Bronchiolite : le plan blanc national déclenché

  • Bronchiolite : le plan blanc national déclenché
    Bronchiolite : le plan blanc national déclenché
Publié le

Le ministre de la Santé François Braun a annoncé ce mercredi l’activation du plan ORSAN EPI-CLIM, un plan blanc national destiné à faire face aux tensions des services d’urgences pédiatriques submergés par la circulation intense du virus de la bronchiolite.

Le plan ORSAN (Organisation de la Réponse du Système de Santé en Situations sanitaires exceptionnelles) existe depuis 2014. Il avait été plan blanc", indique le gouvernement. C’est d’ailleurs ce qu’il s’était produit en 2020, aux premiers jours de la pandémie de Covid en France.

Cette fois, le dispositif est activé après plusieurs semaines de "circulation intense et précoce du virus de la bronchiolite", indique le ministère de la Santé dans un communiqué. Un plan ORSAN, assorti des mentions EPI, pour "épidémique", et CLIM, comme "climatique". Il s’agit ici d’assurer la prise en charge des patients en situation d’épidémies saisonnières ou de phénomènes climatique. Devant le Sénat, le ministre en a précisé les contours : l’objectif est de "renforcer encore les moyens des ARS (agences régionales de santé) et permettre que l’ensemble de l’hôpital puisse se concentrer sur ce problème particulièrement aigu aujourd’hui".

Rappel du personnel hospitalier

La gestion de cette épidémie est donc placée sous l’égide des Agences régionales de Santé (ARS). Celles-ci devront notamment :

  • Définir l’organisation régionale permettant d’assurer une prise en charge et un accompagnement adaptés des nourrissons et jeunes enfants concernés par l’épidémie et de leur famille ;
  • Assurer une structuration opérationnelle de la réponse aux besoins de santé sur chaque territoire, en veillant à la pleine mobilisation de tous les acteurs de santé (publics et privés) ;
  • Adapter les capacités d’hospitalisation pour garantir un équilibre entre les besoins de santé et les capacités de prise en charge ;
  • Veiller à la permanence des soins en médecine de ville.

Sur la question des moyens, le plan ORSAN prévoit notamment de réorganiser l’offre de soins dans les secteurs ambulatoire, hospitalier et médico-social "afin de pouvoir réaffecter les ressources au regard des priorités identifiées", mais aussi "de renforcer les moyens locaux (rappel du personnel hospitalier, renforcement de la permanence des soins ambulatoires, ouverture de lits supplémentaires…)", précise le site du ministère de la Santé.

Cette décision intervient dans un contexte "où nos structures hospitalières sont déjà fragilisées par deux années et demi de crise sanitaire et d’importantes difficultés de recrutement", et alors que l’épidémie de bronchiolite n’avait pas été aussi virulente depuis une dizaine d’années, selon les chiffres de Santé publique France. Afin de ne pas surcharger les urgences et en l’absence de signe de gravité, les parents de jeunes enfants malades sont invités à privilégier le médecin traitant ou, en cas de doute, d’appeler d’abord le Centre 15.

Destination Santé
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?