Espalion : les anciens lieux de justice livrent leurs secrets

  • Au pied du Vieux Palais qui servit longtemps de tribunal et de prison.
    Au pied du Vieux Palais qui servit longtemps de tribunal et de prison.
Publié le

Hôtel de ville, prison et vieux palais ont été ouverts à d’intéressantes visites dernièrement.

Des visites guidées gratuites ont été organisées au musée des Mœurs et coutumes. Clément Carsac y raconte la vie d’Espalion autrefois, en s’appuyant notamment sur le cadastre napoléonien. Parmi les thèmes explorés : les lieux de justice.

Place du Griffoul

Le plus ancien se situe place du Griffoul (la fontaine). Au Moyen-Âge, cœur battant de la ville, il se situe sur l’axe principal, qui traverse le Pont Vieux, porte d’entrée. La place bordée par des arcades servait de halle aux grains. On y rendait la justice en plein air et le condamné était attaché au pilori pour être vu du public. On y trouvait la plus ancienne prison, une tour cachot. La justice était rendue par le seigneur de Calmont, et délaissée peu à peu à un officier de justice.

Vieux palais

Bâti en 1572 par les soins de Bernardin de la Valette, le Vieux Palais, lieu emblématique de justice, a servi de tribunal à partir de la période révolutionnaire. Il renfermait la salle d’audience avec dans les sous-sols une prison avec deux cachots, un pour les hommes et un autre pour les femmes, avec 25 à 30 personnes dans chaque cellule.

On a trouvé des traces de travaux pour l’agrandir, car il manquait de place pour les détenus. La garde est assurée par les habitants de la ville, à tour de rôle. Cette promiscuité provoquant des épidémies et des plaintes conduit à la construction d’un nouveau bâtiment.

Prison cellulaire

La prison cellulaire a été construite 1830 à 1838 sur des parcelles cultivées.

À l’écart du centre ancien, elle était proche cependant du centre-ville et fut en activité jusqu’en 1933. Elle était moderne pour son époque puisqu’elle fut la première prison à être chauffée et à opter pour l’incarcération cellulaire individuelle en France.

Sa structure symétrique s’organise autour d’un corps central servant de chapelle, plus élevé que les autres, avec une rotonde éclairée, séparant les deux ailes de 32 cellules chacune.

Une cour de promenade, des latrines, et le mur d’enceinte qui a été abattu complètent l’ensemble. Les matériaux utilisés sont la pierre de taille calcaire de Bozouls, le bois de charpente venu de Lozère et les métaux d’usines de Decazeville.

À l’étage se trouvent les cellules d’infirmerie et des détenus de passage, ainsi que l’espace pour stocker le linge sale. L’apport de lumière naturelle par la rotonde, les grands espaces, l’aération donnent une orientation hygiéniste à cette prison.

Une cellule témoin, contenant une paillasse, a été conservée. Sa fenêtre avec barreaux, à une grande hauteur hors de portée des détenus favorise l’aération et la luminosité. La prison abritait des détenus de courte peine, inférieure à un an.

Hôtel de ville

Construit sous l’égide de l’architecte Étienne Boissonade, le nouveau tribunal est un bâtiment imposant qui abrite aujourd’hui la mairie.

Très proche du centre-ville, il a remplacé le Vieux palais en 1861. Il se trouve tout près de la rue de la calade, ancienne voie romaine qui mène au château de Calmont. Aujourd’hui, le tribunal a disparu de la cité.

Centre Presse Aveyron
Voir les commentaires
L'immobilier à Espalion

147000 €

A Espalion, ensemble en pierre composé d'une maison d'habitation à rénover [...]

650 €

A louer sur Espalion dans une résidence sécurisée avec asenceur un appartem[...]

364000 €

Ensemble immobilier de rapport situé à Espalion. Le bien dispose de 2 Bail[...]

Toutes les annonces immobilières de Espalion
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?