Rugby : pourquoi Rodez se délocalise finalement à La Primaube, ce dimanche

Abonnés
  • En 2019, Rodez rugby avait déjà délocalisé deux rencontres à La Primaube en raison des travaux à Paul-Lignon.
    En 2019, Rodez rugby avait déjà délocalisé deux rencontres à La Primaube en raison des travaux à Paul-Lignon. JLB
Publié le

Alors que Paul-Lignon est indisponible en raison des travaux, le club ruthénois (Fédérale 3) comptait accueillir Nérac, dimanche 4 décembre à 15 heures, à Vabre. Faute d’homologation, il a dû revoir ses plans. Explications.

Finalement, les supporters de Rodez devront prendre la direction de La Primaube. La réception de Nérac, dimanche 4 décembre à 15 heures, avait pourtant été prévue initialement à Vabre, pour faire face à l’indisponibilité de Paul-Lignon en raison des travaux, un désagrément connu de longue date. Lors du dernier match à domicile, il y a trois semaines contre Moissac (44-17), le speaker avait d’ailleurs bien insisté sur le lieu du prochain rendez-vous. Mais cette rencontre a fait l’objet d’une nouvelle délocalisation.

Après le chantier de l’enceinte du centre-ville, c’est cette fois un problème d’homologation qui a été la cause du changement de programme. Le stade de Vabre est en effet classé dans la catégorie D selon les critères fédéraux, alors qu’il faut bénéficier a minima du grade C pour accueillir une rencontre de Fédérale 3. De quoi rendre impossibles les retrouvailles avec la pelouse où avait eu lieu le premier match de l’histoire du Rodez rugby, en 2019 contre Carmaux, lorsque le club était reparti en Promotion honneur après la liquidation judiciaire du SRA.

Le défaut d’homologation a été découvert relativement tard, "car ce terrain ne faisait plus partie de ceux qui étaient soumis à la fédération sur le fichier club lors des deux dernières saisons", avance-t-on du côté du promu. Ce qui a donc obligé à trouver une solution de dernière minute. "Il y avait la possibilité de demander une dérogation, mais on s’exposait à une réponse négative qui aurait compliqué les choses, explique Patrick Furet, le manager de Rodez. On a donc préféré prendre les devants et chercher un terrain de repli."

Le Trauc pas homologué, La Roque indisponible

Les sang et or n’ont pu se tourner vers le Trauc, là aussi faute d’homologation. Quant au stade de La Roque, qui dispose du bon agrément et où ils avaient posé leurs crampons la saison dernière, il est déjà occupé par les footballeurs d’Onet-le-Château, ce dimanche à 15 heures, avec la réception de Béziers. Ces derniers disputeront d’ailleurs tous leurs matches à domicile en N3 sur ce créneau jusqu’à fin mars, pour préserver la pelouse.

Rodez rugby a donc fini par se rabattre sur le stade de La Primaube, et a trouvé un accord avec la mairie pour utiliser le stade où Lévézou Ségala dispute certaines rencontres de Fédérale 2. Il s’agira d’un retour, puisque les sang et or y avaient déjà joué deux fois en 2019, lors de la précédente tranche de travaux de Paul-Lignon.

La réserve en lever de rideau

"C’est très bien de rester dans l’agglomération, pour permettre aux supporters d’être présents ce week-end", apprécie Patrick Furet. Côté sportif, il estime que le changement de dernière minute ne devrait pas être perturbant. "Nous n’aurons pas les repères que nous avons habituellement à domicile, dit-il. Mais sur ce plan, cela revient au même pour nous de jouer à Vabre ou à La Primaube."

À noter par ailleurs que la réserve jouera en lever de rideau ce dimanche avant le match de Fédérale 3, ce qui est impossible à Paul-Lignon. Preuve que les délocalisations peuvent avoir leurs bons côtés.

À La Primaube, il pourra y avoir une billetterie !

La délocalisation à La Primaube ne sera pas forcément une mauvaise opération sur le plan financier. Le Rodez rugby pourra mettre en place une billetterie, ce qui n’aurait pas été possible à Vabre. En effet, lors de la cession à la mairie de Rodez du domaine situé route de Conques, il était conditionné qu’aucune manifestation payante ne pourrait être organisée sur place. Mais cela n’aurait toutefois pas contraint le club à renoncer à la bourriche ni à la buvette…
Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
1€/mois
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?