Aveyron : 2022 n'est pas finie et la mortalité routière suscite déjà l'inquiétude des autorités

Abonnés
  • Vingt-six accidents mortels ont été enregistrés en Aveyron depuis le début de l’année.
    Vingt-six accidents mortels ont été enregistrés en Aveyron depuis le début de l’année. Centre Presse - José A. Torres
Publié le

Avec vingt-trois accidents mortels enregistrés depuis le début de l’année, le bilan de la sécurité routière en Aveyron préoccupe les services de l’État qui entendent redoubler de vigilance sur le bord des routes ces prochaines semaines. L’usage de stupéfiants au volant est également une donnée nouvelle sur laquelle les autorités entendent agir.

Alors qu’il reste encore trois mois avant que l’année 2022 ne s’achève, le bilan de la sécurité routière en Aveyron, fin septembre, suscite déjà l’inquiétude des autorités.

Fin septembre, vingt-trois décès avaient été enregistrés sur les routes du département. « L’an dernier, à la même époque, nous comptions douze victimes. Si le nombre d’accidents se tasse, le nombre de décès s’accroît, déplore Valérie Michel-Moreaux, préfète de l’Aveyron. Et encore, nous ne sommes pas encore entrés en période hivernale. Avec tous les risques que cela comporte : chaussée glissante, verglas, etc.  »

Même si le contexte de 2021 était quelque peu différent, marqué par quelques épisodes de couvre-feu, de confinement plus ou moins sévère, la fermeture des discothèques au premier semestre, « ces chiffres sont éloquents et ils doivent nous interpeller. L’année dernière à la même époque nous en comptions douze », poursuit Valérie Michel-Moreaux. « Cela fait partie de nos préoccupations, rajoute-t-elle. Et les actions de prévention que nous menons, plus d’une cinquantaine tout au long de l’année en coordinations avec les forces de police et de gendarmerie, doivent permettre de faire diminuer les risques sur la route. »

Au niveau national, l’Observatoire national interministériel de la sécurité routière (ONISR), a recensé 2 944 personnes qui ont perdu la vie sur les routes de France métropolitaine en 2021. Avec 300 décès de moins qu’en 2019, année de référence, la mortalité routière est en baisse de – 9 % en 2021 (et en hausse de +16 % par rapport à 2020).

Dans un même temps, la préfète de l’Aveyron met en garde les conducteurs de motos « qui payent un lourd tribut. Avec 3 % de la population sur la route et 30 % des accidents », assure Valérie Michel-Moreaux.

Des journées de sensibilisation avec les gendarmes

Comme il le fait régulièrement, l’Escadron départemental de sécurité routière (EDSR) du groupement de gendarmerie de l’Aveyron, organise régulièrement des journées consacrées aux trajectoires de sécurité à moto. Plusieurs dizaines de motards participent à chaque session.

« Nous avons mis en place une cinquantaine l’an passé et nous allons les poursuivre cette année encore, affirme la préfète de l’Aveyron. Que ce soit pour prévenir de la conduite des motards ou encore d’adopter une tenue adéquate lorsqu’ils roulent. »

Dans un même temps, les services de l’État s’inquiètent de voir une hausse des contrôles de stupéfiants chez des conducteurs, « que ce soit du cannabis mais également des drogues plus dures comme de la cocaïne ». Le précédent procureur de la République, Olivier Naboulet, avait déjà pointé du doigt cette problématique : « Le nombre de consommateurs ne faiblit pas. Et malheureusement, ils prennent la route la plupart du temps. C’est terrible car dans plusieurs accidents dramatiques, on sait qu’un des facteurs était cette consommation de stupéfiants. »

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
1€/mois
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?