Rodez : la bourse aux vêtements et aux jouets de retour dans un secteur concurrentiel

  • Une quarantaine d’exposants vident leur dressing.
    Une quarantaine d’exposants vident leur dressing. Eugénie Cantier
Publié le

La bourse aux vêtements et aux jouets organisée par l'association Familles de France, se poursuit aujourd'hui, à la salle des fêtes, de 10 heures à 17 heures.

Beaucoup de vêtements et quelques jouets, une quarantaine d'exposants est réunie depuis hier à la salle des fêtes pour un vide-dressing de particulier à particulier. " Après deux ans de creux pendant le covid, on reprend une bonne rotation avec les familles, moins chargé en stands que les années précédentes ", note Jacques Maruejouls, président de l'association Familles de France. Les bénévoles sont majoritairement revenus et se réjouissent de retrouver l'ambiance passée.

Le but de l'événement est de donner une seconde vie aux jouets et aux vêtements et de limiter le budget des familles. Il y a des vêtements pour adultes ou enfants, des sacs, des chapeaux ou encore des écharpes, à " des prix raisonnables, insiste Jacques Maruejouls, sinon de toute façon ils ne vendent pas. " Que ce soit pour son aspect économique ou écologique, indifféremment apprécié, la bourse se réinsère sur un marché concurrentiel, face au développement de l'occasion dans l’e-commerce, mais aussi à l'organisation de nombreux vide-greniers ou des ventes initiées par les parents d'élèves dans les écoles.

Monique vient à la bourse depuis plusieurs décennies. Au départ simple acheteuse, elle se souvient lorsque " c'était une bourse. " Il y a vingt ans, elle venait déposer ses vêtements. L'association lui donnait une valeur, réinstallait le tout, et concluait avec le retour des invendus et le paiement des vendus. " On s'adapte aux nouvelles façons de faire. Après le covid et avec les ventes sur les réseaux sociaux, la participation cette année était un passage inévitable pour s'ajuster ce soir, pour l'avenir ", estime l'exposante.

Anna tient un stand où elle vend les vêtements qu'elle n'arrive pas à écouler sur Vinted. " Pour des articles à deux ou trois euros, c'est une perte de temps de les mettre sur le site ", juge-t-elle. Sa mère exposant depuis qu'elle est petite, la jeune fille s'est lancée, alors que le commerce n'est pas son domaine. Avec pour seule technique son grand sourire, Anna a économisé des d'aller-retour à la poste, et à l'heure du déjeuner, se satisfaisait de ses cinquante euros de bénéfices. " C'est sympa. Ça change des activités habituelles. Je ne ferais pas ça quinze jours d'affilée, mais c'est agréable et je n'avais rien d'autre à faire ", s'amuse-t-elle. 

Des miroirs sur pieds, ainsi que six isoloirs aménagés en cabines d'essayages, permettent de convaincre les indécis. Les bénévoles de Familles de France tiennent la buvette et organisent l'accès au parking perturbé par les travaux à proximité de la salle des fêtes. " On est tributaire du temps. Ça serait avantageux qu'il pleuve ", taquine le président.

Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?