Disparition de Pierre Soulages à 102 ans : de Conques à Rodez, l'enfant du pays avait l’Aveyron au cœur

  • Pierre Soulages est né en 1919 à Rodez. Pierre Soulages est né en 1919 à Rodez.
    Pierre Soulages est né en 1919 à Rodez. Reproduction - Centre Presse Aveyron
  • C’est en enfant du pays qu’il est revenu à Rodez, superviser les avancées du chantier du musée portant son nom. Multipliant les occasions, pour nombre d’habitants de faire plus ample connaissance avec lui.
    C’est en enfant du pays qu’il est revenu à Rodez, superviser les avancées du chantier du musée portant son nom. Multipliant les occasions, pour nombre d’habitants de faire plus ample connaissance avec lui. Centre Presse Aveyron - José A. Torres
  • Une émotion a parcouru la villele 20 octobre 2010 quand Pierre Soulages a dévoilé la plaque commémorativeau 4 rue de La Combarel, l’immeuble dans lequel il est né.
    Une émotion a parcouru la villele 20 octobre 2010 quand Pierre Soulages a dévoilé la plaque commémorativeau 4 rue de La Combarel, l’immeuble dans lequel il est né. Centre Presse Aveyron - José A. Torres
  • L’artiste ruthénois a suivi avec beaucoup d’attention le travail réalisé autour de la construction du musée. Du concours d’architectes à la pose de la première pierre jusqu’à l’inauguration, sans oublier l’accrochage de ses œuvres, Pierre Soulages a été de tous les instants. Comme un homme savourant le chemin parcouru depuis qu’il avait quitté la rue Combarel à la fin des années 1930.
    L’artiste ruthénois a suivi avec beaucoup d’attention le travail réalisé autour de la construction du musée. Du concours d’architectes à la pose de la première pierre jusqu’à l’inauguration, sans oublier l’accrochage de ses œuvres, Pierre Soulages a été de tous les instants. Comme un homme savourant le chemin parcouru depuis qu’il avait quitté la rue Combarel à la fin des années 1930. Centre Presse Aveyron - José A. Torres
  • Pierre Soulages est toujours resté profondément attaché à ses racines. Pierre Soulages est toujours resté profondément attaché à ses racines.
    Pierre Soulages est toujours resté profondément attaché à ses racines. Centre Presse Aveyron - José A. Torres
  • Soulages a acquis une aura internationale.
    Soulages a acquis une aura internationale. Centre Presse Aveyron - José A. Torres
  • Pierre Soulages lors de la pose des vitraux de Conques avec Jean-Dominique Fleury. Pierre Soulages lors de la pose des vitraux de Conques avec Jean-Dominique Fleury.
    Pierre Soulages lors de la pose des vitraux de Conques avec Jean-Dominique Fleury. Reproduction - Centre Presse Aveyron
  • Pierre Soulages, enfant.
    Pierre Soulages, enfant. Reproduction - Centre Presse Aveyron
Publié le
Philippe Routhe

Rodez pleure l'enfant du pays Pierre Soulages, décédé ce mercredi 26 octobre, à l'âge de 102 ans. Le Ruthénois a toujours été très fier de ses racines. Elles l’ont guidé dans son parcours d’artiste. De son enfance rue de Combarel à Sète où il vivait avec son épouse et muse Colette, retour sur le parcours exceptionnel du célèbre peintre ruthénois.

Pierre Soulages a quitté l’Aveyron de bonne heure. Sitôt les années lycée terminées. Mais cette terre qui l’a vu naître, ou vivaient ses parents, Aglaé et Amans, est restée ancrée en lui. Rares sont les entretiens qu’il a livrés tout au cours de sa vie dans lesquels ils n’évoquent pas Rodez ou l’Aveyron. Au-delà de la fierté de ses origines, Pierre Soulages a toujours estimé que ce qui comptait le plus chez les hommes, "ce sont les racines".

La jeunesse de Pierre Soulages sur les bancs de l'école.
La jeunesse de Pierre Soulages sur les bancs de l'école. Reproduction - Centre Presse Aveyron

Le plus important, "ce sont les racines"

À Rodez, dans les années 20, celui qui voue déjà un vif intérêt pour l’art, se passionne aussi pour la pêche, pour le rugby. Un sport qui aurait pu le détourner de sa destinée. Dans un entretien avec l’écrivain Charles Juliet, il raconte cette savoureuse anecdote, quand, un policier aveyronnais qui exerçait à Paris, le reconnaît au détour d’un boulevard. Et lui propose d’aller jouer au Stade Français. Ce policier, qui se nommait Trescazes, l’avait mis devant le choix de sa vie. "C’était une sacrée proposition. Mais j’ai réfléchi et j’ai refusé. Parce que si j’y allais, je savais trop que je mettrais le doigt dans un engrenage qui me tentait beaucoup."

