Travaux publics : l'entreprise Conte à Pierrefiche-d'Olt, l'esprit de famille qui dure depuis 1964

Abonnés
  • Jean-Louis Conte entouré de la relève composée de Louis, Justine et Bastien.
    Jean-Louis Conte entouré de la relève composée de Louis, Justine et Bastien. Centre Presse Aveyron - Olivier Courtil
Publié le

Il était une fois Nicolas Conte qui décida, en 1964, de se lancer tout seul dans les travaux de terrassement à La Capelle-Bonance. Au fil des années, l’entrepreneur a déménagé au gré de son développement, à Saint-Martin-de-Lenne, Saint-Geniez, puis Pierrefiche où a vu le jour une zone artisanale. C’est toujours là que l’entreprise familiale dirigée par Jean-Louis et Sandrine, les enfants de Nicolas, poursuivent l’aventure, avec leurs trois enfants, Justine, Bastien et Louis, pour narrer cette belle histoire. La qualité de leur travail, clef de voûte de leur réussite, récompense aussi leur prise de risque en multipliant leurs activités.

Mouchoir sur la tête pour se protéger de la chaleur en conduisant un engin, tel est l’image qui revient à l’esprit de Jean-Louis Conte pour évoquer son père, Nicolas, qui a posé la première pierre à l’édifice de l’entreprise Conte en 1964. Depuis, de l’eau a coulé dans les réseaux et des carrières se sont creusées pour suivre la voie du succès. "La réputation de notre père et les développements autour de nos carrières", en sont l’explication pour Jean-Louis Conte, entré dans l’entreprise en 1988.

La Trans'Aubrac, la plus emblématique

Auparavant, son père a œuvré, de La Capelle-Bonance à Pierrefiche aujourd’hui en passant par Saint-Geniez, au gré des réalisations dont la Trans’Aubrac qui relie l’Aveyron à la Lozère, reste la plus emblématique aux yeux de ses enfants qui gèrent le groupe Conte désormais, à savoir Jean-Louis et sa sœur Sandrine.

Diversification et polyvalence

Car Conte Travaux publics est bien un groupe qui se divise en trois sociétés pour répondre à la demande aussi bien du privé que du public : Conte et Fils pour la partie terrassement et assainissement, Conte TP pour la voirie et revêtements, et Conte Industries pour la centrale d’enrobés. À cela, on peut ajouter la vente de matériaux dans leurs deux carrières à Laissac et Pierrefiche, et un dépôt-vente qui vient d’ouvrir à Saint-Léons.

"Aujourd’hui, le marché se tend, les collectivités ralentissent, ce qui est logique à la vue des coûts de l’énergie. Il faut résister", dit Sandrine qui a rejoint l’entreprise familiale en 1999. Une réussite indéniable pour la famille passée d’un salarié à cinquante aujourd’hui. "On a des salariés fidèles, sérieux et travailleurs. Sans eux, on ne peut pas tourner", glisse la famille Conte deuxième génération.

La flambée des coûts de l'énergie anticipée

Car la troisième génération représentée par Justine, Bastien, et Louis est déjà dans les murs de l’entreprise qui ressemble d’ailleurs à une maison. "Notre père l’avait achetée pour loger et finalement c’est devenu le siège de l’entreprise", confie Sandrine. En autonomie pour fonctionner à travers ses trois sociétés, du terrassement à l’enrobé, Conte TP compte bien traverser la crise actuelle. "Depuis que je travaille, on rentre dans une période que je n’ai jamais connue", fait remarquer Jean-Louis. Et d’ajouter : "On a deux fois moins de commandes par rapport à l’an dernier".

L’avenir peut être envisagé avec sérénité grâce aux carrières dont celle du bois de Galinières (lire par ailleurs) qui amènent la matière première. Prévoyant, la famille a même anticipé la flambée des coûts de l’énergie avec l’installation d’une carrière passée de l’électrique au thermique.

En chiffres

58. C'est le nombre d'années d'existence de l’entreprise familiale, fondée en 1964, qui  s’est développée par paliers avec l’acquisition de la carrière des Planquettes en 1980, la centrale d’enrobé à froid et de grave émulsion en 2009, l’ouverture de la carrière du bois de Galinières en 2012, l’acquisition de la centrale d’enrobé à chaud en 2016, et l’ouverture de la zone de dépôt-vente à Saint-Léons en 2022.

