Guerre en Ukraine : la Russie bombarde Kyiv et d'autres villes en plein sommet du G20

  • Des immeubles de Kyiv ont été la cible de bombardements ce mardi 15 novembre.
    Des immeubles de Kyiv ont été la cible de bombardements ce mardi 15 novembre. MAXPPP - ROMAN PILIPEY
Publié le , mis à jour

La Russie a tiré une salve de missiles contre Kyiv et d'autres grandes villes ukrainiennes, faisant au moins un mort, mardi 15 novembre 2022, peu après que le président Volodimir Zelensky se soit adressé aux dirigeants du G20 réunis en Indonésie par visioconférence.

Les missiles de croisière russes ont une nouvelle fois ciblé les infrastructures énergétiques de l'Ukraine, provoquant d'importantes coupures d'électricité dans de nombreuses villes, dont Kyiv et Kharkiv. Selon le maire de la capitale, Vitali Klitschko, deux immeubles résidentiels du centre-ville ont également été frappés.

Plusieurs autres missiles ont été interceptés par la défense antiaérienne ukrainienne, a ajouté l'ancien boxeur sur son compte Telegram. Vitali Klitschko a indiqué qu'un corps sans vie avait été extrait d'un immeuble dans le quartier de Pechersk. Il a appelé les Ukrainiens à rester dans les abris antiaériens.

Le porte-parole de l'armée de l'air ukrainien, Youriy Ignat, a annoncé que "plus de 100 missiles" ont été tirés sur l'Ukraine, rapporte France Info. 

A lire aussi : Guerre en Ukraine : la Russie va-t-elle vraiment se retirer de Kherson ?

Une situation énergétique "critique"

Des explosions ont aussi été signalées à Lviv, dans l'ouest du pays, à Kharkiv, dans le nord-est, et dans plusieurs autres villes. La situation énergétique est "critique" après ces nouveaux bombardements, particulièrement dans le nord et le centre du pays, a déclaré le directeur de cabinet adjoint de la présidence ukrainienne. L'électricité a été coupée pour l'ensemble des consommateurs dans plusieurs villes, dont une partie de Kyiv, a-t-il ajouté.

Réagissant à ces nouveaux tirs de missiles, les premiers depuis la reprise de la ville et d'une partie de la région de Kherson par l'armée ukrainienne, le directeur de cabinet de Volodimir Zelensky a estimé qu'ils démontraient qu'il n'est pas possible de négocier avec le président russe Vladimir Poutine. "La Russie répond au discours puissant de Zelenskiy au G20 avec une nouvelle attaque de missiles. Est-ce que quelqu'un pense sérieusement que le Kremlin veut la paix? Il veut la soumission. Mais à la fin, les terroristes perdent toujours", a écrit Andriy Yermak sur Twitter.

Russia responds to @ZelenskyyUa's powerful speech at #G20 with a new missile attack. Does anyone seriously think that the Kremlin really wants peace? It wants obedience. But at the end of the day, terrorists always lose.

— Andriy Yermak (@AndriyYermak) November 15, 2022

Les combats se poursuivent

Les bombardements se poursuivent aussi de part et d'autre le long de la ligne de front dans l'est de l'Ukraine. Dans la région de Donetsk, le ministère russe de la Défense a revendiqué la prise du village de Pavlivka, près de la ville de Bakhmout qu'elle assiège sans succès depuis des mois, et a promis de poursuivre son offensive, selon l'agence Interfax.

A lire aussi : Guerre en Ukraine : l'improbable déclaration d'amour vidéo de Kiev à la France pour ses livraisons d'armes

Ailleurs, l'armée russe reste sur la défensive et aurait ordonné de nouvelles évacuations de civils à Nova Kakhovka, deuxième ville de la province de Kherson qui jouxte un barrage crucial pour l'approvisionnement en eau de la Crimée, selon des responsables de l'administration mise en place par Moscou dans la région. Les soldats russes se seraient aussi retirés de plusieurs villes situées plus au sud, dont celle d'Olechky, sur la rive orientale du Dniepr, en face de Kherson, après avoir subi d'intenses bombardements de l'artillerie ukrainienne, selon des vidéos tournées sur place.

D'après une porte-parole de l'armée ukrainienne, Natalia Houmenyouk, l'armée russe semble vouloir repositionner son artillerie à une vingtaine de kilomètres du fleuve pour qu'elle soit moins exposée.

A lire aussi : Guerre en Ukraine : spectaculaire explosion sur le Pont de Crimée, symbole de l’occupation

Nicolas Drusian avec Reuters
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?