Blocage des raffineries : la grève reconduite chez Esso-ExxonMobil et Total, le point sur la situation ce mardi

  • Le gouvernement demande la levée des "blocages sans délais".
    Le gouvernement demande la levée des "blocages sans délais". MAXPPP - Christophe Petit-Tesson
Publié le , mis à jour
Jennifer Franco

Alors que la grève des salariés chez TotalEnergies se poursuit ce mardi 11 octobre dans les raffineries, le gouvernement monte au créneau et demande que les blocages soient levés sans délais alors que la situation se tend de plus en plus tendue dans les stations-service.

Ce mardi 11 octobre, Olivier Véran, le porte-parole du gouvernement, était l'invité de RTL. "Il y a un certain nombre de stations-service qui connaissent une pénurie sur un ou plusieurs carburants", a-t-il confirmé ce mardi matin. "La grève dure trop longtemps, elle a des conséquences. Il y a même des territoires dans lesquels les centres de dépôt fonctionnent normalement mais il y a un tel afflux de consommation que cela créait des situations de tension".

INVITÉ RTL - Pénurie de carburants : Olivier Véran fustige "les profiteurs de grève" #RTLMatin https://t.co/JbJYCLn9m4

— RTL France (@RTLFrance) October 11, 2022

Et le porte-parole du gouvernement de prévenir : "Le gouvernement appelle à ce que la totalité des blocages soient levés sans délais sans quoi nous prendrons nos responsabilités, c'est-à-dire que nous pourrions être amenés à les lever."

Esso-ExxonMobil poursuit finalement sa grève

"22e jour de grève dans les raffineries ExxonMobil", c'est ce qu'indique ce matin la CGT du groupe pétrolier sur Twitter. "Les travailleurs sont toujours mobilisés pour leurs salaires malgré la signature de l'accord par la CFDT et la CFE/CGC", précise encore le message posté en début de matinée ce mardi 11 octobre.

22ème jour de #grève dans les #raffinerie ExxonMobil. Les travailleurs sont toujours mobilisés pour leurs salaires malgré la signature de l'accord par la CFDT et la CFE/CGC.

— cgt exxonmobil (@cgtexxonmobil) October 11, 2022

Le point sur la grève chez Exxon et Total

"Il y a deux situations différentes dans les deux entreprises", indique Olivier Véran. Chez ExxonMobil, "le dialogue social a payé. Un accord majoritaire a été trouvé entre les syndicats et le patronat. Nous considérons qu'il n'y a plus aucune raison qu'il y ait le moindre blocage sur l'une des centrales de raffinerie ou de dépôt."

"Le blocage des raffineries et des centres de dépôt ne doit pas rimer avec le blocage de la vie de millions de français", @olivierveran dans #RTLMatin avec @amandine_begot pic.twitter.com/iSXSUf10y4

— RTL France (@RTLFrance) October 11, 2022

La grève qui touchait le géant pétrolier Esso-ExxonMobil devrait prendre fin. Deux syndicats majoritaires, CFDT et CFE-CGC ont voté un accord avec la direction pour une hausse de salaires de 6,5 % en 2023 et une prime de partage de la valeur de 3 000 €.

A lire aussi : Carburants en Aveyron : "J'ai été facturé 60 centimes d'euros de plus par litre", dénonce un patron de station-service

Chez Total, le groupe a mis sur la table l'ouverture d'un dialogue social avec une négociation sur les salaires. "Les syndicats telle que la CFDT se sont engagés et ont appelé à s'inscrire dans ce dialogue social. La CGT continue à appeler à bloquer. Nous considérons que c'est excessif, anormal."

La CGT de TotalEnergies a décidé de poursuivre la grève ce mardi 11 octobre pour obtenir une revalorisation salariale de 10 % compte tenu de l'inflation. 

L'interdiction de remplir les jerricanes

Alors que près d'un tiers des stations-service du pays rencontre des difficultés d'approvisionnement en carburant, le gouvernement va demander à tous les préfets de prendre des arrêtés pour interdire le remplissage des jerricans à la pompe, a indiqué lundi le ministère de la Transition énergétique. "C’est une consigne nationale mais prise localement", précise le ministère. En Aveyron, la mesure n'a pas encore été appliquée. En revanche, les préfets de l'Hérault et de la Lozère ont pris un arrêté dès lundi 10 octobre.

Le plein limité à 30 litres dans certains départements

Face à la pénurie, les préfets du Var, du Vaucluse et des Alpes-de-Haute-Provence ont décidé de limiter le plein d'essence à 30 litres pour tous : Lundi soir, selon les derniers chiffres communiqués par le ministère de la Transition écologique, 29,4 % des stations-service étaient en difficulté au niveau national.

Les prix à la pompe à la hausse

Les prix du gazole ont bondi de 10 centimes par litre en moyenne la semaine dernière à 1,8035 par litre. Le sans-plomb 95-E10 est vendu en moyenne à 1,5914 € (+ 7,29 centimes) et le sans-plomb 95 à 1,6440 € (+ 7 centimes), indique le ministère de la Transition écologique.

La prolongation des ristournes

Le ministre des Transports, Clément Beaune, annonce que le gouvernement va demander à TotalEnergies de prolonger les ristournes consenties par le groupe pétrolier.

Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?

Les commentaires (2)
Anonyme13114 Il y a 1 année Le 11/10/2022 à 10:21

Qu'attend le gouvernement pour réquisitionner? Que de temps perdu face à la canaille Marxiste.

Altair12 Il y a 1 année Le 11/10/2022 à 09:35

La CGT fait une fois de plus œuvre de nuisances et de destructions !
Les Français jugent sévèrement ses actions néfastes pour eux et pour le pays ! ! !
Il est urgent que le gouvernement intervienne car il est intolérable qu'une petite minorité apporte pour des motifs mercantiles autant de nuisances à un si grand nombre et occasionne autant de dégâts au pays ! ! !
Les limites de la liberté syndicale ont été très largement franchies et outrepassées ! ! !
Vivement l'interdiction de la CGT ! ! !

RÉPONDRE