Un demi-siècle sans fausse note pour l'orchestre de la Nord-Aveyronnaise Régine Raynaldy

Abonnés
  • Membre de La bourrée montagnarde, dont elle est la chef d’orchestre, Régine Raynaldy vit une histoire d’amour avec son instrument et son ensemble.
    Membre de La bourrée montagnarde, dont elle est la chef d’orchestre, Régine Raynaldy vit une histoire d’amour avec son instrument et son ensemble. Centre Presse Aveyron - Rui Dos Santos
Publié le

Née à Paris, en 1956, dans le 20e arrondissement, mais originaire du Nord-Aveyron (Banhars par son père, Florentin-la-Capelle par sa mère), toujours membre du groupe folklorique La bourrée montagnarde, intégré en 1967, l’accordéoniste a donné naissance à son ensemble voilà tout juste cinq décennies.

Durant cinquante années de "joie de vivre", elle a fait "guincher" les amoureux de musette et de variété française, à la capitale mais aussi au pays. C’est d’ailleurs là, à Banhars, sur la commune de Campouriez, qu’elle a soufflé, au mois d’août, les bougies du magnifique gâteau d’anniversaire...

Elle a animé son piano à bretelles autour du cou

Il était une fois... Toutes les belles histoires débutent par cette formule magique. Et celle-ci en est une... Celle d’un parcours exceptionnel, tant au niveau artistique que humain.

50 ans d'existence de son orchestre

Le 7 août 1972, la jeune Régine Raynady (qui allait devenir Bonnenfant quelques années plus tard) a animé, son piano à bretelles autour du cou, le mariage d’Evelyne et Albert Mazars, à l’église d’Espalion. Les premières notes d’une belle partition qu’elle écrit depuis, sans interruption et "avec passion". Elle ne savait toutefois pas encore que le 10 août 2022, elle soufflerait les bougies des 50 ans d’existence de son orchestre.

Des racines aveyronnaises

Née à Paris, dans le 20e arrondissement, en 1956, ses racines ont toutefois puisé leurs forces en Aveyron, à Banhars, sur la commune de Campouriez, du côté paternel, à Florentin-la-Capelle, pour les terres maternelles. Les deux sont montés à la capitale comme serveurs, faisant ensuite carrière, tout d’abord, avec une gérance, puis à leur compte. à la tête d’un restaurant à Paris, dans le 18e arrondissement, puis dans un bar-tabac à Romainville.

La Galoche d'Aurillac

C’est là, en Seine-Saint-Denis (93), que Régine Raynaldy a grandi et intégré le Conservatoire pour découvrir le solfège, pratiquer le piano durant une année et l’accordéon pendant huit ans. Avant de bénéficier des précieux conseils d’un professeur particulier, Jean Gallaud, dont le studio était... au bout de la rue. à l’âge de 9-10 ans, en compagnie de ses parents, elle a également fréquenté la Galoche d’Aurillac, qui proposait des rassemblements le vendredi soir, avec accordéon et cabrette au programme.

Une belle notoriété

Rejoignant, en 1967, La bourrée montagnarde, elle a commencé à former un groupe avec Monique Rouquette, sa cousine, à la cabrette, puis son oncle Robert à la batterie et Velyne au chant. Sans oublier deux autres musiciens, Françoise et Alain Gourdeau, frère et sœur, au saxo et à la guitare. Après une soirée pour les anciens d’Algérie (Fnaca) en février, l’Orchestre Régine Raynaldy est né officiellement sur les marches de l’église Saint-Jean-Baptiste d’Espalion. Tout en poursuivant ses études, la jeune artiste a rapidement connu une belle notoriété.

"Il n’y avait pas les sites internet, les réseaux sociaux ou les agents, mais le bouche-à-oreille a très bien fonctionné, confirme l’intéressée. On s’est produit aussi bien à Paris qu’en Aveyron". Anniversaires, mariages, "banquétous"..., la liste est longue.

Entre 150 et 200 dates par an

Dans diverses configurations (entre cinq et sept musiciens) et avec de nouveaux visages au fil des saisons. Alors que Régine Raynaldy honore entre 150 et 200 dates, en moyenne, par an, elle a sorti "Le printemps chez nous" en 1979, en 33 tours et en cassette (mille de chaque), ainsi que "Déjà 20 ans" en 1992, en CD. Elle en parle sans nostalgie car elle préfère "aller de l’avant".

Un demi-siècle d’existence, ça s’arrose ! Et, "pas question de l’imaginer ailleurs et autrement" : "La fête aurait lieu en Aveyron". Elle a été servie le 10 août, deux jours avant les retrouvailles estivales au pays de la fédération des Aveyronnais d’ici et d’ailleurs, qui avaient pour cadre Sainte-Geneviève-sur-Argence, Cantoin et Graissac, pour les 120 ans de l’amicale.

Un parquet déniché à Bozouls

Mis sur orbite un an plus tôt par Régine Raynaldy et sa famille, cet anniversaire a allumé ses bougies à Encassagnes, au cœur du triangle qui relie Banhars (situé sur la commune de Campouriez), Entraygues-sur-Truyère et Florentin-La Capelle. Et, même si la fête avait lieu "au bout du chemin", près de 150 convives, très exactement 146, ont répondu à l’invitation. "J’étais la femme la plus heureuse au monde, se réjouit encore, quelques semaines plus tard, la reine du piano à bretelles. Quel bonheur d’être entourée de mes proches, de mes amis, de mes musiciens". Elle a même eu la surprise de voir arriver Evelyne et Albert Mazars, les mariés du 7 août 1972, dont la cérémonie a lancé sa carrière.

"Guincher sur un vrai parquet"

Pour que la fête soit totalement à la hauteur de ses espérances, le dernier vœu de Régine Raynaldy a été exaucé. Non sans mal ! La musicienne a ainsi pu faire "guincher" ses invités "sur un vrai parquet". Elle a, en effet, remué ciel et terre pour dénicher "ce précieux équipement, indispensable pour une journée complètement réussie". La perle rare est venue de la salle des fêtes de Bozouls (actuellement en travaux) et de son maire Jean-Luc Calmelly.

Les cinquante ans de l’orchestre de Régine Raynaldy ont été célébrés autour d’un aligot et d’un cochon grillé, et, bien sûr, au rythme de... son accordéon. Elle a divisé le demi-siècle en trois périodes (1972-1986, 1986-1996, 1996-2022), a imprimé des tonnes de chansons, pour former une grande chorale. Confirmant ainsi qu’elle avait beaucoup de cœur ! Et les yeux humides
en écoutant le discours de Gérard, son mari.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
1€/mois
A Paris, Rui DOS SANTOS
Voir les commentaires
L'immobilier à Florentin-La-Capelle

99000 €

En campagne, petite villa de 60 m2 environ ayant été rénovée il y a quelque[...]

Toutes les annonces immobilières de Florentin-La-Capelle
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?