La seconde main dans la ligne de mire de l'industrie du luxe

  • La maison Balenciaga lance son propre programme de seconde main.
    La maison Balenciaga lance son propre programme de seconde main. Courtesy of Balenciaga
Publié le

(ETX Daily Up) - L'intérêt pour la seconde main n'est pas près de faiblir. En plein boom depuis le début de la pandémie, le marché de l'occasion semble désormais attirer l'attention des plus grandes maisons de luxe. Après Gucci et Burberry, c'est au tour de la marque Balenciaga de lancer son propre programme, Re-sell, qui présente un double avantage pour ses clients : un luxe plus accessible, et des récompenses sous forme de bons d'achat ou de compensation.

Impossible de passer à côté du phénomène… La seconde main s'est imposée en seulement deux ans dans le quotidien des consommateurs, qui la voient comme une alternative écologique - et économique - au shopping traditionnel. D'après un rapport réalisé par Thredup en 2021, le marché mondial de l'occasion, alors estimé à 36 milliards de dollars, devrait plus que doubler au cours des cinq prochaines années, pour atteindre 77 milliards de dollars. Et, rien qu'aux Etats-Unis, pas moins de 33 millions de consommateurs ont acheté des vêtements de seconde main pour la première fois en 2020. Des chiffres vertigineux qui n'ont pas échappé à l'industrie du luxe, bien décidée à lancer ses propres programmes.

Déjà présentes sur des plateformes entièrement dédiées au marché de l'occasion, comme Vestiaire Collective ou Collector Square, entre autres, les maisons de luxe entament une nouvelle mue en proposant des dispositifs qui permettent à leurs clients d'acheter et revendre des articles des collections passées, mais aussi de les chiner eux-mêmes. Avec Vault, Gucci compte parmi les maisons qui ont innové sur le marché de l'occasion, proposant elle-même des pièces vintage remises à neuf par des artisans, tandis que d'autres maisons, dont Burberry et Stella McCartney, se sont associées avec des spécialistes du genre comme The RealReal pour encourager leurs clients à offrir une seconde vie à leurs vêtements.

L'occasion de luxe, un marché florissant

C'est désormais Balenciaga, l'une des marques les plus populaires au monde, notamment auprès des générations les plus jeunes, qui leur emboîte le pas avec le dispositif "Re-sell", développé en collaboration avec Reflaunt. Il s'agit du propre programme de la maison de luxe, qui offre la possibilité au public de revendre des vêtements et accessoires des saisons passées, et de bénéficier en prime d'une sorte de compensation, sous forme d'argent ou de bons, permettant d'acheter des articles neufs à des prix (sensiblement) réduits.

D'ores et déjà accessible sur l'e-shop de Balenciaga, le programme est assez simple d'utilisation. Tous les produits remis sur le marché peuvent être déposés dans une sélection de magasins participants ou collectés par un service programmé disponible en ligne, ce qui permet aux vendeurs de recevoir leur compensation financière ou crédit à utiliser en magasin. Tous les articles destinés à la revente sont ensuite documentés, authentifiés, et photographiés par des professionnels, puis évalués et répertoriés sur le réseau mondial de Reflaunt. Le dispositif est pour le moment déployé en Italie, en France, au Royaume-Uni, aux États-Unis et à Singapour, précise la maison sur son site internet.

Avec cette initiative, Balenciaga rejoint les nombreux acteurs du luxe qui se tournent vers la seconde main pour réduire l'impact de toute une industrie sur l'environnement, et s'engouffrer dans un marché qui semble de plus en plus florissant. Pour les consommateurs, il s'agit d'accéder à des pièces de luxe plus abordables, mais aussi de se débarrasser des pièces usées ou non portées sans nuire à la planète.

ETX Daily Up
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?