Soulages aimé les Ruthénois et ses paysages.
Soulages aimé les Ruthénois et ses paysages. Reproduction - Centre Presse Aveyron

"J'aime les grands espaces, j'aime les racines"

Dans un entretien avec un autre aveyronnais célèbre, le journaliste Claude Imbert, Pierre Soulages évoque à nouveau ses racines. "Personnellement, j’ai choisi mes racines déjà lorsque j’étais enfant dans ce pays […]. J’aime les grands espaces, j’aime les causses", lui glissait-il dans un reportage diffusé à la télé en 1978. Soit bien avant qu’il ne dessine les premières esquisses des vitraux de l’abbatiale Sainte-Foy de Conques, au milieu des années 1980.

"De toutes les fêtes, de tous les mariages de ses neveux"

Et Soulages est resté fier de ses racines. Les a cultivées aussi, comme en a témoigné son neveu Marc Cayla : "Il était de toutes les fêtes, de tous les mariages de ses neveux."

En octobre 2010, quand fut entre autres dévoilée une plaque commémorative sur sa maison natale de la rue Combarel, il déclina un par un tous ces artisans qui œuvraient dans la rue quand il était gamin. "Cette plaque commémorative est pour tous ceux qui ont vécu dans cette rue", avait-il lancé.

"Je me sens appartenir aux habitants de ce pays"

Dans un autre entretien, il eut cette phrase sans équivoque : "Lorsque je reviens à Rodez, je me sens appartenir aux habitants de ce pays, ces paysans apparemment rugueux, mais très raffinés. Simples et d’une grande finesse".

L’Aveyron, c’est aussi l’histoire d’une passion enflammée. Ainsi sa relation avec Conques. "La découverte de l’art roman fut un choc", dit-il. Incomprise parfois. Au regard méfiant, très critique aussi, posé sur son travail de la lumière pour les vitraux au milieu des années 1990 s’est substituée une sorte de grande admiration.

Idem lorsqu’il s’est agi pour la ville de Rodez de consacrer l’œuvre de Soulages. Que n’a-t-on pas lu ou entendu après l’annonce du maire d’alors, Marc Censi, de mettre Pierre Soulages sur un piédestal dans sa ville natale.

Installé sur les hauteurs du mont Saint-Clair à Sète

L’artiste, avec son épouse Colette, installé face à la mer depuis les hauteurs du mont Saint-Clair de Sète, n’en a jamais pris ombrage. En tout cas pas publiquement. Il n’a d’ailleurs jamais voulu être prophète en son pays. Si bien qu’avant d’accepter l’idée de voir un musée en son nom être érigé à Rodez, comme le lui a proposé Marc Censi, il a hésité. Puis accepté, à condition qu’un grand espace soit ouvert à des expositions temporaires.

L'aura internationale

Mais plus que tout, la réalisation de ce musée a offert au peintre aveyronnais la possibilité de revenir régulièrement "chez lui". Et si son aura internationale a grandi au gré des sommes folles auxquelles sont adjugées ses toiles, Pierre Soulages, qui a toujours fui les mondanités, est toujours resté d’un abord très simple. Nombre de Ruthénois peuvent en témoigner.

L’Aveyron au cœur
L’Aveyron au cœur Centre Presse Aveyron - José A. Torres

Des amitiés sincères

Les édiles, certes, à l’instar de Christian Teyssèdre qui a appris à le connaître, mais également tous ceux qui ont croisé son chemin quelque part au pied de la cathédrale. Au fil du temps, Michel Santos, l’ancien patron du Kiosque, pour ne citer que lui, avait ainsi noué une amitié sincère. Prêt à cuisiner à tout moment le plat préféré de son voisin du jardin public. Il se souvient de ce jour où, sur une nappe du restaurant, tel un fidèle de la maison, Pierre Soulages a dessiné la physionomie de ce qui allait être le nouveau jardin public…

De la rue Combarel au Musée Soulages

Quand il a quitté la rue Combarel, à l’aube de ses 20 ans, Pierre Soulages n’imaginait évidemment pas que quatre-vingts ans plus tard, à quelques mètres de là, serait construit le musée Soulages. Abritant quelques-unes des œuvres parmi les plus prisées du monde. Sans doute faut-il y voir là toute la puissance de l’enracinement de l’artiste.

Voir les commentaires
Sur le même sujet
L'immobilier à Rodez

68000 €

À vendre RODEZ, proche pôle universitaire, studio ayant bénéficié d'une rén[...]

119000 €

Au troisième étage d'une copropriété située à 5 minutes de l'hyper centre. [...]

Toutes les annonces immobilières de Rodez
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?

Les commentaires (1)
filochard Il y a 1 année Le 26/10/2022 à 17:21

l’Aveyron au cœur, alors pourquoi est t'il parti ?
condoléances à la famille