Quésaco : le Daxxify, l'injectable anti-rides qui pourrait faire de l'ombre au Botox

  • Le Daxxify, un concurrent de taille au Botox, vient d'obtenir le feu vert de la FDA.
    Le Daxxify, un concurrent de taille au Botox, vient d'obtenir le feu vert de la FDA. Geinz Angelina / Shutterstock
Publié le

(ETX Daily Up) - Connu mondialement, le Botox, qui n'est autre que l'une des appellations commerciales de la toxine botulique, jouit d'une popularité telle que le terme est depuis longtemps entré dans le langage courant. Il pourrait toutefois se faire voler la vedette par le dernier-né des injectables anti-rides, le Daxxify, dont la commercialisation vient d'être approuvée aux Etats-Unis. Explications.

Qui n'a jamais entendu parler du Botox ? Depuis deux décennies, les injections de toxine botulique n'ont cessé de gagner en popularité, et ce malgré des dérives observées avec l'avènement des réseaux sociaux - et l'émergence des 'fake injectors' - au point d'être devenues la procédure esthétique la plus plébiscitée au monde. D'après les dernières données fournies par l'International Master Course on Aging Science (IMCAS), elles représentent même 43% de l'ensemble des actes esthétiques, se plaçant loin devant les injections d'acide hyaluronique (28%).

Pas de quoi causer le moindre souci au Botox, dont l'emploi à des fins esthétiques est autorisé depuis 2002 aux Etats-Unis (2003 en France). Jusqu'ici en tout cas, car la Food and Drug Administration (FDA) a donné, début septembre, son feu vert pour la commercialisation d'un nouvel injectable anti-rides, le Daxxify, qui pourrait faire de l'ombre à son aîné, ne serait-ce que pour sa durée d'action, qui serait bien plus longue que celle du Botox.

Quelles différences avec le Botox ?

Développé par Revance Therapeutics, le Daxxify est, comme le botox, un neuromodulateur destiné à améliorer l'apparence des rides de la glabelle - ou rides du lion - modérées à sévères chez les patients adultes, si ce n'est qu'il est formulé à base de peptides, et c'est ce qui pourrait faire toute la différence. Car si les deux mécanismes sont similaires, c'est la durée d'action qui varie d'un injectable à l'autre. Contrairement à la star des anti-âges, qui permettrait d'être débarrassé de ses rides pendant trois à six mois, le Daxxify offrirait des effets bien plus durables, de six mois à neuf mois pour certains patients, réduisant considérablement la fréquence des rendez-vous chez son chirurgien préféré - et donc le prix à payer pour profiter d'une jeunesse (quasi) éternelle.

Revance Therapeutics a partagé les résultats d'un programme d'essais cliniques mené auprès de 2.700 patients et environ 4.200 traitements, montrant une amélioration clinique des signes de l’âge dans les quatre semaines suivant l'injection pour pas moins de 88% des patients. Le tout avec des effets observés sur une durée médiane de 6 mois, sachant que "certains patients ont maintenu les résultats du traitement à 9 mois", comme le précise la biotech américaine. Un délai que devraient apprécier celles et ceux qui recourent fréquemment aux injections pour gommer leurs rides.

Les effets indésirables du Daxxify seraient également moindres selon certains spécialistes, bien que rien ne le prouve actuellement. La biotech à l'origine du nouvel injectable anti-rides indique simplement : "Le Daxxify est généralement sûr et bien toléré, aucun événement indésirable grave lié au traitement n'ayant été signalé dans les essais cliniques, et son profil de sécurité est conforme à celui des autres neuromodulateurs actuellement disponibles sur le marché de l'esthétique".

Loin de s'imposer partout dans le monde

Rappelons que ce nouveau médicament injectable anti-rides n'a été autorisé que par la FDA, l'agence américaine du médicament, et n'est donc pas près de rivaliser au niveau mondial avec le Botox. Pour l'instant tout du moins. Notons également que la FDA a donné son feu vert à la commercialisation du Daxxify à des fins esthétiques uniquement, alors que le Botox peut se targuer d'être (aussi) utilisé à des fins thérapeutiques, que ce soit pour traiter les migraines, les torticolis, ou l'incontinence. Un détail qui n'est pas sans importance, et devrait permettre au Botox de surfer encore un peu sur la vague du succès.

ETX Daily Up
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?