Comment diriger son entreprise lorsqu’on n’est plus l’actionnaire majoritaire ?

  • Comment diriger son entreprise lorsqu’on n’est plus l’actionnaire majoritaire ?
    Comment diriger son entreprise lorsqu’on n’est plus l’actionnaire majoritaire ?
Publié le

Fondé en 2012 par Francis Ingrand, le distributeur et éditeur français de jeux vidéo Plug In Digital entame une étape importante de son histoire, aux côtés de l’investisseur britannique Bridgepoint Development Capital. Comment rester aux manettes de son entreprise, lorsqu’on a un actionnaire majoritaire ?

Un fonds d’investissement aux manettes. L’éditeur français de jeux vidéo Plug in Digital a, en 2021, levé 70 millions d’euros, pour accélérer sa croissance. A travers ce tour de table, l’investisseur britannique Bridgepoint Development Capital est devenu actionnaire majoritaire de l’entreprise. Pourtant, Francis Ingrand, son fondateur, reste à la tête de Plug in Digital. "J’ai fondé l’entreprise seul, avec un petit capital de 12 000 €. Cette levée de fonds de 70 millions dont nous avons bénéficié, loin d’être un aboutissement, marque l’ouverture d’un nouveau chapitre. Plug In Digital devient un groupe plus qu’une simple société", affirme l’entrepreneur.

Big média : Quels changements implique l’arrivée de l’investisseur britannique Bridgepoint Development Capital, devenu actionnaire majoritaire ?

Francis Ingrand : Bridgepoint est actionnaire majoritaire mais je conserve la majorité du droit de vote. Je continue de diriger la société. Cette nouvelle configuration implique néanmoins des changements, à commencer par l’introduction d’un reporting tous les mois aux actionnaires alors que nous établissions un bilan annuel auparavant. Une directrice financière a été recrutée pour piloter le dossier. Nous avons également investi dans de nouveaux outils, pour être en mesure de remonter les bonnes statistiques et les bonnes data. Autre changement, culturel cette fois : l’intensification très nette des investissements dans la production de jeux vidéo.

BM : Vos fonctions ont-elles évolué ?

FI : L’idée, de manière générale, est que la société dépend désormais un peu moins de moi. Je ne m’occupe plus du tout de la partie finances et j’ai recruté une responsable RH. Plug In Digital se structure, grâce à l’embauche des cadres dirigeants. Je peux donc me concentrer sur mon rôle de représentation, m’occuper de la communication et endosser ma fonction de pilote des acquisitions que nous projetons de faire.

BM : Comment rester aux manettes et imposer ses choix dans cette nouvelle configuration ?

FI : La gestion au quotidien de la société reste exactement la même. Je n’ai pas besoin de me référer à Bridgepoint pour investir 2 millions dans un jeu ou pour licencier et recruter. Mais nous devons obtenir une majorité en conseil d’administration pour les décisions concernant les acquisitions de sociétés, le recrutement de cadres dirigeants à plus de 100 000 euros de salaire par an et la validation du budget annuel. Ces différents points ont été fixés lors du pacte d’associés, au moment de la levée de fonds. De mon point de vue, si c’est pour être pieds et poings liés, mieux vaut vendre. Mais l’idée n’était pas non plus de gérer une société en forte croissance seul. Bridgepoint, qui a une grande expérience d’accompagnement, nous guide sur l’organisation, les outils ou encore les recrutements de cadres supérieurs. Si des discussions et des débats ont lieu, ils sont toujours constructifs et font avancer la société dans le bon sens.

BPI France
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?