50. C’est le nombre de salariés que compte actuellement l’entreprise. Cela en dit long sur la réussite du groupe Conte TP qui a débuté avec une unité, le père fondateur Nicolas. Aujourd’hui son domaine d’activité est élargi avec terrassement, voiries, réseaux, revêtement. Au point même de disposer d’une société de lotissements dénommée Loti Conte. Un groupe assurément bien loti.

1. En million d’euros, l’investissement effectué l’an dernier avec notamment l’achat d’un concasseur mobile. Le chiffre d’affaires du groupe s’élève entre 10 et 12 M€. Le parc matériel est aussi pléthorique et nécessaire pour assurer ce développement : pelles, bulldozer, chargeurs, compacteurs, camions, semi-remorques, etc. La flotte permet notamment de creuser dans la carrière de Pierrefiche, de 90 m de dénivelé.

 

Interlocuteur privilégié

La croissance du groupe s’est accompagnée de belles réalisations ces dernières années comme le Cœur de Village de Saint-Geniez pour 3 M€ et la montée de Saint-Geniez sur la D95 qui a demandé un remblai de 100 000 m3 ! Une trouée vers la vallée qui facilite la conduite et ouvre la cité marmotte. Le point d’orgue de cette réussite fut le 50e anniversaire de l’entreprise en 2014.

Plus de 300 clients, salariés et amis étaient réunis dans l’atelier mécanique avec spectacle à la clef. Mais la famille Conte ne roule pas des mécaniques, préférant œuvrer dans l’ombre. À l’image de leurs travaux, du terrassement, de l’assainissement, des réseaux… Ce qui ne se voit pas mais qui s’avère essentiel. "On s’est diversifié et on s’appuie sur une équipe polyvalente, cela n’a pas de prix", conclut Sandrine.

Un acteur incontournable

En rayonnant sur un secteur d’une cinquantaine de kilomètres, Conte TP est devenu au fil du temps, un acteur incontournable du développement local auprès des collectivités, du Département, avec même depuis une quinzaine d’années la communauté de communes de Lévézou-Pareloup qui a abouti à la création du dépôt-vente à Saint-Léons.

Des réalisations qui ont fait des particuliers également, des interlocuteurs privilégiés. Et la belle histoire n’est pas près de s’arrêter grâce à la troisième génération avec Justine pour le terrassement, Bastien au revêtement et Louis pour la réorganisation de la gestion des stocks et du matériel. Ce dernier, du haut de ses 19 ans, vient même de réaliser le nouveau site internet du groupe. Histoire de continuer à voir la vie en orange !

La carrière du bois de Galinières, une fierté

Quatre ans d’études ont été nécessaires pour aboutir à la carrière du bois de Galinières, sur la commune de Pierrefiche. "Une fierté" pour Jean-Louis Conte qui a pu ouvrir ce vaste espace de 24 hectares en 2012. Une véritable mine d’or dont 13 hectares ont été gelés pour les trente années suivantes d’exploitation. L’entreprise peut ainsi disposer de sa propre matière première, ce qui est loin d’être négligeable en cette période de récession et de spéculation, et cela permet à l’entreprise familiale, donc aux descendants de prévoir demain.

Jean-Louis et sa sœur Sandrine ont donc assuré l’avenir de leurs enfants. Quant à la première acquisition de carrière, de huit hectares, dite des Planquettes à Laissac, celle-ci est le fruit du père fondateur, Nicolas. Elle vient d’être renouvelée pour une dizaine d’années. Le groupe Conte compte aussi une centrale d’enrobé à froid et de grave émulsion à Balsac, une centrale d’enrobé à chaud, et une zone de dépôt-vente qui vient d’ouvrir à Saint-Léons, ce qui en dit long sur les perspectives de développement. "On propose tout de A à Z, on est autonome dans sa totalité".

La famille Conte peut dormir sur ses dix oreilles. D’autant que la carrière du bois de Galinières se révèle intéressante avec notamment des blocs d’enrochement devenus très rares. Parole de Patrick, chef de carrière !

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
1€/mois
Olivier Courtil
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?