. Centre Presse - José A. Torres
Publié le

Les salariés de TotalEnergies sont appelés à la grève ce mardi 27 septembre dans toute la France. Un appel lancé pour ces trois prochains jours. 

Les salariés de TotalEnergies sont appelés à la grève à partir de ce mardi 27 septembre. Un appel lancé par la CGT pour les trois prochains jours. Au total, ils sont plus de 35 000 concernés par la mobilisation.

La hausse des salaires au cœur des revendications

Benjamin Tange, délégué syndical CGT du raffinage pétrochimie de TotalEnergies en France, appelle "à ne sortir aucun produit des raffineries et de la pétrochimie, là où la CGT est implantée", rapporte BFMTV citant l'AFP.

Une hausse des salaires est notamment au cœur de leurs revendications. En parallèle, les grévistes menacent de bloquer les approvisionnements des stations-service en carburant. Ce qui, dans la durée, pourrait entraîner des délais dans les livraisons et l'approvisionnement des stations-service. 

Les salariés réclament une augmentation salariale d’au moins 10 %, et de son côté, la Confédération générale du travail demande "un dégel des embauches, la fin des contrats précaires, l’embauche de nos intérimaires et CDD"  ainsi qu’un plan d’investissement en France, indique Actu.fr.

TotalEnergies : les salariés français du groupe en grève pour les salaires https://t.co/6AwVqW3dcE pic.twitter.com/SBvm2u7Sun

— Capital (@MagazineCapital) September 27, 2022

Plusieurs raffineries pourraient être impactées

Toujours selon le quotidien, plusieurs sites pourraient être particulièrement impactés :  la bio-raffinerie de La Mède (Bouches-du-Rhône), les raffineries Normandie au Havre, de Donges (Loire-Atlantique), Carling (Moselle), Feyzin (Rhône) et Oudalle (Seine-Maritime), ainsi que les dépôts de carburants de Grandpuits (Seine-et-Marne), et de Flandres (Nord).

Une rencontre au niveau de la branche pétrole est prévue ce 27 septembre entre la direction et les syndicats, annonce Le Parisien. Toujours selon le syndicat, une partie des 35 000 salariés de Total en France touchent des salaires "extrêmement faibles et il y a besoin de revaloriser à hauteur de ce que le groupe dégage comme bénéfices."

Voir les commentaires
Sur le même sujet
L'immobilier à Rodez

130000 €

RODEZ proche TOUR DE VILLE - Rare sur le marché, appartement de type 2 de 5[...]

Toutes les annonces immobilières de Rodez
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?