Religion : le conseil presbytéral des protestants installé à Rodez

  • Anne-Marie Feillens avec le conseil presbytéral installé ce dimanche 27 novembre au temple des protestants à Rodez.
    Anne-Marie Feillens avec le conseil presbytéral installé ce dimanche 27 novembre au temple des protestants à Rodez. Centre Presse Aveyron - OC
Publié le

Anne-Marie Feillens, présidente régionale de l’église Unie du Sud-Ouest a procédé ce dimanche 27 novembre à l’installation du conseil presbytéral présidé par Brigitte Charles.

Moment de joie ce dimanche 27 novembre au temple des protestants où Anne-Marie Feillens a officialisé le conseil presbytéral de l’église locale pendant le culte. "C’est un moment important qui permet de valoriser l’équipe élue l’été dernier. J’en profite pour rappeler les grandes lignes, les responsabilités spirituelles et matérielles, d’être fraternel en veillant à la bonne marche de l’église", dit la présidente de la région Sud-Ouest.

Un pasteur à l'été 2024 à Rodez ?

Sans pasteur depuis août 2020, Brigitte Charles a été élue présidente du conseil presbytéral de l’église locale qui s’étend de Figeac à Rodez en passant par Laguiole. "Notre fonctionnement est collégial. Une forme de solidarité s’installe. Des pasteurs d’Albi viennent actuellement mais j’espère nommer un pasteur à Rodez au 1er juillet 2024", annonce Anne-Marie Feillens, consciente "de l’absence de renouvellement depuis les années soixante-dix."
Face aux abus sexuels dans l’église catholique qui a eu pour conséquence la décision de deux catholiques à devenir protestants à Rodez, le fonctionnement collégial où chacun est mis sur un même piédestal – "la voix d’un pasteur compte comme un laïc", précise Anne-Marie Feillens, "permet d’atténuer le poids d’une personne, de libérer la parole mais je ne suis pas naïve, l’équilibre est sensible." 

L’autre grande différence entre l’Église protestante et catholique, réside dans les sacrements. De sept chez les catholiques, deux sont retenus chez les protestants : le baptême et la Cène. "Dans la Bible, ce sont ces sacrements que Jésus demande à ses disciples. On fait un culte pur les défunts, une bénédiction pour les mariages mais la responsabilité est individuelle. Il n’y a pas d’intermédiaire, pas de confession, on se réfère directement à Dieu. On est chacun responsable, c’est une réflexion personnelle, sans jugement ici-bas", conclut Anne-Marie Feillens.

Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?