S'appuyer sur la jeune génération pour construire l'industrie de 2030

  • S'appuyer sur la jeune génération pour construire l'industrie de 2030
    S'appuyer sur la jeune génération pour construire l'industrie de 2030
Publié le

Du 21 au 27 novembre a lieu la Semaine de l’Industrie. Cette 11e édition a pour thème "Agir pour une industrie d’avenir", l'occasion de rappeler que le secteur recrute et offre de belles opportunités professionnelles, en particulier pour les jeunes. 

L’industrie en France est en plein boom, et avec elle, l’emploi. Selon l'Enquête sur les besoins en main-d’œuvre (BMO) 2022 de Pôle emploi, des directions régionales et du Centre de recherche pour l'étude et l'observation des conditions de vie (Crédoc), c’est le secteur qui enregistre la plus forte progression des intentions d’embauche (+23,8 %). Une hausse due notamment à la multiplication des projets dans la métallurgie et l’équipement électrique, électronique et informatique.

Entre la relocalisation de sites de production d’entreprises historiques et l’arrivée de nouveaux projets industriels – portés notamment par de jeunes PME-ETI et soutenus par les plans France Relance et France 2030 –, la réindustrialisation de l'Hexagone et sa vision à long terme génèrent une demande croissante à laquelle les jeunes générations vont pouvoir répondre. D’ici 2030, ce sont près de 430 000 emplois industriels qui devraient être créés, en plus des 250 000 offres à pourvoir chaque année.

De nombreuses opportunités et autant de perspectives

"Rejoindre l’industrie, c’est rejoindre un secteur passionnant composé de nombreux métiers qui le sont tout autant", confirme Frédéric Saunier, directeur de Campus Mecateam, centre de formation spécialisé dans les métiers du ferroviaire à Montceau-les-Mines (Bourgogne-Franche-Comté). Son établissement, né de la volonté des entreprises de la filière de faire monter en compétences leurs collaborateurs, a commencé par proposer des formations continues à ces derniers. Le besoin de ces acteurs grandissant, il propose désormais des formations en apprentissage (Bac +1 et Bac +2). "Dans 90 % des cas, nos élèves sont embauchés à la suite de leur diplôme", déclare-t-il. Les perspectives sont nombreuses et se poursuivent tout au long de la carrière.

"On peut très vite évoluer dans le secteur", poursuit Vanessa Dassonville, directrice de l’école de production Métaltech à Nogent (Haute-Marne), qui prépare des élèves âgés de 15 à 18 ans à un CAP Conducteur d’Installations de Production. L’établissement, qui vient tout juste d’ouvrir ses portes, s’est créé grâce au concours de nombreux acteurs nationaux et locaux, dont le lDecomble à Chaumont, au sein duquel les étudiants peuvent poursuivre avec un Bac Pro. "Notre but à tous est de valoriser ces élèves, ces formations, ces filières professionnelles et ces métiers", insiste-t-elle. Dans le département, où se trouvent de nombreux sites de production industrielle allant de la métallurgie traditionnelle à la fabrication d’instruments chirurgicaux, les opportunités ne manqueront pas pour les jeunes diplômés. La région et ses entreprises ont beaucoup à leur apporter, et inversement.

Des jeunes acteurs de la dynamique des territoires et de l’industrie du futur

Vanessa Dassonville évoque un triptyque gagnant : " jeunes-industrie-territoire." Vision partagée chez Campus Mecateam, qui organise les apprentissages selon les situations géographiques de ses étudiants et qui s’applique à créer une mécanique vertueuse de l’offre et de la demande grâce à la formation. "Nous avons pour objectif, d’ici à 2030, de recenser les besoins des entreprises du Mecateam cluster, qui compte 120 adhérents du secteur ferroviaire, et d’identifier les futurs métiers et compétences qui pourront donner à naissance à de nouvelles formations, qu’elles soient en continu ou en apprentissage", détaille le directeur. 

Les jeunes se trouvent donc au cœur de la mutation qu’opère l’industrie, "à mille lieux d’une image poussiéreuse qui a beaucoup pénalisé le secteur", insiste Frédéric Saunier. Place désormais à l’industrie 4.0, terrain de la digitalisation et de l’innovation, qui s’applique à recentrer ses ouvriers sur les tâches à forte valeur ajoutée et où robotisation, data et autres technologies rythment désormais l’activité. Si l’industrie représente un secteur d’avenir pour les jeunes, ces derniers en sont également le futur.

BPI France
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?