Aveyron : un pèlerin porte plainte contre un religieux de Conques pour "tentative d'agression sexuelle"

Abonnés
  • Les faits remonteraient au mois d'août 2022.
    Les faits remonteraient au mois d'août 2022. Archives Centre Presse - P. D. S.
Publié le , mis à jour

Un pèlerin de 53 ans, qui effectuait le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle, a déposé plainte pour une tentative d’agression sexuelle, cet été, à Conques, en Aveyron. Le frère mis en cause a été écarté de la communauté religieuse du site.
 

Alors que l’Eglise tente de s’extirper des scandales d’abus sexuels commis par certains de ses prêtres, une autre affaire de mœurs, plus discrète cette fois, éclabousse la communauté religieuse. Un frère laïque de 71 ans est visé par une plainte pour "tentative d’agression sexuelle" déposée par un pèlerin de Saint-Jacques-de-Compostelle, le 26 août 2022. Les faits se seraient produits six jours plus tôt, le 20 août, au sein du prestigieux site classé de l’abbaye Sainte-Foy de Conques (Aveyron).

Le pèlerin de 53 ans, que nous appellerons Pierre (il souhaite conserver l’anonymat), fait une escale au cœur de cette institution religieuse et sollicite un frère de la communauté des Prémontrés, pour un entretien spirituel. Les deux hommes se retrouvent dans une pièce et selon les déclarations de la victime présumée, le religieux aurait, à deux reprises, glissé sa main sous ses habits, dans le dos, en le serrant entre ses bras. Choqué, le pèlerin repousse alors le frère grâce à sa force physique et quitte la pièce dans la précipitation pour rejoindre les dortoirs collectifs. "J’ai alerté la communauté religieuse dès le lendemain, explique Pierre, originaire du Gard et habitué à sillonner les chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle en toute confiance. Tout s’est toujours bien passé. Je ne pensais pas qu’un jour j’en viendrais à dénoncer de tels faits."

Une autre version des faits

La plainte, déposée dans une gendarmerie du Gard, est instruite par la justice. Le supérieur du frère mis en cause a immédiatement enclenché une "procédure canonique" tout en alertant le procureur de la République de Caen (Calvados), lieu d’implantation de la communauté des Prémontrés, un ordre religieux qui vient de fêter ses 900 ans l’année dernière. "À la suite de ces faits, le frère a été déplacé de Conques et s’est mis en retrait en attendant les suites de l’enquête. Il reste membre de la communauté et des consignes ont été prises pour éviter que cela ne se reproduise", assure-t-on, dans l’entourage du religieux qui a passé près de 20 ans, dans l’abbaye de Conques, joyau de l’art roman.

Selon les informations de La Dépêche du Midi, le mis en cause aurait donné une autre version des faits. Ce frère, par ailleurs très apprécié pour son investissement dans la communauté religieuse et qui n’avait jamais fait parler de lui auparavant, enseignait aussi le catéchisme à des enfants, dans un village proche de l’abbatiale. L’enquête, toujours en cours, vise à déterminer la nature des faits reprochés à ce religieux. A-t-il commis d’autres tentatives d’agressions sexuelles sur des pèlerins – ils sont entre 15 000 et 20 000 à se rendre à Saint-Jacques-de-Compostelle chaque année – au cours de ces deux dernières décennies ? C’est ce que tenteront d’établir les enquêteurs qui devraient notamment s’appuyer sur de nombreux témoignages.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
1€/mois
Frédéric Abela
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?