Millau : faible mobilisation contre les violences faites aux femmes

  • En véhiculant ces messages avec des pancartes ornées du nom des victimes. Le cortège a fait le tour du centre-ville, sous des regards compatissants de la part des marchands et passants présents ce vendredi.
    En véhiculant ces messages avec des pancartes ornées du nom des victimes. Le cortège a fait le tour du centre-ville, sous des regards compatissants de la part des marchands et passants présents ce vendredi. Reproduction Centre Presse - Maxime Cohen
Publié le

Ce vendredi 25 novembre, ils étaient une vingtaine à marcher contre les violences faites aux femmes dans les rues de Millau.
 

Ils n'étaient pas assez nombreux à leur goût, ce vendredi, dans les rues de Millau. Une vingtaine seulement à scander "femmes, on vous croit !". Un slogan sans équivoque pour Carole, du Planning familial : "Toutes celles qui sont mortes en Occitanie avaient porté plainte, la police ne les a pas crues", abonde-t-elle. Un signal d'alerte envoyé ce 25 novembre, journée internationale contre les violences faites aux femmes. 

Le message est passé sur le marché de Millau par différentes entités qui luttent sur le terrain et aident les victimes. Myriade, le Planning familial, Trait d'Union ou encore la Ligue des droits de l’homme étaient toutes main dans la main pour les dénoncer. "Il faut bien préciser qu'on a un bon maillage entre nous, ajoute Angelina Latorre de Myriade. Il y a un gros travail de lutte et de prévention fait au sein du CLSPD (Conseil local de sécurité et de prévention de la délinquance, NDLR). Nous avons un accompagnement de qualité dans le département."

Pour autant, les moyens alloués par l'Etat manquent aux yeux des militantes. "Le gouvernement voulait que ce soit la grande cause du quinquennat,  on attend toujours, poursuit l'ancienne élue à la Ville de Millau. Nous, les associations du terrain, nous voulons des moyens. Nous voulons que le législateur mette en œuvre sa politique."

En véhiculant ces messages avec des pancartes ornées du nom des victimes. Le cortège a fait le tour du centre-ville, sous les regards compatissants de la part des marchands et passants présents ce vendredi.

Maxime Cohen
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?