Pénurie de carburant : plus que deux sites sur cinq de TotalEnergies encore en grève, le point sur la situation ce jeudi

  • Les salariés de deux sites de TotalEnergies poursuivent la grève.
    Les salariés de deux sites de TotalEnergies poursuivent la grève. PHOTO MAXPPP - TERESA SUAREZ
Publié le

Après bientôt un mois de conflit, trois des cinq raffineries de TotalEnergies reprennent du service. De nombreux salariés en grève ont décidé de suspendre leur mouvement indique la CGT affirmant toutefois que les travailleurs "restent déterminés." On fait le point.

Après les salariés de la raffinerie de Donges (Loire-Atlantique) qui ont décidé de cesser la grève mercredi 19 octobre matin, deux autres sites TotalEnergies, du Nord et des Bouches-du-Rhone, ont décidé également mercredi de lever la grève, premier signe d’essoufflement de ce mouvement long de plus de près de quatre semaines.

Grève reconduite à Feyzin et en Normandie

La grève a en revanche été reconduite à Feyzin et en Normandie. Alors que les vacances de la Toussaint approchent, le gouvernement met tout en œuvre pour que la situation s’améliore rapidement et que les "Français puissent partir en vacances tranquillement", a expliqué la ministre de la Transition énergétique, Agnès Pannier-Runacher sur Franceinfo. L’approvisionnement des stations-service s’est déjà amélioré cette semaine en raison de la reprise du travail chez ExxonMobile, des réquisitions ordonnées par le gouvernement et de la libération de stocks stratégiques.

Encore 20,3 % des stations-service en difficultés

Selon les derniers chiffres fournis par le ministère de la Transition énergétique, 20,3 % des stations-service connaissaient des difficultés d’approvisionnement au niveau national mercredi, contre 24,8 % mardi et 28,1 % lundi. Des difficultés perduraient en Île-de-France, Bourgogne-Franche-Comté et Auvergne-Rhône-Alpes. Les pénuries de carburant concernaient encore respectivement 30,5 %, 33,1 % et 29,4 % des stations-service dans ces régions.

Vinci rassure avant les vacances de Toussaint

Le groupe Vinci a, lui, assuré que 90 % de ses aires d’autoroutes étaient approvisionnées. Le gouvernement a demandé mercredi la réquisition de dix salariés sur le site de Feyzin pour fluidifier la situation en Auvergne-Rhône-Alpes et en Bourgogne-Franche-Comté. Mais le retour à la normale ne devrait être effectif qu’au cours de la semaine prochaine, a estimé le ministre délégué aux Transports, Clément Beaune. De son côté, la CGT a appelé à continuer le mouvement social dans plusieurs dépôts et raffineries de TotalEnergies tout en indiquant avoir proposé un “protocole de fin de conflit” à la direction.

JENNIFER FRANCO AVEC REUTERS
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?

Les commentaires (1)
Altair12 Il y a 3 mois Le 20/10/2022 à 11:03

Cette grève est très immorale ; ce sont des salariés nantis qui prennent en otage l'ensemble du pays et qui pénalisent essentiellement les forces vives dont bien des travailleurs qui sont loin de gagner ce que gagnent les salariés de la pétrochimie (4300€/mois en moyenne) et qui sont loin d'avoir les nombreux avantages dont ils bénéficient chez Total ou à EDF pour exemple !
Ils serait grand temps que les pouvoirs publics mettent une fin définitive aux nuisances disproportionnées de ces syndicats extrémistes et de la CGT plus particulièrement !