Pouvoir d'achat : Rodez, classée première ville d'Occitanie et 10e ville en France où la vie est moins chère

  • Face à l'inflation, la cité ruthénoise sort son épingle du jeu face aux métropoles.
    Face à l'inflation, la cité ruthénoise sort son épingle du jeu face aux métropoles. Centre Presse Aveyron - Hervé Garric
Publié le , mis à jour

Dans un classement paru ce vendredi 25 novembre dans les colonnes de nos confrères du Parisien, Rodez se classe dixième ville la moins chère de France en matière de pouvoir d'achat sur 96 villes et préfectures analysées. Les villes moyennes s'en sortent mieux que les métropoles. Elle monte sur la première marche du podium en Occitanie. Explications.

L'inflation, on le sait, a un impact sur le porte-monnaie des ménages. L'augmentation des loyers, des courses, des transports, fait se poser beaucoup de questions dans un contexte tendu. Vivre dans un logement confortable et dans une ville où les prix ne s'envolent pas, voir son salaire augmenter, se déplacer sans se ruiner, c'est en effet le souhait de tout le monde.

La ville de France où la vie est la moins chère n'est pas Paris... et n'est pas en Île-de-France non plus.

Notre classement exclusif des villes où la vie est moins chère
\u27a1\ufe0f https://t.co/w6o8qpYRpD pic.twitter.com/JMv3g3i9Mw

— Le Parisien | économie (@leparisien_eco) November 25, 2022

Salaire, courses, transports, immobilier...

Alors que le pouvoir d’achat arrive en tête des préoccupations des Français, Le Parisien publie ce vendredi 25 novembre un palmarès inédit des villes qui "soulage" le portefeuille.

Pour réaliser son classement, le quotidien a analysé les données issues de 96 villes et préfectures de France en s'appuyant sur plusieurs critères comme le salaire moyen, le prix d'un panier de courses basé sur l'Observatoire de la consommation de l'UFC Que choisir, le prix des transports (prix moyen à la pompe à la mi-novembre et le tarif des transports collectifs), le prix de l'immobilier, d'une place de cinéma et enfin le taux de taxe foncière.

Niort, Châteauroux et Laval sur le podium

L'enquête fait apparaître que ce sont les villes moyennes qui sortent leur épingle du jeu. "Ni trop petites, ni trop grandes, les villes moyennes se révèlent être l'endroit où la vie est moins chère", indiquent Le Parisen. Le classement révèle que les trois villes les moins onéreuses de France seraient Niort avec 14,16/20, Châteauroux (13,56/20) et Laval avec (13,21/20). 

Rodez, 10e ville en France, 1ère en Occitanie

Comme le détaille l'article, "la gratuité des transports depuis 2017 dans la commune de Niort" lui permet de se hisser à la première place. "C'était une façon de rendre le transport collectif concurrentiel en proposant un vrai gain de pouvoir d'achat", explique Jérôme Baloge, le maire et président de l'Agglo.

Christian Teyssèdre : "Le bon travail réalisé"

"Cette succession de bons classements montre le bon travail qui est réalisé par les Ruthénois. Et la bonne gestion de la ville. Ces bons résultats ne sont d'ailleurs pas terminés puisque nous n'aurons bientôt plus de dettes. La municipalité peut être fière du travail réalisé auprès de toutes les couches de la population. Certains opposants pourraient d'ailleurs laisser les rancoeurs de côté et être fiers également de ce classement".

Courses moins chères et prix de l'immobilier plus bas

Trois communes de la région Occitanie sortent leur épingle du jeu arrivant dans le Top 20. Mais toujours selon cette enquête, c'est la capitale ruthénoise (12,28/20) qui se hisse sur la première place du podium des villes d'Occitanie en se positionnant à la 10e place du classement. Les journalistes qui ont réalisé ce travail indiquent que c'est grâce, notamment, "au cumul des courses moins chères et d'un prix de l'immobilier plus bas que la moyenne".

Dans le Top 20, on retrouve aussi deux autres villes d'Occitanie : Foix pointe à la 14e place et Montauban à la 18e place. Toulouse se classe à la 46e place, Montpellier à la 96e place.

Frédéric Saleil, coprésident de l'association des commerçants

Frédéric Saleil, coprésident avec Lucas Azémar de l'association des commerçants de Rodez Cassiopée : "Effectivement, tout au long de l'année nous proposons dans plus de 65 commerces de Rodez et des alentours une carte de fidélité qui permet de cumuler des points et d'obtenir des réductions sur des produits".

"Cette carte est gratuite. Bien sûr, c'est important pour le pouvoir d'achat mais en tant que commerçant de proximité nous sommes là aussi pour être à l'écoute de nos clients et de leurs besoins. Aussi, malgré l'inflation et le contexte difficile que connaissent certaines familles, nous faisons attention à ne pas répercuter entièrement ces hausses de prix sur nos produits. Cette relation de proximité, cette confiance que nous accorde les clients est tout aussi importante que la question du pouvoir d'achat. Elle conditionne aussi la fidélité de nos clients à nos commerces de centre-ville."

 

Jennifer Franco avec Philippe Henry et Philippe Routh
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?

Les commentaires (1)
filochard Il y a 12 jours Le 25/11/2022 à 10:31

La France profonde enclavée